En charge de la préparation physique de France U16, mais intervenant également dans la conduite des entraînements, aux côtés du coach Fabien Denis et du DTN Patrice Rodriguez, l’ancien attaquant du FC Lézignan, Florent Tost, revient en détails sur la courte et honorable défaite (28-18) des tricolores, vendredi soir à Newcastle.

Eprouvez-vous des regrets, suite à cette défaite ?

Forcément, oui, car les garçons ont mis un maximum de coeur à l’ouvrage, faisant preuve d’un louable enthousiasme, et ils menaient 18-16 à dix minutes de la fin, avant de craquer dans le money-time.

Quelles explications trouver à cette fin de match décisive ?

Nous avons été trop indisciplinés, et lourdement sanctionnés, concédant notamment huit pénalités en première période, contre trois à England Youth, et nous avons payé au prix fort, sur la fin, le fait d’avoir rendu trop de ballons à l’adversaire, entre autres aux premiers et deuxièmes tenus, et donc autant défendu.

Comment ont été inscrits les trois essais tricolores ?

Le premier est né d’un tap-penalty situé à vingt mètres des poteaux adverses. A trois contre trois, Valentin Zafra s’est signalé par une superbe passe sautée, et Robin Brochon a débordé, s’arrachant pour marquer.

Le deuxième est l’oeuvre de Romain Khedimi, derrière un tenu à dix mètres de l’en but anglais. Farouchement déterminé, il a forcé sur ses jambes pour franchir le rideau adverse.

Le troisième est la conclusion d’un spectaculaire mouvement collectif, grand côté, Hugo Bravo parvenant à casser la ligne, avant de fixer au profit de Pierre Fourquet.

Avez-vous des blessés à déplorer ?

Non, simplement des coups, et un genou gonflé, mais les 21 joueurs seront disponibles pour le deuxième test, mardi à Castleford.

Justement, comptez-vous utiliser la totalité de votre effectif ?

D’un point de vue sentimental, j’apprécierai de voir tous les joueurs participer, mais nous alignerons l’équipe que nous estimerons la plus compétitive possible, après analyse du premier test.

Quels joueurs ont montré l’exemple, vendredi ?

Thomas Lacans s’est montré très dangereux, les demis, Guillem Munuera, et Timothé Bertrand, ont bien dirigé la manoeuvre, Pierre Fourquet a été très dur, et Romain Khedimi également excellent.

Quelle différence existe-t-il entre la cuvée 2017 et les précédentes ?

Le groupe est plus homogène cette année, nous ne disposons pas d’individualités très marquantes, comme par exemple Lucas Albert précédemment, mais c’est une force, notre ensemble ressemble à un club.

De la revanche dans l’air ?

En tout cas, nous possédons tous les ingrédients pour remporter la victoire, mardi.