Accueil Actualité Internationale

Actualité Internationale

Dragons Catalans : Reprise des entraînements en vue

Les Dragons retrouveront le chemin des entraînements le lundi 6 Juillet. Privés de sessions collectives depuis le 16 mars, les joueurs seront donc réunis au stade Gilbert Brutus pour préparer la reprise de la compétition le 2 Août prochain.

La reprise des entraînements sera néanmoins soumise à des règles très strictes, conformément aux directives des gouvernements français et britannique ainsi qu’aux protocoles mis en place par la RFL afin d’assurer la santé et le bien-être des joueurs et du staff.

Tests de dépistage réguliers des joueurs et membres du staff
Surveillance quotidienne avec contrôle de la température lors de l’arrivée au stade
Accès restreint au site d’entraînement. Seuls les joueurs et le staff sont autorisés à accéder au stade. Entraînements fermés au public.
Equipements de protection individuelle à utiliser lorsque c’est nécessaire conformément aux réglementations des deux gouvernements et organismes organisateurs
Protocoles de nettoyage minutieux du stade et des équipements utilisés par les joueurs et le staff
L’entraîneur des Dragons Steve McNamara déclarait : «Nous sommes impatients de réunir toute l’équipe le 6 juillet. J’ai rencontré tous les joueurs individuellement et ils ont l’air en pleine forme et en bonne santé. Leur discipline durant cette période difficile leur permettra de bien préparer le match face à St Helens le 2 août. Le staff a méticuleusement planifié le retour et les joueurs ont joué important leur rôle en restant prêts pour la prochaine phase de notre programme.

Nous apprécions le soutien que nous avons reçu de tous nos partenaires et supporters. Malheureusement les restrictions autour de notre lieu d’entraînement ne leur permettront pas d’assister aux entraînements et de suivre l’équipe comme ils le font normalement, et nous espérons les voir tous bientôt.

Enfin, alors que nous sommes tous très heureux de retourner à l’entraînement avec la perspective de rejouer très bientôt, nous pensons à toutes les familles qui ont perdu un être cher en raison de l’épidémie de Covid 19. »

Dane Gagai fait l’éloge de Gagan, le néo-Lézignanais

Auteur d’un doublé, le 5 juillet 2014 avec Cronulla, face aux Roosters de Rémi Casty et Sam Moa, à nouveau de deux essais trois semaines plus tard contre Penrith, le futur Lézignanais Jacob Gagan a disputé cette année-là sept rencontres de NRL avec les Sharks (cinq essais en tout), et il retrouvait l’élite trois ans plus tard sous les couleurs cette fois de Newcastle (un match et un essai, contre… Cronulla), et une dernière fois en 2019 avec South Sydney (contre Manly, le 6 avril), après avoir joué une rencontre de World Club Series avec ces mêmes Rabbitohs.

C’est dire si cet ailier ou centre de 27 ans et trois mois, né à Westmead, en Nouvelle Galles du Sud, possède un curriculum vitae non négligeable.

Athlète de 95 kg pour 1,84 m, il a été formé au poste d’arrière à Cabramatta Two Blues, avant de rejoindre les U20 de Parramatta et de représenter les Schoolboys australiens U18 en 2010, aux côtés notamment de James Tedesco et David Klemmer.

Trois ans plus tard il signait à Manly, où il évoluait en équipe réserve, avant d’être recruté par Cronulla.

Depuis son arrivée à South Sydney, en 2018, il était un des joueurs clé de North Sydney Bears, en NSW Cup.

Elu “Rookie” de l’année 2014 avec les Sharks, sa trajectoire a hélas été retardée par diverses blessures (11 matchs avec les Bears, en 2018, contre 20 en 2019, avec six essais à la clé, huit mètres de moyenne par portée de balle, 77% d’efficacité dans les placages), mais son ancien coéquipier à Newcastle puis à South Sydney, Dane Gagai, disait le plus grand bien de lui, la saison passée : “Gags a toujours été performant avec la réserve des Rabbitohs, il est rassurant au plan défensif, fort dans les prises de balle, et ses courses sont dures”.

Cette année, avant l’interruption de la compétition, il évoluait à North Devils, autre club satellite des Rabbitohs, en Queensland Cup, et Aurélien Cologni devrait tenir là un leader dans la ligne de trois-quarts du FCL.

Hervé Girette

La Super League est de retour

La Super League sera enfin de retour le dimanche 2 Août prochain avec 3 matchs diffusés en direct et en exclusivité sur Sky Sports.

A la suite d’un travail important et toujours en cours autour de la santé publique et de la sécurité des joueurs, des officiels et du personnel des clubs, la saison reprendra à huis clos sur un seul stade avec les matchs suivants:

Hull KR vs Toronto Wolfpack (14h)

St Helens v Dragons Catalans (17h15)

Huddersfield Giants vs Leeds Rhinos (19h30)

Le week-end suivant (8/9 août), tous les clubs reprendront la compétition.

Lors d’une réunion du Conseil d’Administration de la Super League, il a été décidé que le nouveau format de la saison comprendrait 15 journées. Le Top 4 sera qualifié pour les demi-finales et les 2 vainqueurs pour la Finale de la Super League qui se déroulera fin novembre 2020.

Les clubs ont également examiné l’impact de la fin de la saison 2020 près de deux mois plus tard que prévu et ont accepté de lancer la saison 2021 à une date ultérieure au premier week-end traditionnel de février.

Pour le moment, et jusqu’à ce que les directives gouvernementales changent, les matchs de la Super League se dérouleront à huis clos dans un petit nombre de sites neutres qui répondent aux directives strictes du gouvernement et du groupe consultatif médical du jeu. La Super League surveille également de près les directives gouvernementales en France et au Canada.

Le président exécutif de la Super League, Robert Elstone, a déclaré:

“Nous sommes ravis de confirmer que la Super League sera de retour le dimanche 2 août, en direct sur Sky Sports. Nous sommes sur le point de confirmer où les matchs seront joués et nous continuons de travailler en étroite collaboration avec Sky Sports pour offrir le meilleur programme de diffusion possible à nos fans. De plus amples détails à ce sujet seront confirmés au cours des prochaines semaines. Par-dessus tout, nous savons que les fans veulent retourner dans les stades pour soutenir leurs équipes. Nous continuerons de suivre les conseils du gouvernement et de travailler aux côtés de la RFL, des conseillers médicaux et du personnel de sécurité pour nous assurer que, le moment venu, la Super League sera prête à accueillir à nouveau ses fans à la première occasion. Alors que les récentes annonces du gouvernement soulignent un optimisme croissant, la pandémie reste imprévisible. Notre calendrier définitif des rencontres doit répondre aux opportunités qui se présenteront au cours des prochaines semaines et, par conséquent, tous les détails des rencontres, des sites et de la structure de la saison seront confirmés dès qu’ils seront connus. Je voudrais exprimer ma gratitude pour la compréhension et la patience dont Sky Sports, Betfred et nos autres partenaires commerciaux ont fait preuve, alors que nous traversons cette période difficile. Enfin, je voudrais remercier les fans et les joueurs pour leur patience, leur positivité et leur désir de voir la Super League reprendre après le Covid-19.”

Le XIII de France Fauteuil au sommet du classement mondial

L’Équipe de France Fauteuil vient se hisser numéro 1 mondial pour la première fois de son histoire au classement IRL (International Rugby League).

Champions du monde en titre, les français peuvent prétendre être les «inventeurs» du jeu en fauteuil roulant. L’Angleterre est très proche après une très bonne performance en 2019 et des victoires contre la France suivies d’une tournée réussie en Australie.

Le nombre d’équipe en Coupe du Monde de XIII fauteuil n’a cessé de croître au cours des dix dernières années et compte désormais huit nations dans le classement. La Norvège et les États-Unis rejoindront la compétition dans cette même discipline dès 2021.

Les classements mondiaux sont calculés avec la même formule que pour les femmes et les hommes. Ils ne comprennent que les matchs internationaux joués au cours des quatre dernières années et sont basés sur le résultat du match, la qualité des oppositions (matchs serrés) avec les résultats les plus récents. Les matchs de la Coupe du monde ayant plus d’importance que les matchs internationaux standard.

“C’est un grand honneur d’être reconnu meilleure équipe de XIII Fauteuil au monde. Nous sommes très fiers de nos joueurs et de cette équipe. Et c’est une motivation supplémentaire pour défendre notre position de numéro 1 mondial lors de la prochaine Coupe du Monde” ; nous confie Sylvain Crismanovich, Entraîneur de l’équipe de France de XIII Fauteuil.

“C’est une avancée incroyable pour la pratique du XIII Fauteuil et c’est dans ce sens que nous préparons la prochaine Coupe du Monde où tous les athlètes seront traités de manière égale.” souligne Pippa Britton qui préside la commission Fauteuil à l’IRL. “Je félicite la France, qui est pionnière dans ce sport et qui continue de jouer son rôle de leader dans son développement”.

Le Classement final :
1. France
2. England – 97%
3. Wales – 77%
4. Australia – 46%
5. Italy – 43%
6. Scotland – 29%
7. Spain – 25%
8. Ireland – 14%

Coupe du Monde 2021 : J-500 avant le coup d’envoi !

À 500 jours du lancement de la Coupe du Monde de Rugby à XIII en Angleterre en 2021 (RLWC2021), les organisateurs de la compétition ont dévoilé les camps d’entraînement des Équipes de France. Pour les femmes, le camp se situera à York et pour les fauteuils ce sera à Sheffield. Quant aux hommes, c’est du côté de Bolton au nord ouest de Manchester, que l’équipe séjournera pendant le tournoi.

Les hommes espèreront faire ce court voyage pour atteindre la finale qui se tiendra dans le “Théâtre des rêves”, le célèbre stade de Manchester United. Old Trafford qui, pour la première fois de son histoire, recevra consécutivement les finales féminine & masculine. Un événement qui marquera, à n’en pas douter, l’année 2021 !

Le XIII de France Féminin sera basée à York, aux côtés des équipes néo-zélandaises masculines et féminines, de l’Australie (femmes) et des Îles Cook (femmes).

Les tenants du titre, le XIII de France Fauteuil sera installé à Sheffield, avec les équipes nationales de la Grèce (hommes), du Pays de Galles (fauteuil), d’Écosse (fauteuil) et des États-Unis (fauteuil).

Parmi les 32 équipes, 21 nations seront représentées et basées principalement sur dans le nord ouest de l’Angleterre :

Bolton – France (Men’s)
Doncaster – Samoa (Men’s)
Hull – Fiji (Men’s)
Leeds – Jamaica, Ireland (Men’s) | England, Papua New Guinea, Brazil, Canada (Women’s)
Liverpool and St Helen’s – Tonga, Italy (Men’s teams)
London – England, Australia, Norway, Spain (Wheelchair)
Manchester – England, Australia (Men’s)
Newcastle – Scotland (Men’s)
Preston – Wales (Men’s)
Sheffield – Greece (Men’s) | France, Wales, Scotland, USA (Wheelchair)
Tees Valley – Cook Islands (Men’s)
Warrington – Papua New Guinea (Men’s)
Wigan/Leigh – Lebanon (Men’s)
York – New Zealand (Men’s) | Australia, New Zealand, France, Cook Islands (Women’s)

Toutes les villes et villages hôtes, y compris ceux qui ne seront pas camp de base d’équipe (Coventry et Kirklees), contribuent ainsi au succès de la compétition, en accueillant des joueurs du monde entier pour les soutenir dans 500 jours. A la suite cette annonce, les calendriers des tournois seront dévoilés dans les prochains mois.

Au travers de cette annonce, IRL (International Rugby League) dévoile ici une nouvelle identité pour célébrer ce fantastique événement ! Une identité pour rassembler, fédérer et surtout identitaire pour chaque pays dans chaque villes hôtes.

Cette nouvelle image de marque, sera composée d’éléments identitaires s’appuyant sur des symboles propre à chaque ville, affichant ainsi leur fierté ! Les habitants seront amenés par la suite à voter pour composer ces fameux logos d’ici la fin de l’année.

Jon Dutton, directeur général de RLWC2021, a déclaré: « Aujourd’hui marque une autre étape extrêmement excitante sur la route de la Coupe du monde  2021 alors que nous célébrons le J-500 avant le match d’ouverture à St James Park en octobre de l’année prochaine. Les équipes françaises chercheront à proposer un beau spectacle et recevront sans aucun doute un soutien fantastique de la part des habitants de Bolton, York et Sheffield. Notre identité renouvelée du tournoi et l’annonce des camps base des équipes d’aujourd’hui peuvent servir de rappel passionnant aux nations concurrentes de ce qui va arriver en 2021, et donner à nos hôtes un aperçu de qu’ils pourront s’attendre à voir dans leur ville, alors que nous continuons à construire vers ce qui promet d’être la plus grande et la meilleure coupe du monde de rugby jamais disputée. »

La fédération espagnole recrute en France

L’ancien pensionnaire du centre de formation du Toulouse Olympique, Adrien Frigola, récemment intronisé entraîneur assistant de l’équipe nationale d’Espagne, se fait le porte-parole d’España Rugby League, à la recherche de joueurs français éligibles pour représenter leur pays d’origine.

Tous les joueurs intéressés sont encouragés à contacter les pages Facebook et Instagram de España rugby league.

Adrien Frigola se chargera d’être l’interlocuteur auprès de la Fédération espagnole des joueurs ne parlant ni espagnol ni anglais.

Alexandre Doutres, Romain Pallares, Julien Agullo, Luc et Romain Franco, Alexis Escamilla, Ludovic Renu, Gaëtan Estruga, Anthony Delgado, Emir Walid Bouregba, Maxime Garcia, ont porté en 2019 le maillot de la sélection ibérique, lors du Tournoi de qualification à la Coupe du monde 2021.

Le coup de fil des Olympiens qui fait du bien

Durant le confinement, des joueurs l’équipe fanion du TO XIII ont, sous l’impulsion des étudiants en médecine de Toulouse et en partenariat avec la Mairie, appelé des personnes « isolées », afin de leur apporter du soutien pendant cette période difficile.

Bastien ADER et Paul MARCON ont été les premiers à prendre leur téléphone

Cette association d’étudiants organise de nombreuses actions de solidarité et a été particulièrement active durant le confinement (soutiens scolaires, portage de repas, aide aux EHPAD, etc…).

Cette fois, à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, et les futurs médecins toulousains ont souhaité s’entourer pour être en mesure de faire face à la gravité de la situation ; ils se sont ainsi tournés vers les Olympiens notamment.

Cette action consistait à téléphoner à une douzaine de personnes « isolées » pour leur rappeler qu’elles ne l’étaient que physiquement et leur montrer qu’elles n’étaient pas oubliées, laissées de côté.

Après avoir pris de leurs nouvelles, les Bleus et Blancs s’assuraient que ces personnes n’avaient pas de besoin particulier. 

Dans ces temps de distanciation physique nécessaire, cet acte bienveillant peut s’avérer vital. Bravo aux étudiants de médecine pour cette initiative à laquelle les Olympiens se devaient de participer !

Communiqué de la RLEF concernant une Compétition Européenne des Clubs Professionnels

En réponse aux questions adressées à la RLEF, le comité directeur est en mesure de confirmer qu’il a formé un groupe de réflexion pour travailler sur l’éventualité d’établir une compétition des clubs professionnels pan-européens il y a environ six mois. Ce groupe se composait au départ uniquement de membres du comité directeur.

Une telle ligue serait régie par la RLEF (qui en serait propriétaire). Les matchs se joueraient dans de grandes villes (sous forme de provinces) partout en Europe et elle travaillerait de consort avec les fédérations existantes.

Plusieurs modèles pour ce concept : son format et la structure éventuelle de la ligue, sa gouvernance, les diverses autorisations et les opérations commerciales ont été définies, ainsi que les prévisions budgétaires. Pour financer les opérations en lien avec cette nouvelle compétition, la RLEF a déjà discuté avec d’éventuels investisseurs.

« La RLEF voit la mise en place d’une ligue majeure professionnelle en Europe comme un grand pas en avant pour le développement du rugby à XIII », a déclaré Maurice Watkins, le président de la RLEF. « Offrir une opportunité aux joueurs européens, quelle que soit leur nationalité, créer un modèle durable pour le sport, et augmenter les standards compétitifs de nos nations membres : tels sont les domaines sur lesquels nous souhaitons avancer et que nous voulons faire évoluer ».

Il ajoute : « A ce stade, il n’a pas été question de savoir quelles équipes ou quelles nations seraient impliquées ni de la date exacte du début de cette compétition. Il s’agit plus du démarrage d’un processus pour évaluer les chances de réussite d’un tel projet. Une telle compétition pourrait prendre une place prépondérante dans notre calendrier. Les revenus qu’elle générera seront utilisés pour soutenir le développement mondial du rugby à XIII ainsi qu’une plus grande expansion à travers l’Europe ».

« Ces revenus soutiendraient également des programmes déjà existants, depuis le coaching et les initiatives de terrain jusqu’à la formation des arbitres ».

Histoire du XIII : CLAUDE MANTOULAN : « QUEL MATCH CE GUIRAUD »

France – Nouvelle-Zélande en 1980 à Perpignan. victoire de la France 6-5

Lui, au moins, ne vit pas que de souvenirs. Il les distille avec parcimonie, les bons comme les mauvais, et surtout, pas dans le but de vous en mettre plein la vue….

Aussi cela lui laisse-t-il le temps de conserver une vue réaliste des choses appartenant au moment présent. Un moment qu’il a vécu – avec passions mais sans excès, comme il sied aux gens de bonne compagnie – hier après-midi à nos côtés, dans les tribunes de « Brutus ».

Le temps de saluer une foule d’amis et c’est le coup d’envoi.

Lui qui a rencontré les Kiwis en France comme chez eux (« Tu parles su je m’en souviens ! Ils m’ont cassé la jambe à Auckland ! ») essaie de se faire d’entrée une idée de nos adversaire : « Sur le plan du gabarit, ils n’ont rien à nous envier, mais ils ont l’air de jouer vite… »

Très rapidement, une haute chandelle de Bourret trouve la faille : essai. Et Claude de se demander si Vila était hors-jeu sur l’action : « Il part avant le ballon, mais ne touche pas celui-ci alors… »

Puis, admiratif : « Ils (les Kiwis) prennent de la profondeur et partent ainsi lancés… Ca promet du spectacle ! »

En effet. Guiraud tape à suivre, Grésèque est heureux de récupérer le ballon : c’est l’essai de Bourret, encore lui ! « Il y a en avant de Grésèque, mais il n’y a rien à dire car les Français jouent au sifflet. Tant mieux pour nous ! ».

Première réserve vis-à-vis des Kiwis (15e minute) : « Ils offrent un bon rugby mais pour l’instant, ils ne se montrent guère efficaces ». Ca se vérifiera… Une minute plus tard, Guiraud assène un superbe « carton » à son vis-à-vis Ah Kuoï, et notre voisin de commenter : « Bravo ! Si on les empêche de développer leurs actions, c’est bon… ».

Les minutes s’écoulent, il est intarrissable : « Didier (lisez Hermet) en veut »… « décidément ce petit Guiraud réalise un bon match »,… « on prend malheureusement trop souvent la balle alors qu’on est arrêté ». Puis, alors que Grésèque est bloqué dans son action : « Personne ne la sollicite, cette balle ! ».

« Des chandelles… » réclame Mantoulan.

C’est la mi-temps.

Premier bilan : «  Bien sûr que les Kiwis s’offrent des occasions, mais l’efficacité dans tout cela ? Il est vrai que les tricolores défendent on ne peut mieux… ».

Peu après la reprise, son avis ne diffère point : « Ce sont des « mules » (les Kiwis). Comme les Anglais ! » Et pan !

Pour sa part, Pillon retourna de plus belle. Mantoulan apprécie. Maurice de Matos (à ma gauche) lance, goguenard, à « La Mantoule » : « On ne l’a jamais fait, ça, hein ? ».

L’autre n’a pas le temps de répondre que Bourret pousse in extremis Kemble en touche sur l’aile gauche. Pillon était prêt : « Si jamais Jean-Marc le rate, le Stéphanois l’envoie dans les tribunes ! ».

Mais sur l’autre flanc, Graham envoie joliment Prohn (« un tout bon, celui-là », dixit Mantoulan) derrière la ligne fatidique : « Pillon n’y pouvait rien, à deux contre un… »

6-5 pour les nôtres. Tout le monde tremble, mais Claude garde la tête frois : « On ne se sert pas suffisamment de nos brillants ¾ ». Puis, juste après, alors que les tricolores emballent le match : « Tu vois qu’on est capable de leur faire tourner la tête ! ».

Debout, assis, debout… Claude, comme les autres, joue au trampoline. « Il y a longtemps que je n’avais pas vu un match aussi plein ». Les Français ont finalement arrachés un court succès : « Il fallait quand même le faire, mais avec Delaunay à côté de Bourret, on pouvait espérer mieux », précise notre ami en guise de conclusion, avant de se noyer dans la foule et les vapeurs des vestiaires…

Je n’ai même pas eu le temps de le remercier pour l’excellent après-midi qu’il m’a permis de passer…

Hervé GIRETTE

 

Pacifique XIII vers l’Intrust Super Cup

L’explosion de la popularité du rugby à XIII dans les régions du Pacifique au cours de ces dernières années devrait se poursuivre avec l’annonce de la candidature de l’équipe du Pacifique Treize. La candidature qui sera basée en Nouvelle-Calédonie, vise un ticket d’entrée dans la compétition d’Intrust Super Cup du Queensland (Australie) pour la saison 2023.

La nouvelle entité à pour ambition non seulement de développer le Rugby à XIII en Nouvelle-Calédonie, mais également dans tous les territoires Francophones du Pacifique comme la Polynésie française et Wallis & Futuna. Ainsi que d’offrir aux joueurs de ces territoires la possibilité d’évoluer dans l’Intrust Super Cup de l’état du Queensland. Avec à moyen termes l’ambition de développer des talents capables de représenter la France au plus haut-niveau.

Le comité directeur est composé de six membres. Parmi lesquels on retrouve la communauté Calédonienne, des Australiens, des Français de métropole, ainsi que des Vanuatuais. Nos membres travaillent depuis déjà 12 mois sur ce projet audacieux. La candidature de Pacifique Treize (représentant les territoires du Pacifique et les menbres de leurs communautés) cherchera également à établir une relation étroite avec la Vanuatu Rugby League et la Solomon Islands Rugby League. Deux fédérations voisines et amies naturelles compte tenu des liens géographiques, historiques et culturels. Nous envisageons aussi que le Vanuatu puisse accueillir deux matchs par saison à partir de 2023 si notre candidature est acceptée dans la Intrust Super Cup.

Avec une population de près de 300 000 personnes et à seulement deux heures de vol de Brisbane, la Nouvelle-Calédonie est parfaitement adaptée comme futur lieu pour une entité Rugby de haut-niveau. Des discussions entre le comité directeur de Pacifique Treize et la Queensland Rugby League (les administrateurs de l’Intrust Super Cup) se poursuivent depuis la mi-2019. La Queensland Rugby League a déclaré qu’elle aimerait étendre la compétition Intrust Super Cup et sa structure actuelle de 14 équipes à 16 équipes d’ici 2023. À ce titre, Pacifique Treize se voudra l’option principale à considérer par l’Intrust Super Cup, si la compétition à 16 équipes devenait réalité.

La Nouvelle-Calédonie a la capacité économique d’accueillir une équipe de l’Intrust Super Cup. Cette dernière est largement présentée comme la deuxième meilleure compétition de rugby à Treize au monde. L’infrastructure autour des stades, les sites d’entraînements, les transports et de grandes entreprises mondiales offrent des opportunités uniques pour développer et faire prospérer ce jeu en Nouvelle-Calédonie.

Pacifique Treize s’est inspiré du succès des “Hunters“de Papouasie Nouvelle-Guiné, qui sont entrés dans la compétition de l’Intrust Super Cup à partir de 2014, ainsi que de l’ascension fulgurante du Toronto Wolfpack installé dans une ville (Canada) non traditionnelle de Rugby à XIII en Super League Europe.

“Nous sommes impatient d’entamer les négociations auprès des parties prenantes et notament avec la Queensland Rugby League afin de respecter les directives requises pour notre entrée en Intrust Super Cup. Nous croyons fort en ce projet et sommes déterminés à le mener à bien”, a déclaré Laurent Garnier, directeur de la communication de Pacifique Treize.
“En tant qu’ancien joueur et entraîneur en France et en Australie ainsi que commentateur TV de Rugby à XIII, je suis ravi de l’opportunité que cela donnera aux jeunes talents dans les territoires français du Pacifique. Nous pensons que nous serons en mesure de créer une culture de haut-niveau qui permettra de développer des talents locaux, qui garantira à terme à l’équipe de Pacific Treize d’être compétitive et aux joueurs d’avoir à coeur de devenir internationaux”, a commenté Laurent Garnier.

Le directeur basé à Nouméa, Manuel Jalabert, commente également la nouvelle entreprise, “En tant qu’ancien joueur, educateur et Dirigeant de club de Rugby à XV (Union), je soutiens complètement ce projet. Même si les codes diffèrent, cette initiative est un formidable tremplin pour la jeunesse des îles francophones du Pacifique mais aussi pour le Rugby à 13 Français. En effet, l’Australie est une nation majeure de ce sport et nous offre la possibilité de participer à un des plus grands championnats au Monde. Cette opportunité permettra d’ouvrir de nouvelles et belles perspectives à notre jeunesse.

“Au niveau économique pour le pays, cela représente aussi une nouvelle fenêtre , permettant de faire connaître nos îles à un nouveau public , très nombreux car ce sport est ultrapopulaire en Australie mais aussi en Nelle Zélande. Rejoignez nous nombreux dans cette aventure”! a déclaré Jalabert.

Les supporters sont encouragés à se rendre sur www.pacifique13.com et à “s’inscrire en tant que supporters/fans” afin de pouvoir bénéficier de promotions et l’opportunité exceptionnelle de pouvoir participer au concours qui décidera du nom de notre future mascotte fin 2020.

 

Partager un souvenir, une histoire