Hier soir au Mas de l’Ille de Port Barcares, tout le monde avait mis les petits plats dans les grands pour une soirée de gala particulièrement réussie.

Après une première journée de Congrès Fédéral (compte-rendu dans les jours prochains), l’heure était aux récompenses de celles et ceux qui ont fait briller la Planète XIII durant cette saison qui s’achève.

Soirée réussie à plus d’un titre, tout d’abord l’ambiance était conviviale, cordiale et détendue et chacune et chacun a félicité et applaudi comme il se doit chacune et chacun des lauréats. Ensuite, c’est devant une salle comble (la soirée affichait complet depuis plusieurs jours) que les nominés et lauréats ont reçu leur trophée 2018. Pour finir, les lauréats ont été tout d’abord été listés par leurs pairs (entraîneurs, joueurs, clubs ou commissions, sélectionneurs etc…) puis une liste de 3 noms par catégories pour finir (après parfois de longs débats) par élire le lauréat 2018.

La vidéo de cette soirée sera disponible prochainement.

Les anglophiles diraient “And the Winner is….”.Nous, nous vous dirons “Et les gagnants sont….”

MEILLEUR JOUEUR INTERNATIONAL : BENJAMIN GARCIA

Benjamin Garcia, deuxième ligne, centre, et même parfois talonneur des Dragons Catalans, formé aux Ocriers de Gargas avant de rejoindre le SO Avignon, Wynnum Manly Sea Eagles en Australie, puis Perpignan, s’est montré entièrement à son avantage, lors de la Coupe du monde 2017. Un joueur dur au mal, robuste, intransigeant en défense, tranchant en attaque, doublé d’une âme de capitaine.

Il devance Mark Kheirallah et Julian Bousquet.

MEILLEUR JOUEUR ELITE 1: THOMAS LASVESNES

Les parents de Thomas (absent pour veille de compétition) sont venus recevoir le trophée au nom de leur fils.

Thomas Lasvenes, 1,73 m pour 77 kg, 22 ans depuis le 6 mai dernier, buteur émérite, a rejoint Limoux à l’inter saison, en provenance de Villeneuve-sur-Lot, où il exerçait la profession de charpentier. Et où, déjà, il faisait des étincelles en équipe Elite, après un passage remarqué en juniors, au poste de demi-de-mêlée, parfois aussi de talonneur et d’ailier, aux côtés notamment de Valentin Marot, récent champion de France Elite 2 avec Villegailhenc-Aragon, et de William Ousty, l’excellent talonneur d’Albi.

Un gabarit de poche pour un talent de taille XXL, relanceur de talent, efficace en défense, et au placement sûr, formé à Pujols jusqu’en minimes.

Cathy et François, les parents, Benjamin, son frère âgé de 24 ans, joueur de Villeneuve-sur-Lot, peuvent être fiers du parcours de celui qui s’inscrit d’abord comme un attaquant de tout premier plan, apte à s’intercaler avec aisance dans la ligne des trois-quarts, et possédant un grand sens de l’anticipation.

Un arrière polyvalent, pour une équipe de Limoux dont le style de jeu correspond en tous points au sien.

Il devance Mickaël Goudemand et Bernard Gregorius.

MEILLEUR ARBITRE: GEOFFREY POUMES

Geoffrey Poumès a enchaîné les bonnes performances, cette saison.

Il devance Benjamin Casty et Cyril Vergnes.

MEILLEUR JOUEUR ELITE 2 : MORGAN CARENSAC

Morgan Carensac, de Villefranche-Aveyron, est un demi tout ce qu’il y a de clairvoyant. Et un joueur au registre rugbystique complet.

Il devance William Paillès et Quentin Nicol.

MEILLEUR JOUEUR U19 : ARTHUR MOURGUE

Arthur (au centre de la photo) et ses amis nominés

Arthur Mourgue, demi de poche des Dragons Catalans, leste, imaginatif en diable, et bon buteur, originaire de Barbentane, dans le Vaucluse, et formé au SO Avignon. Une perle rare, qui “possède de grosses qualités physiques et techniques”, selon Steve McNamara. Etudiant en école de commerce, il a signé en novembre dernier un contrat de quatre ans avec le club pro perpignanais.

Il devance Thomas Lacans et Pierre-Jean Lima.

MEILLEUR JOUEUR XIII FAUTEUIL : MOSTEFA “MOUSS” ABASSI

Mostefa “Mouss” Abassi, des Toros du TO St Jory, est aussi un cadre du XIII de France, avec lequel il a été sacré champion du monde en 2017. “Il va vite, sent le jeu, possède la vista”, dit de lui son entraîneur en club, Jean-Jacques Bedué. Par ailleurs participant aux JO paralympiques de Rio en 2016, catégorie Basket, il fait l’unanimité tant auprès de ses coéquipiers que de ses adversaires, pour ses qualités humaines.

Il devance Arno Vargas et Kevin Pastor.

MEILLEURE FÉMININE: ELISA CIRIA

Elisa Ciria, de Biganos, une des “piliers” du XIII de France, est enseignante d’EPS, et la capitaine respectée de son club, ancienne championne de France 2è Division de judo, en -57 kg.

Elle devance Cyndia Mansard et Elsa Berdu.

MEILLEUR MARQUEUR : THOMAS AMBERT

Thomas (absent ) se verra remettre son trophée par Gérard CAILLIS

Thomas Ambert aurait inscrit plus de ses dix-sept essais s’il n’avait été freiné par une blessure, et le fils de Marc, ancien deuxième ligne de Pia et du XIII de France, est assurément le meilleur joueur français au poste de centre.

MEILLEUR ENTRAINEUR : BENOIT ALBERT

Benoît Albert, qui a débuté comme préparateur physique à Pia sous la houlette de l’entraîneur Jacques Jorda, a ensuite dirigé avec succès l’équipe fanion du club de la Salanque, avant de rallier les Dragons Catalans comme responsable de la réathlétisation (2014 et 2015). C’est, cette saison, sa deuxième expérience comme coach de Saint-Estève XIII Catalan, où ses compétences font l’uninamité auprès de ses protégés.

Il devance Maxime Grésèque et Renaud Guigue.

MEILLEURE ECOLE DE RUGBY : TOULOUSE OLYMPIQUE

Le Toulouse Olympique est un club ayant derrière lui une longue tradition, en matière de formation des jeunes. Comme les deux autres nominés, la section des jeunes de Limoux et le FC Lézignan.

MEILLEUR DÉLÉGUÉ : JEAN-CLAUDE LATASTE

Si Jean-Claude Lataste a été désigné meilleur délégué par les membres de la commission du même nom, ce n’est évidemment pas pour rien. Il devance Gibert Vadillo et Georges Beuchat.

TROPHÉE D’HONNEUR: GEORGES AILLERES

Georges Aillères, alias “Le Cube”, capitaine du XIII de France finaliste de la Coupe du monde en 1968, devant plus de 54 000 spectateurs au Sydney Cricket Ground.

TROPHÉE D’HONNEUR: ALAIN FERRAND

Alain Ferrand, premier magistrat de Port-Barcarès, ancien président du club de rugby à XIII de sa ville, qui a tant fait pour que la station balnéaire devienne la base arrière des équipes de France, méritaient bien un Trophée d’Honneur.