Accueil » Brèves » Le XIII français perd Alain Van Snick

Le XIII français perd Alain Van Snick

Le président du SAV XIII s’est tué à VTT alors qu’il se trouvait dans les Pyrénées.

Alain Van Snick, 59 ans, était un passionné de la formation des jeunes treizistes.

Alain Van Snick, 59 ans, était un passionné de la formation des jeunes treizistes. (photo « sud ouest »)

Alain Van Snick, figure du XIII Villeneuvois, a trouvé la mort jeudi. Le président du Sport Athlétique Villeneuvois XIII (SAV XIII) s’est tué lors d’un accident à VTT sur son lieu de villégiature à Bolquère sur le site des Estanyols (Pyrénées-Orientales). Selon le journal « L’Indépendant », il aurait percuté une barrière à bétail avant de lourdement chuter. La nouvelle de la disparition brutale d’Alain Van Snick, 59 ans, père de deux enfants dont Mickaël, international au XIII Villeneuvois, a bouleversé la famille treiziste. Un de ses amis les plus proches, Michel Rinaldi était hier inconsolable. « Je ne sais que dire, je suis très ému. Je ne l’oublierai jamais. »

Un pilier du XIII

Michel Thiolat, le président de Villeneuve Rugby League dont le SAV XIII est en quelque sorte l’école et le centre de formation (plus de 90 gamins y sont licenciés), était également dans la peine : « C’était un des derniers piliers du XIII à Villeneuve, comme l’était Jacques Balleroy qui a disparu il y a un peu plus d’un an. La perte est immense, c’est évidemment regrettable pour la famille du XIII mais pour sa propre famille c’est bien plus terrible. »

Guy Pouget, dirigeant au sein du SAV XIII depuis 1962, salue « un très grand président qui en l’espace d’un an a marqué l’histoire du club ».

« C’était quelqu’un de dévoué qui ne s’économisait pas pour le club. Pour aller chercher des sponsors, pour organiser des vide-greniers, pour coller des affiches, pour suivre en déplacement les jeunes du club. C’était quelqu’un de chaleureux et dynamique. C’est assurément une grande perte. »

La passion de la formation

Alain Van Snick, ancien joueur et dirigeant de longue date au sein de Villeneuve XIII, avait pris la présidence du SAV XIII au mois de juin de l’année dernière. L’homme touchait alors à ce qu’il le passionnait : la formation des jeunes. D’ailleurs, avant de succéder l’an passé à Alain Dauriac au SAV XIII, il avait déjà été le président de la commission des jeunes de Villeneuve XIII dans les années 90. De plus, en sa qualité de concierge au sein de l’office HLM des Fontanelles, Alain Van Snick avait orienté bon nombre de jeunes de la cité vers les pelouses vertes du rugby à XIII.

« Alain Van Snick n’était pas du genre à mettre le costume pour les phases finales, témoigne Bernard Tranier, ancien dirigeant de Villeneuve XIII. Son costume, c’était plutôt le bleu de travail, cheville ouvrière du club pionnier, il n’avait qu’un objectif, rallier à sa cause et celle du rugby à XIII, le plus grand nombre de jeunes. Comme François Mourgues, son credo était de pister dans ses chères Fontanelles ou dans les écoles de la ville celui qui pourrait un jour porter les couleurs vert et blanc du grand Villeneuve XIII. La liste des joueurs à qui il a permis de prendre l’ascenseur social du rugby est bien trop longue, et le plus bel exemple est sans doute son fils, Mickael, titré avec Villeneuve et plusieurs fois international. La passion de cet homme était si grande, qu’enfin pour mener son rêve jusqu’au bout, voici un an il prenait la tête du SAV, qu’il laisse aujourd’hui orphelin. »

Source : www.sudouest.fr

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire