Accueil » Equipes de France » Au Cœur des Bleus » Aurélien Cologni : “Le message est passé”

Aurélien Cologni : “Le message est passé”

Si la France a raté la marche de la qualification pour les quarts de finale de la Coupe du monde, les aspects positifs ont été nombreux, durant un mois, selon l’entraîneur Aurélien Cologni. Il donne ici un aperçu de son ressenti, et évoque les performances de quelques-uns des Bleus.

L’OBJECTIF
“Il n’est pas atteint puisque nous ne nous sommes pas qualifiés pour les quarts, mais nous avons abordé la compétition avec un triple handicap : les absences de joueurs cadres, la difficulté d’assembler, notamment en terme de condition physique (entre ceux qui venaient de terminer leur championnat et ceux qui étaient restés plusieurs mois sans jouer), le groupe le plus atypique de toutes les nations participantes, comprenant des joueurs des Dragons, d’autres clubs de Super League ou de Championship, et d’Elite”.

L’ETAT D’ESPRIT
“Lors de notre prise de fonctions, voici un an, nous souhaitions redonner de la fierté au XIII de France. Que si celui-ci devait tomber, que ce soit les armes à la main, que nous n’accepterions plus d’être surdominés, en match. Et ce message est passé. Nous avons certes rencontré deux problèmes de comportement, mis ce groupe est sain, très pro dans son attitude, à l’image des joueurs toulousains que nous découvrions. Il y a eu adhésion de sa part à ce qu’on lui demandait”.

VIE DU STAFF
“Une force nous lie les uns et les autres, et les joueurs l’ont ressenti. C’était la première fois que nous travaillions ensemble sur le long terme, avec ceux chargés de la technique, de la préparation physique, du médical, de l’intendance, et nous avons trouvé notre équilibre. Grâce à cela, nous serons meilleurs à l’avenir”.

L’ARRIERE ET LES AILIERS
“Pas un des joueurs présents n’a pas répondu à notre attente, même si tous n’ont pas évolué au même niveau. Nous avions notamment des carences au niveau du “back three”, or l’association entre Mark Kheirallah, Ilias Bergal et Fouad Yaha, a été exceptionnelle. Solides, sûrs, ils ont donné de la confiance à leurs coéquipiers, et leur marge de progression est encore importante. Ilias Bergal, par exemple, a supporté la pression du premier match, puis de la totalité de la Coupe du monde, alors qu’il était l’invité de la dernière heure”.

AU CENTRE
“Bastien Ader est un joueur athlétique, qui a besoin de davantage de confiance en lui. Nous nous sommes aperçus qu’il était plus dangereux à droite, au plan offensif, qu’à gauche”.

A LA CHARNIERE
“Nous en avons utilisé sciemment trois différentes, d’où un manque de stabilité. Mais nous étions aussi dans l’optique de 2021, et des associations se sont détachées plus que d’autres, ce qui est intéressant pour la suite car nous serons amenés à former des duos différents en fonction des nations que nous affronterons”.

DANS LE PACK
“Ben Garcia ne déçoit jamais. Il est toujours à la disposition du collectif, et donne à chaque fois le maximum de ses possibilités. C’est un authentique leader, qui dégage de la sérénité. Il a confiance en ce quil fait. Difficile à contenir pour l’adversaire, en raison de la qualité de ses courses, il est évidemment un élément essentiel du pack.
Maxime Herold a perdu du temps, au cours de sa carrière, mais à 28 ans, à l’image de Guillaume Bonnet, qui n’a pu participer en raison de sa blessure contre la Jamaïque, il fait toujours partie du futur de l’équipe de France. Maxime sort enrichi de cette expérience du haut niveau. Il a dégagé de la puissance, de l’énergie, alors qu’il était en manque de rythme”

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comments (4)

  • plein sud

    Hâte de revoir l’équipe de France en 2018. Quel est le calendrier international ??

    15/11/2017 à 19:23
  • Dupont

    Mêmes maux mêmes remèdes….cela fait x temps que l’on entend les mêmes discours, on en a marre. Dirigeants, entraîneurs, vous n’êtes pas au niveau.

    15/11/2017 à 22:30
  • Pascal

    M. Dupont, je pense que vous vous trompé. Certes les quarts n’ont été atteint, mais nos bleu ont livré 3 matchs intéressant, à chaque fois des choses positives notamment dans l’investissement défensif. L’encadrement est à la hauteur et 100/100 français, il travaille en plus en confiance avec la nouvelle équipe dirigeante de la Fédération. Celle-ci a tout mis en oeuvre pour mettre les joueurs dans de bonnes conditions. Il y a eu une vraie approche pro de cette compétition. Tout ça va dans le bon sens. Encore bravo aux joueurs, merci pour leurs performances, la victoire leur sourira bientôt !

    16/11/2017 à 22:19
  • TORREGROSA

    Bien sur les 1/4 de finale n’ont pas étés atteints mais il y a tout de même de bons motifs de satisfactions.
    L’état d’esprit dégagé par les joueurs a été excellent et est prometteur pour l’avenir de l’équipe de France.
    L’absence de joueurs cadres est aussi à prendre en compte : Si Tony Gigot avait pu être là ainsi que Rémi Casty et Vincent Duport sans oublier Guillaume Bonnet et même Karim Miloudi nul doute que la victoire contre le Liban était envisageable…
    Je pense que nous s sommes sur la bonne voie à condition toutefois que des rencontres régulières contre les meilleures nations du rugby à XIII soient programmées.

    17/11/2017 à 20:54

Laisser un commentaire