Accueil » Compétitions » Coupes de France » Coupe Lord Derby – France » Avignon a un nouveau pape : Ray Nasso

Avignon a un nouveau pape : Ray Nasso

AVIGNON NASSO2013

Raymond Nasso, auteur d’un triplé. Photos RMD Agency

Il fallait jouer, jouer, et encore jouer. Pour ne rien regretter, quand la cloche sonnerait la fin de la récréation. Pour Avignon comme pour Limoux, qui n’avaient fait que cela, jouer, jouer, et encore jouer, tout au long de la saison, ça n’était pas un problème. Avant même que la finale ne commence, on savait que les uns comme les autres chercheraient leur salut dans cette débauche d’enthousiasme, balle en mains. Et on savait, aussi, que la victoire basculerait dans le camp de l’équipe qui éviterait, tant que faire se peut, l’erreur fatale. Celle qui vous envoie en enfer, alors même que le paradis est à portée de main. Des fautes, les Provençaux comme les Blanquetiers en ont commises, tant ils ont sacrifié à l’offensive. Mais celles de trop étaient à verser sur la fin au passif de Limoux, qui mena pourtant à deux reprises assez nettement au score : 21-12 entre la 44è et la 46è minute, puis 33-22 entre la 61è et la 63è.
Limoux, aussi admirable dans le combat que l’avait été Avignon, menait encore d’un point (33-32) à deux minutes du terme, après avoir constaté, impuissant, les dommages causés dans sa défense par Younès Khattabi, engouffré presque trop facilement dans un espace laissé libre. Mais Ray Nasso, élu joueur de la finale, mit ensuite le turbo, pour un exploit personnel qui envoyait le SOA dans la lumière (38-33, 74è). Teli Pelo avait beau, en suivant, perdre un ballon sur ses vingt mètres, exploité par Alex Doutres en bout de ligne après deux charges successives de Karl Temata et “Feka” Palea’aesina, il était alors trop tard pour remporter l’infernale course-poursuite, Phil Ramage ratant la transformation de la victoire depuis le bord de la touche.

“Grâce à Nasso…”
Pour un point, les Audois, exagérément indisciplinés sur la fin,  perdaient tout, sauf l’honneur d’avoir régalé le public par leur façon audacieuse de faire voyager la balle. Une méthode que les Provençaux avaient pareillement en magasin, derrière le fin Joris Bissière, l’opiniâtre Aaron Wood, et surtout le génial Ray Nasso, nouveau pape d’Avignon.
N’empêche, Avignon revenait quand même de loin, comme le reconnaissait volontiers Renaud Guigue, à l’heure de dresser un premier bilan : “Nous n’avons pas bien attaqué le match, le soutien au porteur du ballon était défaillant, même en défense nous avons subi, puis en seconde période nous avons enfin gagné les tenus, les gars sont restés concentrés jusqu’au bout, pour finalement l’emporter grâce à Nasso.”
Limoux n’avait pas, lui, d’Australo-Italien sur sa feuille de match, mais un petit ailier catalan de Salses, Alexandre Doutres, auteur du même hat-trick que le talonneur d’en face, un perforateur de première en la personne de Iafeta Palea’aesina, et une armée de combattants inoxydables.

“Certaines erreurs ne pardonnent pas…”
Cela n’a pas suffit, et le coup passa si près que Marc Bourrel, professeur de beau jeu comme peut l’être Renaud Guigue, éprouvait “beaucoup de regrets” en regardant les Vauclusiens soulever la Coupe.
“Avignon n’a rien volé, mais on lui a donné trop de points, et à ce niveau certaines erreurs ne pardonnent pas, comme parler à l’arbitre, ou attendre un rebond…”
Reste que si Limoux avait gagné, on parlerait à l’inverse des cadeaux offerts par le SOA. Comme cette réception manquée à la tombée d’une chandelle (25è) qui profitait à Doutres, ou la bévue de Yannick Ruh souriant cette fois à Scott Blanch (42è), et enfin le ballon lâché dans l’enbut avignonnais (61è) sur lequel se jetait Phil Ramage. Trois fautes, trois essais, et pourtant Avignon a gagné, puisque en face on n’était pas plus avare d’approximations. Comme celle de Bastien Almarcha, croyant à tort que le ballon filerait en touche, Yannick Ruh poursuivant avec à propos au pied, pour une conclusion pesant lourd dans la balance, sur la ligne d’arrivée… Car forcément, quand on joue, et joue encore, le déchet n’est jamais loin.

LA FICHE TECHNIQUE
Finale de la Coupe Lord Derby
AVIGNON – LIMOUX 38-37
Mi-temps 12-14. Arbitre : M. Vincent. 6 877 spectateurs.
Avignon : 7 essais Nasso (11, 37, 74), Wood (46), Jullien (49), Romano (63), Khattabi (69), 5 transformations Arnaud (11, 37, 49, 69, 74).
Limoux : 6 essais Doutres (18, 25, 52), Sc. Blanch (42, 77), Ramage (61), 5 transformtions (18, 25, 42, 52, 61) et 1 pénalité (40) Ramage, 1 drop Murcia (44).

AVIGNON  : Arnaud – Liguoro, Romano, Jullien, Y. Ruh – (o) Bissière, (m) R. Millard – Pelo, Nasso, Cagnac (cap) – Clément, Wood – Y. Khattabi.
Sont entrés en jeu : Tamghart, Armani, Durandal, Pourret.

LIMOUX : Taylor – Doutres, Sc. Blanch, Hatfield, B. Almarcha – (o) Ramage, (m) Murcia (cap) – Temata, M. Albérola, Herold – Dean, M. Almarcha – Munoz.
Sont entrés : Palea’aesina, Pramil, Reffle, Teixido.

LIMOUX PAEAESINA2013

Les charges de Iafeta “Feka” Palea’aesina ont largement contribué au super spectacle.

Partager cet article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Laisser un commentaire