Accueil Equipes de France

Equipes de France

Jamal Fakir : souvenirs, souvenirs…

Jamal Fakir est désormais un jeune retraité, et nous avons demandé à l’emblématique ex deuxième ligne puis pilier international des Dragons Catalans, de puiser dans sa malle aux souvenirs.

Si, parmi tes adversaires, tu ne devais citer qu’un seul pilier anglais ?

Stuart Fielden, car c’était impressionnant pour moi, à mes débuts, d’affronter un joueur déjà aussi expérimenté.

Un deuxième ligne ?

Elliott Whitehead.

Un pilier australien ?

Petero Civoniceva.

Un deuxième ligne ?

Je ne l’ai pas rencontré, mais j’admire Boyd Cordner, le capitaine des Roosters.

Un pilier néo-zélandais ?

Fuifui Moimoi (ndlr : il a aussi été son adversaire dans les rangs du Tonga).

Un seul match du XIII de France ?

Je ne peux dissocier celui contre l’Australie, en novembre 2004 à Ernest-Wallon (ndlr : superbe résistance des Bleus, menés 28-16 à la pause, avant de s’incliner 52-30), de celui contre la Nouvelle-Zélande, l’année suivante également à Toulouse, où nous étions en tête au score (22-20) à un quart d’heure de la fin (ndlr : les tricolores s’inclinèrent finalement 38-22).En face il y avait Stacey Jones, qui a rejoint les Dragons un an plus tard.

Un seul essai sous le maillot bleu ?

En 2004 justement, contre les Kangourous, sur passe de Maxime Grésèque dans les trente mètres adverses.

Tu en as inscrit deux autres le 29 octobre 2006 à Colomiers, lors de votre victoire 28-6 contre les Samoa…

C’est vrai, mais je n’ai guère de souvenirs de cette rencontre.

Et un, en outre, avec le Maroc, contre les Etats-Unis, le 20 novembre 2000 à Wigan…

J’avais tout juste 18 ans (ndlr : il est né le 30 août 1982), et nous avions effectué une tournée outre-Manche, avec le Maroc, pour la Coupe du monde des pays émergents. J’avais disputé trois des quatre matchs, face aux USA, au Japon, et à la BARLA (ndlr : Jamal évoluait au centre, en compagnie notamment de Mohamed Sabri, Hichem Oumansour, Tarek Bliel, Hicham Laarini, Ouahib Fryed…)

Un coéquipier à Villeneuve-sur-Lot ?

Je pourrais en citer plein, à commencer par Fred Banquet et David Collado, mais puisqu’il n’en faut qu’un seul, mon choix se porte sur Laurent Carrasco. J’ai encore des liens étroits avec lui, aujourd’hui, nous nous voyons quand je retourne à Villeneuve, et nous nous téléphonons régulièrement.

A l’UTC ?

Beaucoup, également, comme Mathieu Griffi, Teddy Sadaoui, Adel Fellous…

Chez les Dragons ?

Joker, sinon je vais faire des jaloux.

A Bradford ?

Elliott Kear, la première personne que j’ai rencontré en arrivant là-bas. Je logeais chez lui, au début. C’est quelqu’un de humble, ce que j’apprécie chez les autres.

A Lézignan ?

Charles Bouzinac; car lorsque j’ai rejoint le club des Corbières il était déjà talentueux, et à l’écoute, demandeur de conseils. Je le respecte beaucoup.

A Palau ?

Je n’y ai passé que quelques mois, et je pencherai plutôt pour le trio de présidents, Valérie, Thomas, Nicolas. Je tiens à leur tirer mon chapeau.

Recueilli par H. Girette

Reports sur la scène internationale

Alors que la Fédération européenne a décidé d’annuler le match Angleterre-France U17, prévu en juillet 2020, et de reporter au mois de septembre 2021 le championnat d’Europe U19, l’incertitude plane encore concernant l’Euro 2020 (17 octobre – 8 novembre), semble-t-il sérieusement menacé lui aussi de report (soit en juin 2021, soit en septembre, en préambule à la Coupe du monde), tout comme les doubles confrontations Angleterre-France des féminines et du XIII Fauteuil, prévues en octobre prochain.

Les nations concernées sont toujours dans l’attente d’une décision de la RELF, et pour l’heure deux options s’offrent à la FFR XIII, concernant le coup d’envoi du championnat de France Elite.

Une décision sera prise une fois connue la position de la Fédération européenne, et après échanges avec les clubs d’Elite.

Au cas où l’Euro 2020 serait maintenu, le championnat de France pourrait ainsi débuter mi-septembre, à condition que la situation sanitaire en France le permette, ce qui autoriserait les joueurs tricolores d’Elite à bénéficier d’un minimum de rythme de compétition avant le match France – Italie (17-18 octobre).

Dans le cas contraire, le début du championnat n’interviendrait pas avant le mois de novembre.

L’ancien international Jo Guiraud nous a quittés

Décédé ce vendredi en début d’après-midi, Jo Guiraud, ancien demi-de-mêlée international puis entraîneur de Limoux, laisse un grand vide dans la sphère de notre sport.

Le père d’Hervé, lui-même bien trop tôt disparu, était une figure, respectée par ses adversaires, tout le long de sa riche carrière.

Enfant d’Escales, petit village des Corbières, celui qui joua jusqu’à l’âge de quarante ans, fut sacré champion de France avec Limoux en 1968, apporta également sa science du jeu à Montpellier XIII, et défendit à plusieurs reprises avec brio le maillot tricolore, à la fin des années cinquante et au début des années soixante, tour à tour associé, à la charnière, à Antoine Jimenez et “Gijou” Benausse.

Toujours de bon conseil pour le jeune journaliste que nous étions alors, au mitan des années soixante-dix à Limoux, où le bar qu’il tenait avec son oncle rassemblait tout ce que la ville comptait de treizistes, Jo était un homme affable, l’humour constamment au coin des lèvres, en même temps qu’un expert es rugby à XIII.

A son épouse, Josette, à ses quatre fils, Yves, Didier, Claude, Jean-Marc, ses petits-enfants, la FFR XIII adresse ses condoléances émues.

H.G.

L’ex international Daniel Camiade nous a quittés

L’ancien demi-de-mêlée de Saint-Estève et entraîneur de Limoux, Daniel Camiade, est décédé dimanche à l’âge de 80 ans.

Ce joueur de talent, et de bonne compagnie, né à Millas dans les Pyrénées-Orientales, avait disputé la finale du Challenge Du-Manoir avec l’USAP en 1956, âgé seulement de 16 ans, avant de poursuivre plus tard sa carrière à Quillan, où il était employé à l’usine Formica, terminant son glorieux parcours dans les rangs stéphanois, en 1976, après avoir remporté la finale du championnat de France en 1971, puis celle de la Coupe Lord Derby en 1972.

Rapide, vif, audacieux, excellent buteur et fin manoeuvrier, international en 1971 face à la Nouvelle-Zélande, au stade Gilbert-Brutus, il mit ensuite sa précieuse expérience au service de Limoux XIII, en qualité cette fois d’entraîneur.

La FFR XIII adresse à sa famille ses sincères condoléances.

H.G.

France Fédérale a mis le cap à l’ouest

Compétence et sympathie se conjuguent aisément chez Charly Clottes, Nicolas Manessi et Thomas Valette, c’est sans doute pourquoi les participants au match de sélection Est-Ouest, dimanche à Pia, ont pleinement adhéré à leur discours.

Amateurs, certes, mais très pros dans leur préparation, les candidats à une sélection pour le match France Fédérale – Serbie, en juin prochain, ont convaincu leurs entraîneurs, de même que Théo et Daniel Guinguet, respectivement manager et directeur de France Amateur, de leur degré d’implication, dès le matin lors de la séance d’entraînement, alors que Gaby Borras et ses amis Baroudeurs, avaient mis les petits plats dans les grands, réservant un chaleureux accueil aux joueurs de Division Nationale.

“Pas un ballon tombé de la part d’une quarantaine de joueurs, c’est assez rare pour être souligné”, se félicitait Nicolas Manessi, avant le coup d’envoi d’une rencontre certes cette fois génératrice de déchets, mais plaisante à souhait, physiquement engagée, et marquée par plusieurs coups d’éclat.

A l’arrivée, l’Ouest avait mis l’Est en quarantaine, ce qui s’expliquait de deux façons.

“Deux des quatre demis (ndlr : dont Benjamin Sarda, touché à un genou) se sont blessés le week-end dernier, et n’ont pas été remplacés, notre charnière ayant du coup disputé les quatre-vingt minutes”, regrettait Charly Clottes, en charge de la sélection Est en compagnie de Thomas Valette.

“Notre équipe a mieux respecté le plan de jeu que sa rivale, elle a fait preuve de davantage de patience, et son organisation était supérieure”, se félicitait de son côté Nicolas Manessi, qui drivait la sélection Ouest aux côtés de Théo Guinguet.

Reste que de part et d’autre, les entraîneurs soulignaient l’état d’esprit de leurs protégés, et leur sens de l’écoute.

“La sélection pour le stage du 4 avril à Ramoville sera difficile à faire”, expliquait ainsi Charly Clottes, l’entraîneur principal du XIII de France Fédérale, assurément parti sur de bonnes bases.

“Entraîner des garçons pareils est très agréable”, indiquait encore Nicolas Manessi, Thomas Valette insistant sur le fait que “ce sera dur contre la Serbie”, Charly Clottes précisant que “le comportement des joueurs a été propre, la preuve étant faite qu’en DN il existe de la qualité, ce dont je n’ai jamais douté”.

Sous l’oeil de l’infortuné Nicolas Athiel, victime d’une déchirure une semaine plus tôt et réduit au rôle de porteur d’eau, les Rouges de l’Ouest tiraient en tout cas les premiers, via Carensac, mais une interception de Massile sur cinquante mètres permettait aux Bleus d’égaliser.

La suite concrétisait la domination de l’Ouest, avec une passe de Boutonnier pour le premier essai de l’ex Saint-Gaudinois Meynaud, un mouvement orchestré par Deganello et Boutonnier au profit de Stédile, une prise d’intervalle gagnante de la part de Carensac, une cavalcade signée Carensac, Boutonnier, Brochon, au bénéfice de Meynaud, celui-ci récidivant au soutien du duo Cassagne – Brouat.

Le même Brouat offrait à Meynaud un triplé, le mot de la fin revnant à Boutonnier, qui interceptait pour se transformer en sprinter sur quatre-vingt mètres.

                                                                                                                                       Hervé Girette

OUEST – EST 42-6

16-6 deuxième quart temps, 26-6 troisième quart temps.

Arbitre Frédéric Caffin

Temps beau et ensoleillé, absence de vent

Ouest : 8 essais Morgan Carensac (15, 44), Ludovic Meynaud (28, 69, 71), Damien Stédile (38), Benjamin Brouat (50), Rémy Boutonnier (78), 5 T Morgan Carensac (15, 44, 69), Rémy Boutonnier (38), Raphaël Ousty (78).

Est : 1 essai Corentin Massile (25), 1 T Jordan Richard.

OUEST : Rémy Boutonnier – Maxime Castarède, Yacine Laaras, Cyril Lazaro, Ludovic Meynaud – (o) Morgan Carensac, (m) Benjamin Brouat – Alexandre Labarchède, Sylvain Girou, Edouard Catala – Jérôme Fabre, Ludovic Loumes – Raphaël Ousty.

Sont entrés en jeu Damien Deganello, Nicolas Cassagne, Damien Stédile, Julien Ferrière, Bastien Boudie, Nicolas Guiraud, Tristan DSe Souza, Sébastien Vuillon, Léo Brochon.

EST : Fabien Gellet – Cyprien Séguy, Guillaume Martinez, Thyl Briand, Florent Canet – (o) Paul Munoz, (m) Jordan Richard – Guillaume Lelong, Romain Briol, Rémi Kasprzak – Anthony Deleigne, Corentin Massile – Sébastien Beltran.

Sont entrés Olivier Warmée, Maxime Lamarche, Loïc Manzanarès, Floren Ollagnier, Benoît Dabladj, Mathieu Resplandy.

Les Rouges de l’Ouest larges vainqueurs.
Charly Clottes et Thomas Valette conseillent les Bleus de l’Est.
Nicolas Manessi et Théo Guiguet dirigeaient la sélection Ouest.

[Equipe de France Fédérale] Charly Clottes : “Une équipe de France qui gagne fera parler d’elle”

Coach, pour ceux et celles qui ne connaissent pas le rugby à XIII, qu’est-ce que l’équipe de France fédérale ?

CC : C’est une équipe de France composée uniquement de joueurs amateurs. Pour la composer, nous avons choisi de nous concentrer uniquement autour des trois cents joueurs composant la Division Nationale qui correspond au second niveau amateur des championnats de France. Pour notre première année, nous avons décidé de nous appuyer sur les quatorze équipes de cette division. Les clubs des niveaux inférieurs ont un peu « râlé » (sourire) mais il fallait faire un choix pour débuter. On y viendra peut-être un peu plus tard.

Après des années de sommeil, quels sont les objectifs de cette équipe à court et long terme ?

CC : Cette équipe de France fédérale est restée en sommeil pendant six ans. Pour ce qui est de notre objectif à court terme, gagner le match contre une sélection étrangère. Il faut absolument commencer par une victoire, c’est nécessaire. A long terme, notre objectif est de disputer plusieurs matches contre d’autres sélections européennes peu connues comme l’Allemagne, par exemple.

Existe-t-il un championnat européen de niveau fédéral ?

CC : Non, il n’existe aucun tournoi de ce type. Seulement des matches amicaux entre fédérations.

Est-ce que l’équipe de France Fédérale est un marche-pied vers l’équipe de France Elite ou est-ce que ce sont deux destins différents ?

CC : Ce sont deux destins différents. L’équipe de France Fédérale va rester dans l’esprit national et amateur en même temps. On veut créer une équipe qui a l’esprit d’une bande de copains.

Faisant suite à votre prise de fonction en tant que sélectionneur de cette équipe de France Fédérale, quels vont être vos premiers chantiers ?

CC : En fait, ce sera de constituer progressivement le groupe prévu pour affronter cette fameuse sélection étrangère et tout se fera au fur et à mesure des trois rassemblements que nous avons prévu et qui s’étaleront dans le temps jusqu’au 20 juin, date du match contre la sélection Internationale. Le premier rassemblement se tiendra le 8 mars à Pia, avec une rencontre Est/Ouest, puis un second rassemblement en avril à Ramonville puis le troisième se tiendra le 14 juin à Lézignan, une semaine avant le match contre la sélection Internationale, le 20 juin à Albi.

Quels seront les critères de sélection, si on peut dire ?

CC : Nous avons demandé aux quatorze clubs de la Division Nationale de nous désigner leurs cinq meilleurs joueurs, pourvu qu’ils soient bon rugbyman, bon athlète mais surtout bon camarade, avec l’esprit collectif. On connait la plupart des joueurs mais on veut faire ça en collaboration avec les clubs de la DN. Après, nous garderons en moyenne 2 à 3 joueurs par club. Cela représentera environ 46 joueurs au premier rassemblement de Pia. Mais le groupe restera ouvert à d’autres joueurs pour combler les manques aux postes ou parer aux blessures. Pendant ces rassemblements, nous expliquerons également la philosophie de jeu aux joueurs ainsi que le système de jeu que nous allons appliquer.

Et comment allez-vous passer, ensuite, des 46 joueurs du premier rassemblement aux 17 qui affronteront cette sélection étrangère ?

CC : Les rassemblements feront offices de sélection. Il y aura, effectivement, 46 joueurs à Pia, chiffre qui sera ramené à 30 joueurs pour le second rassemblement à Ramonville puis à 20 joueurs pour le troisième à Lézignan. Là seront désignés les 17 joueurs qui composeront la feuille de match contre la sélection Internationale.

Qu’attendez-vous du match Est/Ouest qui se jouera lors du premier rassemblement ?

CC : Il servira de « tamis » parmi les 46 joueurs sélectionnés. Ils s’entraîneront ensemble dans un premier temps puis s’affronteront tout en étant supervisés par deux « staffs » constitués pour ce match. De la rencontre seront désignés les 30 joueurs retenus pour le second rassemblement.

Quelle est votre « appréhension » concernant le match contre cette équipe ?

CC : Je ne parlerai pas d’appréhension mais plutôt d’impératif. Et il est impératif de battre cette équipe (internationale). A tout prix. Une équipe de France qui gagne fera parler d’elle. Or nous avons besoin qu’on parle d’elle. C’est aussi très important pour les joueurs et le staff mais aussi pour le rugby à XIII en général. Si on bat la Serbie, peut être que d’autres nations voudront nous rencontrer…

W.D

CALENDRIER

8 mars 2020
Premier rassemblement à Pia

Avril 2020
Deuxième rassemblement à Ramonville

14 juin 2020
Troisième rassemblement à Lézignan

20 juin 2020
Match International à Albi.

LES GROUPES EST et OUEST

Retour sur le stage de l’Equipe de France U17

Les jeunes bleuets se sont réunis lundi & mardi à St Cyprien pour le premier stage de l’équipe de France U17.
Un stage dont le but est d’imprégner à cette jeune génération la philosophie de l’équipe.

Après une réunion d’accueil les joueur se se sont exercés sur la pelouse de l’UCPA où le grands principes offensifs ont été répétés. Une excellente session pour ce premier jour, ou tout l’effectif s’est révélé intéressant et performant.

Pour le deuxième jour de stage, nos jeunes ont habilement exécuté les demandes du staff.

Sous une météo printanière la jeune sélection à peaufiner avec minutie la philosophie mise en place par l’équipe technique. Des ateliers qui ont amené les jeunes et le staff à travailler les détails de la performance. L’entraînement du matin a laissé place à une dernière session de qualité.

Maintenant place à la récupération avant le retour des jeunes dans leurs clubs.

À noter le passage remarqué et apprécié du Président du Haut Niveau Mathieu Khedimi qui a présenté les projets fédéraux et les attentes que la FFRXIII a de cette jeune génération.

 

Didier Cabestany nous a quittés

Sur le terrain, son credo était la bravoure.

En dehors, il n’était que gentillesse et discrétion.

Didier Cabestany, âgé seulement de 50 ans, a rejoint son épouse Corinne au ciel treiziste.

Formé à Saint-Estève, ce deuxième ligne puis pilier de combat, disputa une saison comme titulaire à la Section Paloise, après avoir remporté Coupe et Championnat avec les “Rouge et Bleu” de Jacques Jorda.

Il revint à XIII un an plus tard, cette fois sous la bannière du XIII Catalan, joua plus tard avec le même succès au Paris SG Rugby League, avant de mettre un terme à son exceptionnelle carrière au début des années 2000, dans les rangs de l’UTC, non sans avoir effectué un crochet à XV du côté de Prats-de-Mollo, invité par “Fafa” Guisset.

Sa carrière en équipe de France parle pareillement pour celui qui n’était pas grand que par la taille.

Son bandeau blanc a notamment fait parler la poudre sur la pelouse d’Headingley, le 7 avril 1990, lors de la victoire des Bleus sur la Grande-Bretagne.

Didier, qui affronta par ailleurs Wigan fin février 2002 avec l’UTC, en Challenge Cup, défendit avec cran la tunique tricolore de 1989 à 1997, inscrivant un essai en juin 1995 à Palmerston, lors d’un match nul historique avec la Nouvelle-Zélande (16-16), puis un autre quelques mois plus tard au Ninian Park de Cardiff, en Coupe du monde, contre Western Samoa.

Aux fils de ce “monument”, Arnaud et Fabien, joueurs de Pia Baroudeurs et du XIII Laurentin, comme à tous ses proches, la FFR XIII adresse ses condoléances attristées.

H.G.

Équipe de France Féminine : le groupe pour le stage des 8 & 9 février

Voici la liste des joueuses sélectionnées pour participer au prochain stage de l’Équipe de France le samedi 8 et dimanche 9 février (très probablement à Albi).

Charly Clottes entraîneur du XIII de France Fédérale

L’équipe de France Fédérale devrait a priori affronter la Serbie, le samedi 20 juin à Albi, veille de la triple finale des championnats de France Elite 1, U19 et féminines Elite, les contacts entre la FFR XIII et la Fédération serbe étant en bonne voie d’officialisation.

Et à la barre de ce XIII de France renaissant, après plusieurs années de sommeil, on retrouvera Charly Clottes, l’entraîneur de Ferrals en Division Nationale.

Un coach expérimenté, qui sera assisté de Thomas Valette (Pia Baroudeurs).

Au sein du staff technique de l’équipe, figurent également Nicolas Manessi (FC Lézignan), en charge notamment de la vidéo, alors que le secteur de la logistique a été confié à l’agent territorial du Tarn, Théo Guiguet, par ailleurs centre d’Albi RL en Elite.

Un jeune joueur qui, aux côtés de Thomas Valette et Nicolas Manessi, assistera en outre Charly Clottes pour la partie technique et physique d’une équipe nationale dont le référent est Daniel Guinguet.

 

Le trio Valette, Manessi, Clottes, anciens coéquipiers au FC Lézignan.
Crédit MM Photographie