Accueil » Equipes de France » XIII de France Amateur » Le XIII de France Fédérale a séduit

Le XIII de France Fédérale a séduit

PHOTOTEXTOR 
Fleuron de ce rugby des villages sur lequel on ne pose pas toujours un oeil suffisamment intéressé, le XIII de France Fédérale brandit généralement haut, d’une année sur l’autre, l’étendard d’un sport accessible à tous, du moins à ceux qui ne craignent pas la rudesse des placages qui en font en partie le sel.

Les Bleus, qui avaient à se faire pardonner une précédente sortie soldée par un lourd revers au Barcarès, en octobre 2011, face à un club amateur de St Helens pourvoyeur de talents pour les fameux “Saints” de Super League, ont spectaculairement rebondi, le week-end dernier à Villeurbanne contre un rival serbe davantage dans ses cordes, mais qu’il convenait de prendre au sérieux en raison de sa faculté à aller délibérément au “tampon”.

Relances et changements de direction

Mission accomplie, pour les protégés d’Henri Fabregat, le Président de la Commission Fédérale au sein du comité directeur de la FFR XIII, avec une victoire sans bavure (42-26), construite sur la base d’une méthode faite avant tout d’évitement, histoire de ne pas tomber dans le piège d’une équipe de l’Est s’étant appuyée sur bon nombre de joueurs disputant actuellement l’Euroshield, le championnat d’Europe des nations émergentes.

Avec, comme figure de proue, un “local”, en la personne du talonneur du… FC Lyon, Zoran Pesic, 28 ans, auteur d’un triplé apprécié par les 2 000 témoins présents dans les gradins du stade Vuillermet.

Forts de onze éléments ayant battu l’Italie 24-18 le dimanche précédent à Belgrade, les visiteurs sont toutefois tombés sur plus forts qu’eux. Car si à la mi-temps, atteinte sur le score de 18-16 en faveur des tricolores, la situation n’était toujours pas décantée, ces derniers firent ensuite grosse impression sur les extérieurs, débordant ainsi irrésistiblement des rivaux enfermés dans leur souci de “démolir avant tout”, comme l’explique Christian Textoris, le sélectionneur et entraîneur français : “Ils aiment faire mal à l’adversaire, mais sont naïfs en défense, et tactiquement nous les avons dominés, en faisant pénétrer nos avants dans les intervalles, avec aussitôt du soutien derrière, nos relances et changements de direction les ayant destabilisés.”

La fierté de Nicolas Bourgin

Avec quatre de leurs sept essais inscrits par les ailiers, les Bleus ont de surcroît régalé le public de leur esprit d’initiatives, ballon en mains, à l’instar d’une charnière Emilien Arasa – Benjamin Sarda “mobile, et qui nous a permis de jouer vite”, alors que le pilier de l’équipe II de Lyon-Villeurbanne, Nicolas Bourgin, “volontaire à souhait, est passé devant.” 

“Fier” d’avoir porté le maillot tricolore, ce dernier explique que “cela restera un moment inoubliable” pour lui, et probablement pour l’ensemble de ses coéquipiers, “ravis de l’accueil réservé par l’adjoint au maire de Lyon lors d’une réception, et par la qualité de l’organisation de la Ligue Rhône-Alpes”, souligne Christian Textoris.

Celui-ci, satisfait de la manière employée, et entre autres du travail fourni “par une première ligne française plus petite, moins lourde, mais plus athlétique” que celle alignée par les Serbes, tient en outre à “remercier la Fédération Française qui a placé l’équipe dans d’excellentes conditions, et l’a doté en équipements de qualité.” La même, en somme, que celle ayant éclairé cette rencontre vivement disputée, la Serbie ayant démontré à cette occasion qu’elle n’était pas qu’un faire-valoir pour nos représentants du rugby à XIII d’en bas, stars d’un jour.

“Nous avions trois débutants sur le terrain, et malgré cela nous avons été performants en première mi-temps, avant de céder ensuite logiquement”, commente Marko Jankovitch, l’entraîneur d’une formation combative au possible, à défaut de maîtriser encore totalement les subtilités d’un rugby à XIII importé voici seulement trois ans, dans l’ex-Yougoslavie.

FRANCE – SERBIE 42-26

Mi-temps 18-16

France : 7 essais Benjamin Sarda (2), Julien Pinello (12), Jacques Rives (16), Nicolas Bourgin (45), Julien Fornas (53), Jean-Patrick Angelini (60), 6 transformations et 1 pénalité (39) Fornas.

Serbie : 5 essais Pesic (8, 30, 70), Urkovic (26), Nadelkovic (80), 3 transformations Musavdevic.

Partager cet article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Laisser un commentaire