Accueil » A la une » Benjamin Casty L’interview

Benjamin Casty L’interview

Près d’une semaine après l’agression dont il a fait l’objet, samedi dernier à Saint-Estève, Benjamin Casty s’apprête à participer au Magic Week-End, comme arbitre de la rencontre Saint-Estève – XIII Catalan – Carcassonne, en binôme avec Mohamed Drizza.

C’est dire si sa passion pour un sport qu’il sert avec talent depuis plusieurs années déjà, est intacte.

Reste que des faits aussi graves qu’inadmissibles, ont causé un préjudice considérable au rugby à XIII dans son ensemble, rien ne pouvant évidemment justifier un acte d’une pareille violence, et il n’est pas inutile de rappeler à tous, les risques, d’ordre pénal et civil, encourus par ceux qui seraient éventuellement enclins à porter atteinte à l’intégrité physique des arbitres, acteurs indispensables de notre sport.

Avec l’espoir que cette violence inacceptable soit bannie à jamais de nos aires de jeu, Benjamin Casty a répondu à nos questions.

Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous, six jours après l’agression ?

“Je me suis heureusement vite rétabli, physiquement parlant, et si mon mental a été logiquement touché, dans les deux ou trois jours qui ont suivi, depuis je suis reboosté. J’ai déjeuner ce vendredi avec mon frère, Rémi, après avoir assisté à l’entraînement des Dragons, et cela m’a également fait beaucoup de bien”.

Quelle suite avez-vous donné à cette affaire ?

“Je n’éprouve aucune rancoeur envers le joueur coupable, qui a commis un geste de colère, irréfléchi, mais mon sport a été sali, la vidéo de l’agression a depuis fait le tour du monde, et j’ai porté plainte à son encontre, la FFR XIII s’étant pour sa part portée partie civile. La justice fera son travail en toute indépendance”.

Avez-vous reçu un nombre conséquent de soutiens, depuis samedi ?

“Enormément, et en premier lieu de la part du club auquel appartenait ce joueur. La responsable de l’Ecole Stéphanoise Rugby XIII, Sylvie-Laure Cozza, m’a rejoint à l’hôpital où j’ai été soigné à l’issue du match. Elle est restée à mes côtés tout le temps qu’ont duré les examens médicaux, avant de me raccompagner au stade. Comme tous les responsables de ce club, qui fournit depuis des mois un gros effort pour lui donner une autre dimension, elle est navrée, car les valeurs du rugby ont été bafouées, mais il faut garder à l’esprit qu’il s’est agi d’un acte isolé. Ils ont pris de mes nouvelles tous les jours, à l’image du Président Marc Palanques, dont la présence morale a eu pour effet de me réconforter. De même que celle du vice-Président Mathieu Khedimi, qui a d’ailleurs lancé samedi un message fort aux dirigeants, coupant court à toute discussion, à l’issue de l’autre demi-finale de Coupe Luc-Nitard, entre Saint-Estève – XIII Catalan et Avignon, alors que certains émettaient des critiques sur l’arbitrage de mon collègue”.

Quel message souhaitez-vous faire passer ?

“Je serai présent ce samedi midi à Carcassonne pour la conférence de presse qui précédera le coup d’envoi du Magic Week-End, pour dire que le coup de projecteur devra d’abord être mis sur l’arbitrage à deux, mis en place pour la première fois en France. Les dirigeants de la FFR XIII ont eu le courage d’expérimenter cette véritable innovation, on ne peut que les en remercier, et je suis personnellement persuadé qu’il s’agira d’une réussite. Pour le reste, cette affaire pourrait finalement être un mal pour un bien. Car la vidéo de l’agression ayant fait l’objet de plusieurs centaines de milliers de vues, sur Youtube, j’ai bon espoir que ce sera parallèlement l’occasion pour ceux qui ne le connaissent pas encore, de découvrir les images de ce sport magnifique qu’est le rugby à XIII”.

 

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comment (1)

  • Jean-Paul DICHARRY

    Bonjour Monsieur Casty
    Mois aussi il y a plusieurs années j’ai été agressé en tant qu’arbitre de touche lors de la finale St Jacques Carcassonne/Pia, qui se jouait à Limoux, par un joueur de Pia lors de la transformation derrière les poteaux.
    Bien sûr j’ai porté plainte.
    J’ai continué d’arbitrer jusqu’à ma mutation à Paris, j’aime toujours le XIII et me déplace de Bayonne pour voir des matchs .
    J’ai été formé à Lavardac XIII avec Gilou Dautant.
    Je souhaite courage à Benjamin et qu’il continue longtemps d’arbitrer
    Bien cordialement et sincéres amitiés

    29/04/2017 à 16:39

Laisser un commentaire