Crédit: Richard Photographe pour FFRXIII

La parole de la France est de plus en plus forte au niveau international et elle porte de plus en plus. Vice-président de la RLEF, la fédération européenne, président du FARC, un fonds européen d’audit du risque financier pour développer la pratique du XIII dans l’hémisphère du Nord, Marc Palanques est maintenant également l’un des cinq membres de l’IMSS, une commission dépendant de la fédération internationale (RLIF).

Nouvellement créée, cette cellule est en charge de réguler les échanges entre toutes les nations membres et de faire évoluer l’organisation globale du rugby à XIII.

“Faire partie de cette commission à la demande d’autres pays européens montre que la voix de la France est maintenant crédible” souligne le président de la FFFR XIII.

C’est la première fois que la France siège dans une commission avec la même voix au chapitre que les quatre autres grandes nations mondiales : l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre et la Papouasie Nouvelle Guinée.

Lors d’une réunion qui s’est tenue la semaine dernière, Marc Palanques a formulé de multiples propositions dont celles de créer un comité médical international. Le président fédéral a aussi l’intention de peser de tout son (nouveau) poids pour que l’agencement des calendriers donnent plus de visibilité aux équipes nationales.