Accueil » Compétitions » Coupes de France » Coupe Lord Derby – France » Avignon – Limoux : entre joie et regrets…

Avignon – Limoux : entre joie et regrets…

COUPEE 2 

Photos RMD Agency

Comme toujours en pareil cas, la joie des uns contrastait avec la peine des autres, au soir de la finale de la Coupe Lord Derby remportée 38-37 par Avignon. Petit florilège de réactions d’après match…


Renaud Guigue, entraîneur d’Avignon : “Notre entame n’a pas été très bonne, nous étions en panne de soutien, et avons subi en défense, puis en seconde mi-temps nous avons réussi à gagner les tenus, les gars sont restés concentrés jusqu’au bout, y compris quand nous avons été menés de 11 points au score, ont fait preuve de maturité malgré leur jeunesse, et Ray Nasso, énorme, a fait la différence. Mais cela s’est joué à un poteau. Je suis fier d’avoir amené ce groupe à cette récompense qu’Avignon attendait depuis 24 ans.”
Martial Romano, centre d’Avignon : “On a mis tout notre coeur dans ce match et on s’en souviendra longtemps.”


Ray Nasso, talonneur d’Avignon : “L’équipe a été très forte. Elle a tout donné du début à la fin. On a été très bons sur les impacts. On mérite de gagner.”


Joris Cagnac, pilier d’Avignon : «On y a toujours cru, même quand nous étions menés 33-22. Ce courage a payé.”


Marc Bourrel, entraîneur de Limoux : “La déception est vive. On avait le match en main, il suffisait de pousser un peu plus et on le gagnait, mais on a commis une grosse faute d’indiscipline qui nous coûte sûrement le match. La discipline est primordiale dans ce genre de match, on le savait, d’où les regrets. Le contenu du match et notre niveau de jeu ont été satisfaisants, c’est donc frustrant de s’incliner comme ça. On perd parce qu’on parle à l’arbitre, une seule fois, mais une fois de trop. Dans une finale, ce n’est pas toujours la meilleure équipe qui gagne mais c’est souvent la plus disciplinée. Cette équipe d’Avignon a su être très efficace, il lui a suffi de peu d’occasions pour marquer deux fois en première mi-temps.”


Malik Boudjerra, entraîneur adjoint de Limoux : “Dans une finale, quand tu es devant tu peux toujours la perdre, quand tu es derrière tu peux toujours revenir, ce qui compte c’est d’avoir la maîtrise du match. C’est ce qui nous a manqué devant Avignon. Ca s’est joué sur des détails, on leur a donné les munitions pour nous battre, et ce renvoi dans l’axe, aux 20 mètres, nous fait très mal, c’est ce qui nous tue (ndlr : il reste une poignée de minutes à disputer, les Limouxins veulent jouer rapidement un renvoi aux 20 mètres, contestent le refus de l’arbitre qui retourne le renvoi en faveur d’Avignon, essai en suivant). En première période, on ne complète que 50 % de nos chaînes, on aurait pu faire mieux. On voulait les mettre à la faute, mais on n’y est pas arrivé assez souvent. C’est la conclusion d’une saison difficile, cela fait six semaines que l’on n’avait pas joué, cela s’est senti sur le volume de jeu et sur la fin de partie.”


Nicolas Munoz, 3è ligne de Limoux : “On a perdu sur nos fautes d’inattention alors que nous avions le match en mains. On savait le danger que représentait Nasso, mais il est cependant passé à trois reprises. C’est rageant après notre exceptionnel parcours en Coupe.”


Philip Ramage, demi d’ouverture de Limoux : “Nasso a fait un très bon match, il sortait rapidement de la boite et a réussi à faire la différence. C’est très dur de perdre comme ça. C’est quand l’arbitre change le renvoi de côté en deuxième mi-temps, que l’on perd le match. On a perdu nos cinq dernières finales de justesse, ce n’est donc pas un problème de confiance. On fait des bons matchs, c’est juste comme ça, il n’y a pas vraiment d’explication. Ma transformation sur le poteau ? Je préfère ne pas y penser.”


Mickaël Murcia, demi-de-mêlée de Limoux : “Forcément, on est très déçu. On mène pendant tout le match, on a fait le jeu mais ils passent devant sur la fin. Je suis surtout peiné pour le staff, qui a fait du très bon boulot toute la saison. On aurait bien voulu ramener la coupe à la maison, après cinq défaites en finale. Félicitations tout de même à Avignon, qui a mérité sa victoire. Il fallait tout donner, on l’a fait. Ca se joue sur des petits détails. On savait que Nasso était un poison et il nous a fait mal. On savait avant le coup d’envoi que l’équipe qui aurait la maîtrise du match s’imposerait. On l’a eu pendant 70 minutes avant de craquer à la fin. Avignon a maîtrisé dans les dix dernières et ont su faire la différence. A chaque fois qu’ils marquaient on réagissait immédiatement, mais à la fin quand ils sont passés devant on s’est précipité, on a perdu des ballons, puis il y a eu le tournant avec cette pénalité retournée en leur faveur. Peut-être y avait-il la peur de gagner. À chaque finale on se dit que l’on ne doit pas refaire les mêmes erreurs, et pourtant… En début de seconde période on s’échappe au score, on s’est peut-être vu trop beau, et on aurait dû calmer le jeu et garder les ballons. On a été crispé, cela a été notre défaut, cette saison.”

Laurent Coronas, co-président de Limoux : “Une finale n’est belle que lorsqu’on la gagne.”

COUPEE 1

COUPEE 3

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire