Accueil » A la une » NATIONALE 1: Paris perd à Ille sans abdiquer

NATIONALE 1: Paris perd à Ille sans abdiquer

A un quart d’heure de la fin, Paris n’était toujours mené que 26-4, puis l’usure en défense a fait son effet

On ne soulignera jamais assez le mérite des Franciliens.

Pas question, pour eux, de déclarer forfait, même quand ils font face à un trop plein de difficultés.

C’était le cas, samedi, lors de leur déplacement à Ille-sur-Têt.

Car c’est un miracle s’ils sont parvenus à effectuer le voyage à treize joueurs.

Manquaient à l’appel quatre éléments importants de l’équipe, empêchés, car commençant leur journée de travail (chauffeurs de bus) le dimanche à 6h, les horaires du retour, en train comme en avion, étant incompatibles avec celui du match (18h).

Claude Houbloup et ses protégés ont d’ailleurs été contraints de loger à l’hôtel, dans la nuit de samedi à dimanche, tout en se montrant reconnaissants envers les dirigeants d’Ille, qui les ont invité à dîner après la rencontre, mettant à leur disposition deux mini bus pour les transferts entre l’hôtel et la gare de Perpignan.

En outre, deux autres joueurs, contrariés par une grève des transports en région parisienne, ont manqué le départ du train pour Perpignan, malgré le secours d’un chauffeur Uber.

La même mésaventure est arrivée à un troisième joueur, lequel est cependant parvenu à temps pour prendre le train suivant.

Ils étaient donc treize au coup d’envoi, samedi, et résolus à faire bonne figure.

La preuve avec une entame marquée par le peit coup de pied à suivre de Matthieu Zokou pour lui-même, autorisant les visiteurs à mener les premiers au score.

En suivant, ils dominaient territorialement, les Catalans, fébriles, leur rendant trop souvent le ballon, mais ils ne parvenaient pas à leurs fins.

A l’instar d’Alexandre Sevra, Fabien Briche, Mackaw Coulibaly, Ebrahim Camara, qui tour à tout butaient in-extremis sur une défense serrée.

Du coup, Ille ne se créait sa première occasion d’essai qu’au bout de dix minutes de jeu, par Mohamed Kim.

Cinq minutes plus tard, les locaux trouvaient enfin la faille, grâce à une feinte de passe signée Hugo Pujol.

Enfin dans l’allure, les joueurs de Sébastien Maris inscrivaient un deuxième essai, oeuvre de Tristan Margalet, puis peu avant la mi-temps Josselin Guennec enfonçait une troisième lame dans un rempart francilien cette fois trop élastique.

N’empêche, la bravoure était autant du côté de la sélection Ile-de-France que de celui des Catalans, ces derniers montant ensuite logiquement en puissance, face à un rival en sous effectif, donc craquant dans le dernier quart d’heure, mais qui n’a pas dit son dernier mot, selon Claude Houbloup : “L’important consistera à être prêt pour les phases finales”.

Lesquelles devraient surtout sourire aux Maraîchers, qui ont fait le show après l’entracte, avec six essais plantés par Thomas Aouissi, Clément Llantia, embusqué à l’intérieur de Jordi Pacouil, Kevin Cardon, sur passe au pied de Renaud Lapierre volleyée par Thibault Sourjous, Tristan Margalet, d’abord décalé par Gabriel Hidalgo, puis sautant sur une passe au pied de Lapierre, et enfin François Berdaguer, sprinter sur quatre-vingt mètres.

Toujours invaincus et déjà en demi-finale, ils ont encore beaucoup à offrir à leurs supporters.

ILLE – PARIS ILE DE FRANCE 50-4

Mi-temps 16-4

Arbitre Patrice Benausse

Ille : 9 essais Hidalgo, Lapierre, Margalet (3), Aouissi, Llantia, Cardon, Berdaguer, 7 T Pacouil.

Paris : 1 essai Zokou.

ILLE : Lapierre – Llantia, Hidalgo, T. Margalet, Berdaguer – (o) Pacouil, (m) Aouissi – Kim, Sylvain Cordoba, Cardon – Sourjous, Alexandre Pagès – Nutini.

Sont entrés en jeu Fons, Pujol, Touchagues, Barboteu.

PARIS : Malherbe – Couvath, Guennec, Sevra, De Figuiredo – (o) Zokou, (m) N. Houbloup – Briche, Sevra, Stephani – Camara, Stern – Coulibaly.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire