Accueil Actualité Elite

Actualité Elite

Jamin Williams (Carcassonne) : d’Inglis à Luke Swain

Alors joueur des Combined Countries, sélection des meilleurs aborigènes du sud-ouest de Sydney, le futur trois-quart polyvalent de Carcassonne, Jamin Williams, aujourd’hui âgé de 22 ans, s’était notamment distingué face aux Wall Street Warriors guidés par Greg Inglis en personne, début octobre 2018 à Dubbo, lors du NSW Aboriginal RL Tournament.

Ronald Jones, le coach de Combined Coutries, avait ainsi fait remarquer au soir de la victoire (22-6) de son équipe : “Jamin a mystifié Inglis, en se glissant à l’intérieur, pour inscrire un essai électrique”.

Après trois victoires de rang, cette sélection avait atteint les demi-finales du Tournoi, pour finalement s’incliner face aux futurs vainqueurs, les Newcastle All Blacks.

Coéquipier de Payne et Mataka

Depuis, l’enfant de Macquarie Fields, 1,85 m pour 90 kg, passé en 2017 par les U20 de Wests Tigers, et Western Suburbs Magpies, dans le Sydney Shield, a fait les beaux jours l’an passé de Mounties, équipe réserve de Canberra Sharks, basée à Mount Prichard, en Ron Massey Cup, en compagnie de l’ex Avigonais Jack Payne, sous l’aile de Mick Potter, l’ex coach des Dragons Catalans, et cette saison il évoluait toujours à Mounties, mais à l’étage au dessus, en Canterbury Cup (ex NSW Cup), aux côtés notamment de l’ancien Pianenc Willie Mataka, et de deux ex Dragons Catalans, Sam Williams et Michael Oldfield.

Joueur encore en devenir, réputé pour ses crochets et ses accélérations, celui qui arrive en France via le réseau du Lézignanais Cyril Cabrol, a l’appui de Luke Swain, ancien joueur de Saint-Estève XIII Catalan et de… Carcassonne, actuel assistant de l’entraîneur de Mounties en Canterbury Cup, Peter Marrapodi.

La saison 2020 du jeune australien a été écourtée pour les raisons que l’on sait.

La prochaine, du côté de Domec, pourrait le voir entrer dans la lumière, même sans Greg Inglis en face…

H.G.

Drodrolagi, de Carcassonne à la Coupe du monde ?

Ancien joueur de Port Kembla, aux îles Fidji, puis de Glebe Dirty Reds (Ron Massey Cup) en 2018, avant de rallier les Western Suburbs Magpies de la même compétition en 2019, Jowasa Drodrolagi, puissant avant ou centre de 25 ans, a représenté le XIII du Premier Ministre des Fidji, le 11 octobre 2019 contre le XIII du Premier Ministre australien.

Auteur de 67 minutes de jeu, au poste de deuxième ligne, lors de ce match perdu 10-52 par les Fidjiens, “Joe” était ce jour-là le coéquipier d’Osea Sadrau, un ex joueur de Carcassonne, club dont il défendra les couleurs en 2020-2021.

Agé de 25 ans depuis le 12 avril dernier, son 1,91 m et ses 104 kg devraient rehausser le potentiel du pack jaune et noir, dès lors qu’il vise une sélection pour la Coupe du monde 2021 avec Bati Fidji.

“Je compte travailler dur pour arriver à mes fins”, explique ce colosse qui, confinement oblige, n’a disputé qu’une seule rencontre de Ron Massey Cup, cette saison, dans les rangs des Kaiviti Silktails, un club fidjien semi-pro présidé par l’ex pilier international Petero Civoniceva, et entraîné par Wes Naiqama, autre “figure” de Bati Fidji.

Une équipe invitée pour la première fois, cette année, à disputer la Massey Cup, et qui s’engagera en NSW Cup la saison prochaine.

Auteur notamment d’un doublé avec les Magpies, le 21 août 2019 contre Brothers, Drodrolagi a donc choisi cette année une autre voie, française celle-là, avec l’espoir d’attirer vers lui les yeux des sélectionneurs.

Deux rugbys main dans la main

Le XV, le XIII, deux rugbys, deux codes, deux voisins, deux cousins, qui de moins en moins, en France, respectent la distanciation physique imposée, depuis des lustres, par des guerres que l’on peut qualifier d’un autre âge.

On en veut pour preuve, au plus haut niveau, la tendance consistant, pour le XV, à s’inspirer de plus en plus du XIII, histoire de gagner en dynamisme, en temps de jeu.

On se souvient aussi du FC Lézignan d’Aurélien Cologni, qui voici quelques années flirtait à l’entraînement avec le Stade Français de Cheika.

Plus près de nous, un salutaire rapprochement était effectué entre Villeneuve-sur-Lot RL et le SU Agen.

Sans parler du plus spectaculaire et médiatique arrangement entre XIII et XV, le mariage, autant d’amour que de raison, qui unit désormais le Toulouse Olympique et le Stade Toulousain, utilisateurs du même stade Ernest-Wallon, le tout sur fond de respect mutuel.

C’est désormais au tour de deux clubs de village, Villegailhenc-Aragon RL et le RC Pezens, de nouer des relations. Plus fortes, encore, celles-ci, puisque les joueurs de chacun de ces clubs audois auront demain la possibilité de s’entraîner en commun, et d’évoluer dans un camp comme dans l’autre. Avec des matchs à domicile disputés alternativement sur le terrain des quinzistes du Cabardès, et sur celui des treizistes.

Autant d’exemples de partenariats susceptibles, à l’avenir, d’être suivis. A condition de briser les barrières encore solides brandies par les irréductibles de chaque rugby, pour que s’ouvrent, demain, des passerelles bienfaitrices pour tous.

Deux sports qui, évidemment, conservent leurs propres règles, leurs propres spécificités, et leur propre histoire, d’ailleurs souvent agitée sur le sol hexagonal, mais qui, comme c’est souvent le cas en Angleterre, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, ont assurément tout intérêt à mettre en commun leur savoir-faire, notamment en matière de pré-formation, de préparation physique et technique, ou de mutualisation des moyens.

Et ce pour le bien de chacun, main dans la main, gagnant-gagnant.

Hervé Girette

Histoire du XIII : Avignon musèle Le Pontet

DANS LA PRESSE : Finale de la Coupe de France 1989

ANDRE PASSAMAR « L’EQUIPE » :

« Une finale de belle valeur… »

« Le Pontet sans Maccali et Palanques. Le Pontet humilié, Le Pontet piégé, tout au long de la semaine par une inutile colère. Le Pontet enfin rasséréné et décidé, comme il l’avait officiellement indiqué, « à jouer le jeu » face à un S.O. Avrigno au grand complet et sans complexe. Résultat, une finale de belle valeur, pas parfaite certes, mais disputée avec une impeccable loyauté et beaucoup d’intensité physique en dépit de la température caniculaire qui caractérise, le ciel tarnais…

… Plus rapidement en aciton, Avignon remplit avec beaucoup de brio le rôle de challenger qui lui était dévolu. »

Martial Lalanne « Sud-Ouest » :

« … un succès qui récompense un certain rugby à XIII… »

« … Les Pontésiens avaient un contrat moral avec la famille treiziste après la finale ratée de Narbonne et à Albi… les poulains de Marius Frattini mis à part le premier quart d’heure de jeu ont essayé de contrôler les débats… Dommage que le volume de jeu et surtout les « jambes » aient fait défaut aux Pontésiens… Un succès qui récompense un certain rugby à XIII. »

Le centre de formation du SO Avignon recrute pour la saison 2020 – 2021

La prochaine saison est déjà en préparation; le recrutement au Centre de Formation du SOA XIII est lancé pour 2020 – 2021. Tu es intéressé pour intégrer une structure qui te permettra de devenir rugbyman de haut-niveau, avec en plus une formation scolaire ou professionnelle ? Alors n’hésites pas à nous faire parvenir ta candidature.

Présentation du Centre de Formation

Il existe seulement 3 Centres de Formation en France agréé par le ministère de la Jeunesse et des Sports; le SO Avignon en fait partie depuis 2008. 

La formation est le moteur essentiel du club depuis de nombreuses années. L’objectif est de former des joueurs de haut-niveau, pouvant jouer en Sénior Elite, ou d’évoluer en Super League.

Le double projet :

Le CF propose une formation sportive individualisée mais aussi une formation scolaire ou professionnelle, adaptée au niveau de chacun, avec un suivi particulier. 

Depuis 3 ans, le Centre de Formation propose, en relation avec BOSS Sport, la formation au BPJEPS Sports collectifs, option Rugby à XIII. Fort de la réussite du premier module, le BPJPEPS « Activité de la forme » devrait se mettre en place. 

Une formation sportive : 

Le centre de formation s’entraine en moyenne 17h par semaine, avec différents types d’entrainement : 

  • musculation, 
  • terrain, 
  • analyse vidéo, 
  • technique de lutte

Chaque stagiaire bénéficie de programmes adaptés suivant son état physique du moment, ainsi que de ses impératifs scolaires ou professionnels. 

Cette formation sportive à lieu au coeur du Parc des Sports, lieu de match et d’entrainement de l’équipe Elite; ce qui permet aux stagiaires d’accéder à l’ensemble des installations.

Une formation professionnelle 

Chaque stagiaire bénéficie d’une formation diplômante. Un projet individuel de formation est mis en place avec chaque athlète en partenariat avec différents établissements (université, BTS, lycée, BPJEPS). Chaque stagiaire bénéficie également d’un suivi social et peut bénéficier d’aide administratives.

Un suivi médical qualitatif : 

Pour veiller à la bonne santé de chaque stagiaire, le suivi médical du Centre de Formation est obligatoire et organisé. Plusieurs spécialistes sont à disposition à tout moment en cas de besoin : 

  • médecins,
  • kinésithérapeutes, 
  • ostéopathe, 
  • podologue, 
  • diététicien.

La porte vers le haut niveau

Vous l’aurez compris, le Centre de Formation est la porte d’entrée vers le haut-niveau :

  • 76% des stagiaires ont évolué en sénior élite depuis la création du CF
  • 80 % des joueurs Elite de l’année 2019 – 2020 sont issus du CF
  • 11 pensionnaires sur 15 cette saison ont évolués en sénior Elite.
  • 6 sont actuellementprofessionnels dans les championnats étrangers

Communiqué : Actions & Perspectives de reprise

Le Bureau Exécutif s’est réuni samedi dernier pour évoquer la gestion de la crise, les calendriers internationaux et nationaux et les perspectives éventuelles de reprise.

Covid-19 – Championnats

La gestion de la crise a été gérée avec sérénité et la décision de la saison blanche a été la meilleure solution car plus équitable sportivement. Il est impensable de décerner un titre sur les résultats de la phase aller. De plus, la fédération a annoncé aux clubs le remboursement de 3 mois d’engagement.

Compétitions Internationales

Concernant la saison internationale : annulation des rencontres des U17 contre l’Angleterre, standby pour le match EDF fédérale contre la Serbie. Le championnat d’Europe U19 est reporté à 2021 avec possibilité de conserver la même tranche d’âge. Idem pour les Féminines et Fauteuils mis en standby également.

Nigel Wood CEO de l’IRL a demandé à l’OMS des directives pour pouvoir organiser les compétitions internationales.

Formation

Par rapport à la rentrée et aux recrutements des pôles, le communiqué de presse de la Ministre va dans le sens d’une non-reprise jusqu’à la rentrée.

La journée de recrutement prévue dans toutes les structures ne pourra donc pas se tenir sur le format habituel.

Pour le recrutement, la cellule de la DTN s’est réunie et a réfléchi à un nouveau format, la proposition est faite de s’appuyer sur trois types de critères :

  • les critères sportifs : les responsables des pôles auront des entretiens téléphoniques avec les coachs des candidats.
  • les critères de compétences de joueurs : il sera demandé le cahier du joueur qui permet d’avoir une vision des compétences acquises, des points à travailler.
  • le critère scolaire : les responsables des pôles convoqueront les candidats pour un entretien par visioconférence.

Concernant le pôle France de Toulouse, la Fédération a remboursé les familles ou n’encaissera pas les chèques depuis le début de la période de confinement. Idem pour la Ligue PACA qui a suspendu les prélèvements des familles pour l’internat également.

La ligue PACA a également pris la décision de ne pas demander aux clubs de verser l’adhésion annuelle qui est de 50€.

Un club près de chez moi 

Initié par le CNOSF, le but est d’inciter tous les clubs à rentrer dans ce dispositif qui comprend une action :  la carte passerelle. Elle donne la possibilité pour les écoles affiliées à l’USEP et l’UGSEL de permettre aux élèves de CM1-CM2 de pouvoir participer à des entrainements dans les clubs sportifs près de chez eux. L’enfant pourra choisir 3 sports. Cette opération court de la rentrée scolaire de septembre jusqu’au 17 octobre. L’assurance est prise en charge par le CNOSF.

La CNJ va transmettre cette initiative à tous nos clubs afin qu’ils se référencent.

Élections Fédérales

Concernant les élections fédérales, les fédérations sportives ont demandé à la Ministre des sports que les élections soient repoussées à avril 2021 pour s’assurer de bonnes conditions présentielles. Le décret doit paraitre d’ici peu.

Championnat d’Europe des provinces

Il se mettra en place à partir de 2022. Ce championnat nous obligera à terminer la saison au mois de mai car le Championnat d’Europe des provinces sera en suivant.

8 équipes sont identifiées : Paris, Lyon, PACA, Aude Cathare, Catalans, Midi-Pyrénées, le Tarn, la Nouvelle Aquitaine.

Les 2 finalistes iraient jouer le championnat d’Europe de Provinces au mois de mai.

Reprise & perspectives

La Fédération travaille sur une reprise de la saison pour les catégories Elite1, Elite 2, DN, Fédérale, Féminines, XIII Fauteuil, jeunes ; mais sans savoir si elles pourront reprendre dès le mois de septembre. Peut-être faudra-t-il prévoir une reprise plutôt pour le mois d’octobre ?

Pour l’instant, le Ministère n’a pas donné la permission aux sports collectifs ni aux sports de combats de reprendre. Au 2 juin, il devrait annoncer quels sports pourraient reprendre ou non. Les seules reprises sont pour les groupes de 10 et sous forme de réathlétisation et juste de façon individuelle.

Il sera important que les joueurs aient une préparation individuelle sérieuse, en lien avec les préparateurs physiques.

Des réunions avec chaque catégorie seront organisées les 23, 30 Mai et 6 Juin pour dresser un bilan rapide de la situation et envisager de manière collégiale la reprise des compétitions tenant compte des contraintes médicales et économiques

Jamal Fakir : souvenirs, souvenirs…

Jamal Fakir est désormais un jeune retraité, et nous avons demandé à l’emblématique ex deuxième ligne puis pilier international des Dragons Catalans, de puiser dans sa malle aux souvenirs.

Si, parmi tes adversaires, tu ne devais citer qu’un seul pilier anglais ?

Stuart Fielden, car c’était impressionnant pour moi, à mes débuts, d’affronter un joueur déjà aussi expérimenté.

Un deuxième ligne ?

Elliott Whitehead.

Un pilier australien ?

Petero Civoniceva.

Un deuxième ligne ?

Je ne l’ai pas rencontré, mais j’admire Boyd Cordner, le capitaine des Roosters.

Un pilier néo-zélandais ?

Fuifui Moimoi (ndlr : il a aussi été son adversaire dans les rangs du Tonga).

Un seul match du XIII de France ?

Je ne peux dissocier celui contre l’Australie, en novembre 2004 à Ernest-Wallon (ndlr : superbe résistance des Bleus, menés 28-16 à la pause, avant de s’incliner 52-30), de celui contre la Nouvelle-Zélande, l’année suivante également à Toulouse, où nous étions en tête au score (22-20) à un quart d’heure de la fin (ndlr : les tricolores s’inclinèrent finalement 38-22).En face il y avait Stacey Jones, qui a rejoint les Dragons un an plus tard.

Un seul essai sous le maillot bleu ?

En 2004 justement, contre les Kangourous, sur passe de Maxime Grésèque dans les trente mètres adverses.

Tu en as inscrit deux autres le 29 octobre 2006 à Colomiers, lors de votre victoire 28-6 contre les Samoa…

C’est vrai, mais je n’ai guère de souvenirs de cette rencontre.

Et un, en outre, avec le Maroc, contre les Etats-Unis, le 20 novembre 2000 à Wigan…

J’avais tout juste 18 ans (ndlr : il est né le 30 août 1982), et nous avions effectué une tournée outre-Manche, avec le Maroc, pour la Coupe du monde des pays émergents. J’avais disputé trois des quatre matchs, face aux USA, au Japon, et à la BARLA (ndlr : Jamal évoluait au centre, en compagnie notamment de Mohamed Sabri, Hichem Oumansour, Tarek Bliel, Hicham Laarini, Ouahib Fryed…)

Un coéquipier à Villeneuve-sur-Lot ?

Je pourrais en citer plein, à commencer par Fred Banquet et David Collado, mais puisqu’il n’en faut qu’un seul, mon choix se porte sur Laurent Carrasco. J’ai encore des liens étroits avec lui, aujourd’hui, nous nous voyons quand je retourne à Villeneuve, et nous nous téléphonons régulièrement.

A l’UTC ?

Beaucoup, également, comme Mathieu Griffi, Teddy Sadaoui, Adel Fellous…

Chez les Dragons ?

Joker, sinon je vais faire des jaloux.

A Bradford ?

Elliott Kear, la première personne que j’ai rencontré en arrivant là-bas. Je logeais chez lui, au début. C’est quelqu’un de humble, ce que j’apprécie chez les autres.

A Lézignan ?

Charles Bouzinac; car lorsque j’ai rejoint le club des Corbières il était déjà talentueux, et à l’écoute, demandeur de conseils. Je le respecte beaucoup.

A Palau ?

Je n’y ai passé que quelques mois, et je pencherai plutôt pour le trio de présidents, Valérie, Thomas, Nicolas. Je tiens à leur tirer mon chapeau.

Recueilli par H. Girette

Féminines Elite – les lionnes se préparent pour la reprise et les phases finales

Le confinement dû à la pandémie du Coronavirus-19 aura mis à l’arrêt la compétition Elite des Féminines où les Lionnes de VVRL occupaient la place de dauphines au classement général. Après cette période de trêve qui devrait se poursuivre jusqu’au 15 Avril voire au delà, l’entraîneur des Lionnes Colin Niez a bien voulu répondre à nos questions :

Après cette période de confinement comment va se passer la reprise ?
Le bureau fédéral de la FFR XIII s’est réuni ce lundi et le projet de reprise concernerait la mise en place des phases finales avec un classement arrêté au 8 Mars. On s’oriente vers une qualification des six équipes et deux rencontres de barrages ouvrant droit aux demi-finales et la finale du Championnat Elite se tiendrait à Albi le 21 Juin 2020.

Les Lionnes ont elle coupé avec l’activité physique ?
Non chacune a reçu un programme personnalisé de la part de notre préparateur Virgil Baque.
Il est composé d’exercices de renforcement musculaire, mais aussi cardio-vasculaire et proprioceptif, pour faciliter le retour sur le terrain une fois le confinement levé. Elles ont toutes mis en application les exercices reçus. Cela va leur permettre de rester en forme pour faciliter la reprise une fois la fin du confinement.

Quel devrait être votre adversaire en demi-finale ?
Si la logique est respectée les Lionnes de VVRL, deuxième au classement devraient recevoir les Zoulouzen de Toulouse Ovalie. Voilà un vrai parfum de finale avant la lettre !

Coupe de France Elite 2 : Villefranche/Aveyron presque dans un fauteuil

Dans le dur depuis son lourd revers essuyé à Pia, Carpentras n’est pas parvenu à surprendre les Loups sur leurs terres.

Ces derniers se sont même imposé presque dans un fauteuil, à la faveur d’une première période très correctement maîtrisée.

Un match au cours duquel Shann Brugel a de nouveau fait parler la poudre, au sein d’un ensemble rouergat globalement plus adroit que son rival, il est vrai orphelin de son poisson pilote, Hugo Bravo.

Les Comtadins n’en ont pas moins résisté avec cran, car même très en retard à la pause, ils ont su rebondir à l’heure de jeu, dans les crampons notamment de Raphaël Andreuccetti, Rachid Ameilhou, Idriss Tamghart, Danilo Delic.

Mais le handicap était trop lourd à surmonter, et c’est même Loïc Taurin qui posait une cerise sur le gateau aveyronnais, avant des retrouvailles prometteuses avec Villegailhenc-Aragon, en finale de la Coupe de France – Challenge Georges-Aillères.

VILLEFRANCHE/AVEYRON – CARPENTRAS 36-12

Mi-temps 20-2

Arbitre Benjamin Casty

Villefranche : 6 essais Gleeson (9), Fortet (29), Brugel (33, 50), Jimenez (52), Taurin (73), 5 T (9, 29, 33, 52, 73) et 1 pénalité (4) Y. Rodriguez.

Carpentras : 2 essais Delic (60), R. Andreuccetti (68), 1 T (68) et 1 pénalité (7) Havet.

Carton jaune à Villefranche : Gohon (60).

VILLEFRANCHE : Teulade – Brugel, Fortet, Gleeson, Portal, (o) Yann Rodriguez, (m) S. Madani – Yèche, Amans, Sournac – Ugaia, Taurin – Magna.

Sont entrés en jeu Al Ghannoufi, Marian, Gohon, Jimenez.

RCC : Alexandre Rodriguez – Bessac, Mouadh Bida, Grosson, I. Tamghart – (o) Havet, (m) L. Comtat – Zairi, Th. Jourdan, G. Ganz – R. Andreuccetti, Pesic – Sagnes.

Sont entrés Amehiou, Ruel, Santouhi, Delic.

Limoux a plané sur Max-Rousié

De retour au pays l’espace d’un dimanche, les cousins Vergniol, Lucas et Benjamin, auteurs chacun d’un essai en première mi-temps, n’ont pas laissé leur part aux chiens, dans un match à faible suspense, qui a récompensé l’ensemble le plus discipliné.

Celui a le mieux complété ses chaînes, faisant bon usage du ballon, surtout avant la pause.

La veille de son anniversaire, Fabien Devecchi aurait, lui, préféré une autre issue à cette rencontre que ses troupes ont moins bien maîtrisé sur leur pelouse du stade Max-Rousié, même si Villeneuve-sur-Lot fit quelque peu planer l’espoir d’accrocher le point du bonus, quand à 16-26, un essai fut refusé à Brad Wall (75è).

Reste que Limoux a terminé le match comme il l’avait débuté, c’est-à-dire en trombe, avec un ultime essai de César Rougé.

Friables en défense, moins précis que les Blanquetiers en attaque, les “Verts” se doivent de rebondir rapidement.

VILLENEUVE/LOT – LIMOUX 16-30

Mi-temps 0-26

Arbitre Patrice Benausse

Villeneuve : 3 essais Melhout (57), Sabour (61), Shaumkel (65), 2 T Lasvenes.

Limoux : 5 essais L. Vergniol (12), F. Flovie (24), B. Vergniol (30), Santo (40), C. Rougé (78), 3 T (12, 24, 40) et 2 pénalités (3, 16) Nona.

Carton jaune à Limoux : Rouch (78).

VILLENEUVE : Bachoukh – Melhout, Brioux, Schaumkel, Nicolas – (o) B. Wall, (m) Lasvenes – Nikolic, Gautier, Pettybourne – Dubertrand, H. Fakir – L. Carrasco.

Sont entrés en jeu W. Ousty, Sabour, Tabu, Maxence Carrasco.

LIMOUX : Santo – F. Flovie, Maxime Péault, Puso, A. Bourrel – (o) Nona, (m) César Rougé – Yesa, Liauzun, Herold – L. Vergniol, Torrès – Rouch.

Sont entrés Yann Belmaaziz, B. Vergniol, Kriouache, P.-L. Bourrel.

Benjamin Vergniol, enfant de Tonneins, a inscrit un essai en première mi-temps.
Crédit LBC

Partager un souvenir, une histoire