On se souvient qu’en acceptant la candidature des Dragons Catalans dans la Super League 2006, puis quelques années plus tard celle du Toulouse Olympique en League One, les dirigeants de la RFL avaient déclaré vouloir permettre, par ce biais, au XIII de France de rayonner plus avantageusement sur la scène internationale. Reste que marier les intérêts de l’équipe nationale avec celles des clubs pros présente de sérieuses difficultés.

C’est pour tenter de trouver un compromis satisfaisant pour les différentes parties, que la FFR XIII avait récemment projeté d’organiser trois rencontres annuelles, la première à Carcassonne, vendredi dernier, les deux autres en 2019 à Perpignan et Toulouse, entre les responsables sportifs de la Fédération, des Dragons et du TO, alors que se profile un championnat d’Europe des nations dont les deux premiers seront qualifiés directement pour la Coupe du monde 2021.

Aussi, vendredi, on trouvait autour de la table des discussions Marc Palanques, Mathieu Khedimi, Aurélien Cologni, Eric Champel, ancien journaliste de L’Equipe, conseiller media, pour la FFR XIII, Christophe Jouffret, Steve McNamara, Alex Chan, pour les Catalans, Cédric Garcia, Sylvain Houlès, pour les Toulousains.

Il est ressorti de cette réunion que l’équation n’est pas simple à résoudre. En cas d’accession en Super League, le TO pourrait être amené à privilégier la récupération pour ses joueurs internationaux, alors que du côté des Dragons, Benjamin Garcia et Julian Bousquet devraient passer sur la table d’opération le 27 septembre, Rémi Casty (arthrose du genou), et Benjamin Jullien (susceptible de subir une intervention chirurgicale) semblent très incertains pour la campagne automnale des Bleus, à l’inverse, du moins l’espère-t-on, de Tony Gigot.

Il va sans dire qu’une équipe de France privée d’un nombre exagérément élevé de ses cadres, ne manquerait pas de susciter des commentaires peu amènes, dans les sphères de la “Rugby League European Federation”, organisatrice du Championnat d’Europe, comme de la “Rugby League International Federation” présidée par l’ex directeur exécutif de la RFL, Nigel Wood, lequel ne cache d’ailleurs pas ses inquiétudes.

Des avancées à la TV

Surtout à l’heure où, suite à une récente entrevue entre Marc Palanques, Carlos Belinchon, délégué régional Midi-Pyrénées à France 3, et le journaliste Jean Abeilhou, présentateur de l’émission dominicale “Rencontres à XV”, trois minutes d’antenne devraient être consacrées chaque semaine au rugby à XIII.

A l’heure, également, où les négociations entre la FFR XIII et ViaOccitanie sont très avancées (accessible en clair sur la TNT et sur la Box 30 partout en France, augmentée d’un “maillage” de 22 télévisions locales) pour la retransmission des matchs importants de cette nouvelle saison.

Autant d’avancées destinées à mieux exposer notre sport sur les écrans de télévision. Lequel se doit de pouvoir compter sur le maximum de ses forces vives, sur la scène internationale. Tout en tenant compte, évidemment, des impératifs liés aux deux clubs français de haut niveau.