Accueil » A la une » IVAN GRESEQUE Une récompense qui n’a pas de prix

IVAN GRESEQUE Une récompense qui n’a pas de prix

Généralement, ses coéquipiers l’adoraient, et ses adversaires le détestaient. Normal, car il faisait souvent gagner les premiers, et perdre les seconds.
Ivan Grésèque, cet immense demi de mêlée, demi malin, avait sur les terrains un oeil d’aigle, et des jambes de feu.
Désigné meilleur joueur européen en 1979 par un magazine britannique spécialisé, il a en outre été élu par le journal L’Equipe, en 2000, comme le joueur de rugby à XIII le plus représentatif des quarante années précédentes.

(Extrait du magazine numérique NEWS FFRXIII de janvier 2018, pour lire gratuitement l’article complet cliquez ici)

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comments (2)

  • TEJEDOR ROBERT

    Mr Yvan GRESEQUE ne mérite aucune récompense et devrait, au contraire, être banni par la FFR 13.
    En effet, il faudrait que vous vous rappeliez que ce monsieur, qui avait de grosses qualités techniques, a été le poisson pilote d’une équipe qui a tué le rugby à 13 avec les COLOGNI père, ZAMORA… par leurs bagarres, leurs brutalités ( mort de Jean-François DARE) jusqu’à cette finale, à Toulouse, à laquelle j’assistais, contre VILLENEUVE qui fut arrêtée au bout de 3 minutes.
    La 1ère chaine de télévision retransmettait chaque année la finale et, suite à cette lamentable finale dont le responsable était le 13 Catalan n’a plus jamais diffusé du rugby à 13.
    Et aujourd’hui, le rugby à 13 est à l’agonie.
    Alors, des récompenses pour Mr Yvan GRESEQUE !

    15/01/2018 à 22:26
  • navarro

    Questu raconte garçon. le fils n’est pas responsable. Tout comme Aurélien Colognie (voir documentaire sur les fils et petits fils des criminels nazi)

    16/01/2018 à 08:24

Laisser un commentaire