Accueil » Actualité Nationale » Benoit Tollot : “Nous voulons qu’à terme, les féminines et notre équipe fanion en Elite 2 soient au même niveau de considération”

Benoit Tollot : “Nous voulons qu’à terme, les féminines et notre équipe fanion en Elite 2 soient au même niveau de considération”

Cet après-midi à Toulouse au stade Philippe Struxiano, aura lieu le dernier Magique Week-end Féminin de la saison. Un rendez-vous qui sonne comme un dernier préparatif avant les phases finales. Le 8 mai, Lescure et Toulouse se retrouveront en demi-finale d’Elite 1 avec pour objectif la grande finale du 21 mai au Parc des Sports de Narbonne. Benoit Tollot, président du club du Lescure, a répondu à nos questions avant ce rendez-vous.

Pouvez-vous nous présenter votre club en quelques mots ?

Benoit Tollot : “Le club a été créé en 1965, nous avons fêté les 50 ans en 2015. L’équipe féminine s’est créée il y a une quinzaine d’années, d’une envie commune entre dirigeants et parents. En fait, de nombreuses filles étaient présentes sur le bord de la touche les jours de match et voulaient jouer. Puis au fil des années l’équipe a pris de l’ampleur, avec sur le terrain de très bons résultats mais aussi dans la vie quotidienne, en animant le club.”

Depuis que vous êtes président quel travail avez-vous effectué ?

BT : “L’idée principale est d’amener le plus loin possible cette équipe. Nous voulons qu’à terme, les féminines et notre équipe fanion en Elite 2 soient au même niveau de considération. Cela se ressent de plus en plus grâce notamment à la communication mais il reste du travail. L’accompagnement mental et la préparation physique sont à parfaire.”

Quels sont les prochains axes de travail ?

BT : “Bien évidemment c’est d’abord de conserver nos joueuses et de rester à ce niveau de compétition, c’est-à-dire en Elite 1. Puis c’est de former davantage nos entraîneurs et préparateurs physiques qui accompagnent les filles. Nous voulons aussi développer des partenariats avec les différentes salles de sport du secteur pour assurer une bonne préparation physique de nos joueuses. Puis comme vous le savez, nous avons moins d’effectif comparé aux garçons, c’est pourquoi nous devons bien nous entendre avec nos clubs voisins (Albi, Réalmont). C’est important, je pense, de s’unir ensemble afin de développer différentes catégories féminines et avoir pourquoi pas une équipe minime et cadette.”

Comment voyez-vous cette demi-finale ?

BT : “Ce qui est sûr, c’est que cela sera une demi-finale physique avec beaucoup d’engagement. Les deux équipes se connaissent parfaitement, certaines filles évoluent même ensemble en équipe de France. Le défi physique sera inévitable, nos joueuses devront être prêtes mentalement à l’intensité dans cette rencontre.” 

Enfin, avez-vous un mot pour l’adversaire ?

BT : “Toulouse a une belle équipe, et leur entraîneur est très bien. C’est quelqu’un avec qui on peut discuter sur le match, refaire les actions sans animosité et parler du XIII féminin dans son ensemble. Nous les accueillerons avec plaisir, de la manière la plus impartiale possible. Pas de douche gelée (rires).”

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire