Accueil » Equipes de France » XIII de France » Jacques Soppelsa conducteur du train de l’espoir

Jacques Soppelsa conducteur du train de l’espoir

soppelsa22 

Il dit s’être laissé facilement convaincre par le Président Nicolas Larrat, en raison de son attachement viscéral à un sport qu’il défendit d’abord sous le maillot de Libourne, avant de le représenter au plus haut niveau, comme Président de la FFR XIII et de la Fédération Internationale. Plus de vingt ans, depuis, se sont écoulés, et Jacques Soppelsa est de retour au premier plan, à la tête d’une mission qu’on jurerait taillée sur mesure, tellement l’ancien Président de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne possède un carnet d’adresses à nul autre pareil, dans le milieu treiziste.

Des relations que compte évidemment utiliser celui qui, au fil des ans, n’a en fait jamais quitté son costume de Président, entre le Conseil de surveillance de “European Strategy and Lobbyism”, l’Académie Universitaire, l’Institut Européen d’Etudes Stratégiques, l’Académie Internationale de Géopolitique, l’Ecole Diplomatique de Paris, le Conseil Scientifique de l’Ecole des Hautes Etudes Internationales et de l’Ecole des hautes Etudes Politiques, France Soir, Lafayette Press, on en en passe et des tout aussi prestigieux…

Aussi ne pouvait-on rêver meilleur guide pour le tout nouveau Club XIII de France, “créé pour sensibiliser les milieux économiques, journalistiques et politiques, en vue de la Coupe du monde 2013”, explique Jacques Soppelsa, qui a “déjà rencontré nombre de chef d’entreprises”, avec l’espoir d’en “convaincre une dizaine” de l’accompagner en train, le samedi 20 octobre entre la gare du nord et Lens, où débutera l’International Series 2012, avec comme affiche France – Pays de Galles.

Campagne de sensibilisation

Lui qui connait sur le bout des doigts l’histoire à la fois passionnante et mouvementée de notre mouvement, aura à coeur de faire découvrir à ces capitaines d’industrie les subtilités d’un jeu redevenu officiellement voici une vingtaine d’années un rugby à part entière, grâce à l’obstination dont il fit preuve, durant son mandat à la tête de la FFJ XIII redevenue FFR XIII. Nul doute que par sa faconde et son pouvoir de séduction, il saura gagner à sa cause ces décideurs dont le rugby à XIII français a besoin pour mieux asseoir sa notoriété, en hausse ces derniers temps grâce à une bien meilleure couverture télévisuelle.

“Une plaquette sortira des presses ces jours-ci, j’ai déjà obtenu plusieurs réponses positives de la part de futurs soutiens”, souligne celui qui enseigne son savoir de Docteur d’Etat dans diverses Universités de plusieurs continents.

“Je souhaite que le succès populaire sera au rendez-vous du match international au stade Félix-Bollaert, malgré sa vaste capacité d’accueil, lequel sera le point de départ d’une campagne de sensibilisation destinée à recueillir des fonds, notamment en ce qui concerne le sponsor maillot des Bleus pour la Coupe du monde de l’an prochain”, poursuit l’auteur mondialement reconnu d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à la Géopolitique, une spécialité qu’il fait régulièrement partager aux lecteurs de plusieurs quotidiens français d’importance.

Avec l’espoir aussi de retrouver sur les pelouses, grâce aux Bleus, les frissons de plaisir qui étaient les siens durant son passage à la tête de la FFR XIII, “avec comme point d’orgue la victoire 24-16 obtenue sur la Grande-Bretagne, le 17 mars 1985 à Perpignan”, sous la houlette du capitaine Guy Laforgue.

Celui du Club XIII de France part à son tour en reconquête, sur d’autres terrains…

Partager cet article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Laisser un commentaire