Accueil » Compétitions » Championnats Amateurs » Féminines » XIII Féminin – Gaëlle ALVERNHE : « Le XIII, une histoire de famille »

XIII Féminin – Gaëlle ALVERNHE : « Le XIII, une histoire de famille »

Dans le cadre de la 2ème édition des 24h du sport féminin, la FFR XIII souhaite donner un coup de projecteur sur son Championnat de France Féminin.

Gaëlle ALVERNHE, capitaine des Féminines du RC Lescure-Arthès XIII, revient avec nous sur le développement du Rugby à XIII féminin et nous parle de sa rencontre du week-end, face à Facture-Biganos.

Gaëlle ALVERNHE - Crédit HSTout d’abord Gaëlle, comment as-tu découvert le Rugby à XIII ?

Gaëlle : J’ai toujours connu le Rugby à XIII, c’est une vraie histoire de famille. Mon père, mon oncle, mes cousins jouaient au Rugby à XIII. Un de mes cousins, Jordan ALVERNHE, a même joué en équipe nationale. Et même ma grand-mère fait partie du club de Lescure, elle s’occupe notamment de la restauration.

Si tu devais définir le Rugby à XIII féminin :

Gaëlle : C’est avant tout du Rugby à XIII, avec un style de jeu dynamique et une cohésion d’équipe qui est très importante. Chez les filles, nous avons peut-être un peu plus l’esprit de compétition, nous sommes plus teigneuses, du coup la 3ème mi-temps se fait peut-être moins facilement.

Avec 18 équipes en Division Nationale, pouvons-nous nous attendre à une Elite forte d’ici quelques années ?

Gaëlle : Je le souhaite vraiment, car c’est très difficile d’évoluer en Elite cette saison, même si la Fédération a essayé de mettre en place des sélections régionales pour cette seconde phase. Nous sommes vraiment en manque de compétition. En DN, les équipes jouent à 9 alors que certaines disposent d’un groupe qui pourrait jouer à 13.

Je pense notamment à Montpellier qui était en Finale face à nous l’an dernier et qui a un vrai potentiel, ou Albi par exemple. Et je regrette vraiment le manque d’effectif chez le XIII Provençal ou à Marseille, nous aurions vraiment aimé les rencontrer en Elite cette saison.

En tant que capitaine de Lescure, que peux-tu nous dire sur la vie du groupe ?

Gaëlle : C’est un club très famille, surtout chez les filles, on est toutes copines. Il y a une bonne cohésion, mais le manque de compétition peut créer certaines des tensions, on a besoin de plus pour progresser.

Ce week-end vous affrontez Facture-Biganos, selon toi quels sont leur points forts / faibles ?

Gaëlle : Elles sont championnes en titre, elles ont pas mal de points forts. Tout d’abord leur groupe, avec un collectif de qualité, elles produisent un jeu de grande intensité et elles sont précises techniquement. Pour moi, c’est la seule équipe qui se rapproche le plus du jeu masculin.

Maintenant c’est très bien de jouer contre elles, même si ce sera difficile. A nous d’être très solidaires pour les faire douter, être disciplinées et surtout ne rien lâcher.

Au niveau personnel, quels sont tes objectifs ? La Coupe du Monde 2017 ?

Gaëlle : Non, le rugby est avant tout un loisir. Je côtoie Coralie MAUROUARD au sein du club, qui fait partie de l’Equipe de France. Donc je suis l’actualité et l’évolution de cette équipe, mais ce  n’est pas mon but. D’une part je ne pense pas avoir le niveau, et l’écart avec les autres Nations est vraiment trop important. Maintenant je suis ouverte aux différentes sélections car j’ai encore vraiment envie de progresser.

Un dernier mot ?

Gaëlle : J’aimerais dire à Toulouse Ovalie qu’on les attend de pied ferme (Rires). Nous faisions partie de leur réserve il y a quelques temps, de nombreuses affinités ont été créées avec les joueuses. Nous avons vraiment hâte de jouer contre elles. Le rendez-vous est pris pour le 22 mars prochain !

Gaëlle et ses coéquipières, championnes de DN la saison passée (2013-14)

Gaëlle et ses coéquipières, championnes de DN la saison passée (2013-14)

 

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire