Accueil » Equipes de France » XIII de France » Ben Garcia rêve de Coupe du monde

Ben Garcia rêve de Coupe du monde

GARCIA BEN2013BIS(1) 

Depuis quelques jours, Benjamin Garcia a repris les plaquages aux entraînements avec les moins de 20 ans (Toyota Cup) des Broncos de Brisbane. De retour en Australie fin octobre, le deuxième ligne international junior s’était surtout contenté, jusque-là, de séances de musculation, de lutte et de gymnastique, sans compter les courses. Histoire de laisser se consolider son bras fracturé début septembre, en play-off du Championnat Colts.

Et c’est désormais à une autre catégorie que s’attaque le jeune Provençal : l’antichambre de la NRL qu’a fréquenté, en son temps, Jérôme Guisset, sous les couleurs de Canberra.
Une trajectoire dont on est légitimement fier, du côté d’Apt XIII et du SO Avignon, où l’international junior a fait ses classes après des débuts à l’école de rugby… d’Apt XV, histoire de marcher dans les pas de son frère aîné Anthony, qui évoluait alors à Châteaurenard.
Sous l’aile aujourd’hui de l’entraîneur des juniors de Wynnum-Manly Seagulls, un club satellite des Brisbane Broncos, Laurent Garnier, vers lequel l’avait dirigé en novembre 2011 Didier Lacreu, l’ancien junior de Montpellier à XV et à XIII, Benjamin mesure le chemin parcouru : trois matchs avec l’équipe championne de la Queensland Cup, pour le “joueur de l’année” 2012 des Colts de Wynnum, finalistes sans lui après sa fracture d’un bras au tour précédent des play-off.
Plutôt que de céder aux avances de plusieurs clubs de Super League, il a préféré viser plus haut encore, la NRL étant le must sur la Planète Treize. A lui, en 2013, de faire sa place lors des matchs d’ouverture des Broncos, pour, plus tard, espérer être invité à intégrer le squad de NRL. “Avec du travail et un soupçon de chance…”, glisse le nouvel ambassadeur du rugby à XIII français sur l’île continent.
Une chance qu’il tentera de provoquer, fort de l’expérience acquise lors d’une première saison en tous points réussie.

Sélection naturelle
Aux entraînements, d’abord, “où l’intensité va crescendo”, depuis le début de la préparation, voici deux mois.
“La concurrence est vive, et la sélection se fait naturellement”, explique celui qui, par ailleurs, rêve d’autant plus de disputer la Coupe du monde 2013, que le match France – Nouvelle-Zélande aura pour cadre le Parc des Sports avignonnais.
En attendant, travail, travail, et encore travail. Sur le terrain et en salle, bien sûr, mais également au club-house du club, la règle stipulant que les membres d’un squad de Toyota Cup, une compétition crée en 2008, doivent soit être scolarisés, soit exercer un métier.
Ben espère que le sien ne sera que provisoire, puisque c’est un contrat NRL qu’il vise, à terme.
En mars, déjà, c’est avec les espoirs des Broncos au Suncorp Stadium, en ouverture de ses idoles, comme avec l’équipe de Queensland Cup, que compte bien évoluer celui qui s’est armé de courage, voici un peu plus d’un an, pour quitter le confort familial afin de pénétrer dans la “jungle”. Où le talent se mélange à la sueur, où les places sont chères. Mais où le rêve, pour Ben, deviendra peut-être un jour réalité…

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire