Accueil » A la une » Regard de Femmes #3 : Gaëlle Alvernhe : “Le XIII, c’est 80% de mental”

Regard de Femmes #3 : Gaëlle Alvernhe : “Le XIII, c’est 80% de mental”

Nom : Alvernhe

Prénom : Gaëlle

Age : 27 ans

Depuis combien de temps pratiquez-vous le XIII ?

J’ai débuté à Lescure voici dix ans, et n’ai jamais changé de club, depuis.

Poste : pilier

Capitaine ?

Je l’ai été, désormais Manon Samarra remplit ce rôle à merveille. Elle est très exigeante envers elle-même, et tout ce qu’elle fait est au service de l’équipe.

Sélections en équipe de France : 5

Quelle est l’ambition de Lescure, cette saison ?

Nous avons rencontré des difficultés, en raison d’un effectif restreint, suite à de nombreux départs pour raisons professionnelles. Le risque assez élevé de blessures décourage également certaines filles qui sont entrées dans la vie active, mais nous comptons bien nous qualifier pour les phases finales. De toute manière, en sport, il faut toujours chercher à gagner. Nous prenons les matchs les uns après les autres, sachant que nous pouvons tabler sur le renfort de plusieurs cadettes, Louisa, Carla, Océane, Loane. Elles ont déjà bien des qualités, et surtout un fort potentiel, il faut donc miser sur elles pour assurer l’avenir.

Comment s’est déroulée la phase de brassage ?

C’était compliqué, pour les raisons invoquées plus haut. Quand nous étions au complet, nous rivalisions avec nos adversaires, mais à l’inverse… Le plus décevant consistait à devoir jouer nos matchs à 9, à cause d’un manque suffisant de joueuses, alors que nous souhaiterions plutôt jouer à 13. A ce propos, nous aurions besoin de nouer davantage d’ententes entre clubs de DN et d’Elite, justement pour être en mesure de jouer à 13.

Comment envisagez-vous la suite de la saison ?

Le niveau s’est élevé, dans tous les clubs, mais nous caressons l’espoir d’aller le plus haut possible.

Que recherchez-vous, dans le rugby à XIII ?

J’aime la notion de combat, chercher à donner toujours plus. On se bat pour une équipe, un club, et le collectif prime toujours, chez moi.

Quelles sont vos ambitions, sur un plan personnel ?

Je cherche toujours à être la plus performante possible, et je caresse le vœu de continuer à défendre le maillot tricolore jusqu’à la Coupe du monde 2021. Je pense que je stopperai ensuite ma carrière de joueuse.

Envisagez-vous, plus tard, d’endosser un rôle dans le milieu treiziste ?

J’aimerai intégrer le staff technique d’un club, devenir coach.

Votre plus beau souvenir ?

J’en ai beaucoup, mais j’ai une affection particulière pour le titre de championne de France de DN conquis voici quatre ans aux dépens de Montpellier, et j’ai aimé chaque aventure passée au sein du XIII de France.

Quel conseil donneriez-vous à une fille qui souhaiterait pratiquer ce sport, et qui hésiterait à franchir le pas sous prétexte qu’on lui dirait qu’elle n’a pas les qualités requises ?

De redoubler d’efforts pour toujours voir plus haut, sachant qu’à XIII, le mental joue à 80%, contre 20% pour la technique et le physique.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire