Accueil » Equipes de France » U17 » Laurent Dupuy globalement satisfait de la prestation des U18

Laurent Dupuy globalement satisfait de la prestation des U18

A75D6185

Les Français, valeureux et combatifs n’ont pas démérité. Photo Anthony Monod.

Défait 12-16 par son homologue de l’Australian Institut Of Sports, jeudi soir à Toulouse, malgré deux essais signés Loïc Taurin et Sylvain Gaillard, le XIII de France des moins de 18 ans est passé près d’une victoire qui aurait récompensé son ardeur au combat et sa faculté à déployer un jeu offensif de qualité. Le point avec Laurent Dupuy, co-entraîneur des Bleuets aux côtés de Christophe Toustou.

N’y avait-il pas la possibilité, pour les moins de 18 ans, d’imiter les moins de 19, vainqueurs lundi à Salon de ces mêmes Australiens ?
“Si, c’est pourquoi on éprouve un sentiment de frustration, suite à cet échec qui s’est joué à rien. Mais nous sommes satisfaits du comportement d’ensemble d’une équipe tricolore composée de nombreux juniors première année, et de J2 qui n’avaient pas été capés la saison passée. Cette nouvelle génération de joueurs, qui avaient battu England Academy moins de 16 ans à deux reprises, en 2010, a confirmé ses capacités.”

Si Arthur Gonzalez-Trique n’avait pas laissé échapper le gain du match sur la sirène, au stade Struxiano…
“C’est vrai que s’il était rentré dans l’en but pour transmettre le ballon à son ailier, la France l’aurait emporté, mais trois autres franches occasions d’essais s’étaient au préalable envolées, dans cette rencontre remarquablement organisée par Toulouse Broncos, à l’image de celle ayant opposé les moins de 19 ans à l’AIS, lundi dernier à Salon-de-Provence.”

N’aviez-vous pas, également, la possibilité d’éviter le deuxième essai australien, en première mi-temps, né de deux pénalités concédées coup sur coup ?
“Il n’y a rien à dire, les deux coup-francs étaient justifiés, mais les gars, surpris par l’intensité des débats, ont éprouvé des difficultés à contrôler les tenus joués par leurs adversaires, au cours des vingt premières minutes du match. Dès lors, à trop vouloir lutter, ils ont été pénalisés.”

Qu’est-ce qui, au bout du compte, a fait la différence entre les deux équipes, à Toulouse ?
“Nous avons péché dans la finition. Nous espérions être préalablement en mesure d’affronter Great Britain Community, ce mois-ci, histoire de procéder aux indispensables réglages, mais les Anglais ont déclaré forfait et notre match d’opposition face aux moins de 19 ans, le 7 novembre, n’a pas eu la même utilité, concernant le soin apporté aux détails.”

Avez-vous déploré des blessures, durant la rencontre ?
“Non, rien de grave, même si Benjamin Jullien souffre d’une épaule, Sylvain Gaillard des adducteurs, et Charles Bouzinac d’une main.”

Quel a été le comportement de l’AIS, par rapport à ses devancières ?
“L’équipe est bien toujours dans le moule australien, à savoir qu’elle est compacte, cherchant d’abord à gagner la bataille du milieu du terrain. A ce niveau, on a rivalisé, comme c’est le cas depuis trois ans, et les Australiens ont alors cherché à s’éloigner de l’affrontement, ce qui les a contraint à commettre des fautes. Les membres du staff de l’AIS nous ont d’ailleurs confié à l’issue des débats qu’ils avaient craint de devoir quitter la France pour le Royaume-Uni (ndlr : où les attendent trois matchs, contre les moins de 18 ans gallois le 28 novembre à Neath, England University le 2 décembre, et enfin English Lions moins de 18)
avec deux défaites. Car comme à Salon trois jours plus tôt, les Bleuets ont fait jeu égal.”

Quels joueurs vous ont plus particulièrement donné satisfaction ?
“J’ai apprécié la maîtrise de Charles Bouzinac en deuxième ligne, alors qu’il évolue au centre en club. Il nous a apporté au plan offensif, sur les couloirs extérieurs. Clément Boyer a pris du volume, cette année, Florian Bousquet a été élu joueur du match, c’est tout dire, et Benjamin Jullien a été la bonne surprise de la soirée. C’est un gros défenseur, qui doit cependant mieux communiquer, et forcer ainsi sa nature introvertie. D’une manière générale, avec Jean Alonso, le directeur des équipes de France jeunes, Thierry Dumaine, Christophe Toustou, le préparateur physique Ghyslian Dubois, et l’entraîneur des moins de 19, Olivier Janzac, nous avons constaté que l’ensemble avait pleinement joué son rôle, au plan offensif.”

Place à England Academy, désormais ?
“Oui, le test-match est programmé courant avril 2013, en France, et nous avons demandé au Comité Directeur de la FFR XIII s’il y aurait la possibilité de prévoir une rencontre préparatoire face au Pays de Galles, en février, histoire d’aborder ce difficile rendez-vous dans les meilleures conditions.”

TOJUNIORHERVÉHURBEPOUSSIÈR

Le centre de formation du TO a fourni cinq joueurs aux moins de 18 ans français, jeudi soir.

Photo Hervé HurbePoussière d’images

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire