Accueil » A la une » Le règne sans fin des Zoulouzen

Le règne sans fin des Zoulouzen

Finale du championnat de France Elite 1

TOULOUSE OVALIE – ST ESTEVE XIII CATALAN 32-8

Mi-temps 18-0

Arbitre Salim Sabri

Toulouse : 7 essais Goubairate (2), Olm Rouppert (21, 47, 79), Mansard (31), Moinache (38), Banukone (74), 2 T Moinache (2) et Ciria (74).

St Estève XIII Catalan : 2 essais Ohandja (56), Musch (62).

Carton jaune : Julie D’Angelo (Déesses) à la 35è.

TOULOUSE OVALIE : Goubairate – Achard, Ciria, Moinache, Olm Rouppert – (o) Benattou, (m) Varela – Banukone, Mansard, Yesa – Estevez, Raucoules – Legout.

Sont entrées en jeu Anton, Laurac, Zaghdoudi, Himoudi.

ST ESTEVE XIII CATALAN : Akpa – Canal, Musch, Bianchini, Dagues – (o) Bessahli, (m) Pastor – Rakei, Ramos, M’Foudi – Bussière, Giannoli – Llandry.

Sont entrées Guisset, Candido, Julie D’Angelo, Mama Ohandja.

Si les Catalanes en sont les Déesses, les Toulousaines sont bien les reines du rugby à XIII féminin. La énième éclatante démonstration effectuée dimanche à Brutus le confirme à souhait. Un règne sans partage depuis tant d’années…

Et à ce niveau, les fautes à répétition des Déesses se payent cash. D’abord par une échappée de Goubairate. Ensuite par un bel enchaînement Goubairate – Moinache – Olm Rouppert. Et quand en face on ne concrétise pas sur ses temps forts, on s’expose à d’autres déconvenues : une inspiration de Varela au profit de Mansard.

Le réalisme n’était pas ailleurs que dans le camp toulousain, comme sur cette attaque déployée souriant à Moinache, pour renvoyer les Catalanes une première fois aux vestiaires avec un 18-0 dans la vue.

Même topo à la reprise : collier des perles Varela, Benattou, Goubairate, Moinache, Olm Rouppert. Réglé comme du papier à musique.

Les Catalanes avaient mis presque une heure pour entrer dans la danse, récompensées par un essai en force d’Ohandja, suivi d’un autre, savoureux celui-là : mouvement Akpa – Ramos – Bussière échouant d’un poil, Musch bousculant trois Zoulouzen sur le tenu suivant.

Mais le mal était fait depuis bien longtemps, et jamais rassasiées, les Haut-Garonnaises remettaient le couvert par Banukone, souple et puissante à la fois. Au bout d’une action collective d’éclat, Olm Rouppert signait un hat-trick sonnant la fin de la récréation.

Mais il n’y a rien à regretter, dès lors que l’on tombe sur plus forte que soi, témoin la longue accolade entre Leila Bessahli et Aimée Banukone précédent un nouveau trophée soulevé, et  amplement mérité.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire