Actualité Internationale

Un Marlins rejoint le club Anglais des London Broncos

François Davo étudiant en deuxième année à l’école de commerce et de Management de TOULON “KEDGE BUSINESS SCHOOL” a rejoint depuis le début du mois de février le sud-ouest de l’Angleterre pour une période de six mois.

En période de stage en entreprise, ce jeune joueur a rejoint Toulon XIII depuis maintenant deux saisons. Ancien joueur formé au RCT et qui est passé par les clubs du RCCH et de l’US Mourillon, a aujourd’hui choisi le rugby à XIII comme sport de prédilection.

U19 la saison passée, il a rapidement rejoint en milieu de saison l’équipe Elite 2 au poste de meneur. Malgré une grave blessure en fin de saison (fracture de la cheville et de la malléole) François a passé tout l’été à se soigner pour revenir encore plus fort.

Sa maman nous explique : “Depuis tout jeune François a toujours aimé le rugby, malgré le fait qu’il n’est pas été retenu dans les effectifs du RCT à cause de sa taille, depuis deux ans nous avons retrouvé un garçon plein d’énergie ! Il s’entraîne dur tous les jours et surtout il arrive à allier le sport et l’école et ça c’est une grande satisfaction pour nous parents”.

Dès le mois de septembre, il voit l’arrivée de Justin Murphy, ancien joueur professionnel, ayant même évolué en NRL au poste d’entraîneur de l’équipe Elite 2 du Toulon XIII Métropole, une saison presque réussie pour François malgré les résultats de son équipe.

Justine Murphy nous explique : “C’est un jeune joueur que nous espérant voir évoluer au plus haut niveau, lors de mon arrivée à Toulon j’ai tout de suite su qu’il jouerait au poste de meneur. Maintenant, le savoir dans un club anglais est pour moi une belle réussite.”

François DAVO pourquoi avoir choisi le rugby à XIII ?

“Après 10 ans de rugby à XV, je sentais que j’avais besoin de changement. J’ai opté pour le rugby à XIII par le biais de Toulon XIII qui m’a ouvert ses portes. Plusieurs de mes amis d’enfance y jouaient et venaient de sortir d’une très grosse saison U19 ELITE.
J’ai donc rejoins cette aventure qui s’avérait être un challenge très excitant pour moi,
Ensuite tout est allé très vite, je joue ma 1ère saison en U19, mais au bout de 3 mois de rugby à XIII je fais mes premières feuilles de matchs en équipe première, grâce à la confiance de mon entraîneur Chahery Mouridi,ce qui m’a permis de me former très rapidement à ce nouveau jeu.
J’ai pris goût à ce sport car j’ai appris à développer mes capacités physiques, mon endurance, ma vision du jeu et ma technique individuelle qui sont très importants au rugby à XIII.”

Pourquoi le Club du London Broncos ?

“J’ai eu la possibilité de rejoindre le London Broncos grâce à principalement 2 personnes : Justin Murphy et Eloi Pelissier…
Jouer au London Broncos est une possibilité pour moi de continuer à jouer au rugby à XIII tout en continuant mon développement personnel et sportif dans un milieu professionnel. À mon arrivée, tout le monde m’a très bien accueilli que ce soit Eloi, le staff ou les joueurs qui m’ont très bien intégré au groupe.
Je remercie donc le club des London Broncos de pouvoir me laisser la chance de m’entraîner avec eux et pourquoi pas faire la suite de la saison avec eux. Cela va me permettre d’encore plus me développer en tant que joueur et en tant qu’homme. J’ai hâte de poursuivre mon aventure au sein de ce club… C’est donc un rêve que je suis en train de vivre et j’espère qu’il durera la plus longtemps possible, je ferais le maximum pour que cela continue.”

Je remercies les dirigeants de mon club ainsi que le staff sportif de me soutenir dans cette belle aventure.

Crédit photo Toulon XIII MÉTROPOLE

Les Dragons mettent Salford dans le vent

Absents en première mi-temps, les Diables Rouges sont enfin sortis de leur boîte dès la reprise. Trop tard, les Catalans avaient préalablement fait le boulot. Sans outrageusement dominer, mais avec une énergie personnifiée par le toujours impeccable Rémi Casty, ils ont poussé les visiteurs à la faute avec une louable constance dans l’effort. 

Dès lors, la sanction ne pouvait que tomber. En prenant d’abord la forme d’une charge de Julian Bousquet, Mike McIlorum exploitant le tenu d’un explosif départ au ras. Puis via deux piques de Matt Whitley, la première née d’une passe de Josh Drinkwater à ras de terre, la deuxième expédiée dans les airs par James Maloney.

La blessure de Jullien

Suffisant pour se mettre à l’abri non pas de la tramontane mais d’un éventuel retour de l’adversaire, sans Benjamin Jullien, qui avait quitté le terrain quatre minutes plus tôt, sérieusement touché aux adducteurs.

Si ensuite les choses se gâtèrent quelque peu, c’est parce que Salford avait décidé de répondre présent, dans la foulée du coriace Tyrone McCarthy, pendant que les Sang et Or parfois faisaient peine. Joey Lussick, pénétrant, ne faisait que frôler la cible, mais une grosse minute plus tard Ken Sio concluait un superbe mouvement.

Il fallait une bourde de Sam Tomkins, par ailleurs excellent, pour voir les locaux inquiétés au score (20-14), le même Sio ayant sauté sur l’occasion.

Et l’arrière international anglais se chargeait lui-même de remettre son équipe en marche avant, à la faveur d’une étincelante trouée, ponctuée par un tenu synonyme d’une vague offensive portée par Lewis Tierney, échappé, et échouant dans les bras de Fouad Yaha, lui aussi fort à son aise en cette soirée ventée.

Le mot de la fin était pour Lewis Tierney, élu “joueur du match”, qui héritait d’une somptueuse passe d’Israel Folau (grippé, mais chaussé de crampons à bouts… roses, peut-être un signe envoyé en direction de LGTB 66, dont les membres en tribune étaient invités par le club), après un grandiose travail de déménageur signé Sam Kasiano.

Sam Kasiano a beaucoup pesé sur la défense de Salford
Crédit Jean Roig

On était loin du match parfait, de la part des Catalans, parfois victimes de trous d’air et cependant opiniâtres à souhait, mais heureusement plus loin encore de la déculottée essuyée l’an passé face à ces mêmes banlieusards de Manchester. 

Et à cet égard, on était en droit de louer l’ardeur déployée de bout en bout par Samisoni Langi et Ben Garcia.

Didier Cabestany, que le club a honoré d’une minute d’applaudissements, aurait apprécié cet esprit de guerrier.

Folau, auteur d’une passe en or pour l’essai de Tierney.
Crédit Jean Roig

DRAGONS – SALFORD 30-14

Mi-temps 18-0

Arbitre M. Kendall

7 904 spectateurs

Forte tramontane à l’avantage des Dragons en première période

Dragons : 5 essais McIlorum (8), Whitley (25, 30), Yaha (74), Tierney (77), 3 T (8, 30, 77) et 2 pénalités (17, 60) Maloney.

Salford : 3 essais Evalds (44), Sio (51, 67), 1 T Lolohea (44).

Carton jaune : S. Tomkins (Dragons) à la 44è.

CATALANS : S. Tomkins – Tierney, Langi, Folau, Yaha – (o) Maloney, (m) Drinkwater – Casty (Baitieri 26, Kasiano 73), McIlorum (Séguier 65), Bousquet (Kasiano 24, Bousquet 50) – Whitley, Jullien (Maria 36, Casty 57) – Garcia.

RED DEVILS : Evalds – Ken Sio, Welham, Elliot Kear, Rhys Williams – (o) Lolohea, (m) Kevin Brown – Mossop, Lussick, Dudson – Lannon, Oliver Roberts – Flanagan.

Sont entrés en jeu Pauli, McCarthy, Ikahihifa, Luke Yates.

Hervé Girette

Dragons Catalans : Julian Bousquet prolonge

Le club des Dragons Catalans est heureux d’annoncer la prolongation de Julian Bousquet qui a signé aujourd’hui un nouveau contrat de trois ans.

Agé de 28 ans, le pilier international est donc lié avec les Dragons Catalans jusqu’à la fin de la saison 2023.

Pur produit de l’école lézignanaise, il avait rejoint les Dragons en 2012. Auteur de plus de 170 matchs sous le maillot sang et or, il est devenu un joueur clé du pack catalan. Elu joueur de l’année au terme de la saison dernière, il aura à cœur de confirmer ses belles prestations à nouveau cette saison.

Il compte 171 matchs de Super League depuis son arrivée chez les Dragons, et a inscrit 16 essais.

Julian Bousquet : “Je suis très heureux de voir que le club compte sur moi. Je veux faire toute ma carrière ici et c’est tout naturellement que nous avons trouvé un accord. Je dois être la relève dans le pack, j’ai une carte à jouer et une lourde responsabilité à assumer. C’est à moi de prouver que le club a eu raison de me faire confiance. J’ai débuté les trois matches cette saison et j’espère continuer à m’imposer, sachant que je dois toujours prouver parce que les jeunes joueurs arrivent.”

Steve McNamara, entraîneur : “Julian est en train d’entrer dans les plus belles années de sa carrière et la décision de prolonger son contrat s’est faite naturellement. Il s’est imposé au fil des années comme un pilier titulaire dans le 13 de départ et son influence sur l’équipe ne cesse de croitre. Depuis son arrivée, Julian a gagné en maturité et s’est amélioré dans tous les domaines grâce à son éthique de travail au quotidien. Ce nouveau contrat est la récompense de ses efforts et de son engagement auprès des Dragons.”

© Dragons Catalans

Les groupes des Dragons et des Olympiens pour le 7 mars

Ce week-end nos deux équipes françaises évoluant dans les championnats anglais (Championship & Super League) recevront respectivement à domicile : Batley pour Toulouse et Salford pour les Dragons.

Steve McNamara a dévoilé le groupe pour la réception de Salford ce samedi 7 Mars dans le cadre de la 6ème journée de Super League, coup d’envoi à 18h au stade Gilbert Brutus.

C’est un groupe inchangé qui a été convoqué pour préparer ce match face aux Red Devils.

Le staff sera toujours privé de David Mead, Sam Moa, Joel Tomkins, Mickael Goudemand et Tom Davies.

Le groupe

2. Lewis TIERNEY
3. Samisoni LANGI
4. Israel FOLAU
5. Fouad YAHA
6. James MALONEY
7. Josh DRINKWATER
8. Rémi CASTY
9. Micky McILORUM
11. Matt WHITLEY
13. Benjamin GARCIA
14. Julian BOUSQUET
15. Mickael SIMON
17. Benjamin JULLIEN
18. Alrix DA COSTA
21. Paul SEGUIER
22. Arthur ROMANO
23. Antoni MARIA
24. Jason BAITIERI.
25. Arthur MOURGUE
28. Sam KASIANO
29. Sam TOMKINS

Steve McNamara a dévoilé le groupe pour la réception de Salford ce samedi 7 Mars – crédit© : Dragons Catalans

Le groupe du Toulouse Olympique XIII pour le recevoir Batley samedi (07/03) au stade Ernest-Wallon. Coup d’envoi à 18h.

Deux changements dans le groupe, avec le retour d’Harrison HANSEN, au profit de Mathieu JUSSAUME (encore un peu juste après une grippe), et le pensionnaire du Centre de Formation Hugo PEZET qui remplace Justin BOUSCAYROL. Lloyd WHITE, Anthony MARION et Ilias BERGAL sont toujours absents.

Bastien ADER
William BARTHAU
James BELL
Clément BOYER
Joe BRETHERTON
Ben EVANS
Johnathon FORD
Harrison HANSEN
Jy HITCHCOX
Mark KHEIRALLAH
Pierre-Jean LIMA
Paul MARCON
Tony MAUREL
Constantine MIKA
Hugo PEZET
Maxime PUECH
Stanislas ROBIN
Justin SANGARÉ
Junior VAIVAI
Patty VAIVAI
Frank WINTERSTEIN

Harrison HANSEN a purgé son match de suspension © Bernard RIEU

Championship : Pélissier répond à Jouffret mais Featherstone gagne

Titulaire à la mêlée (!), Eloi Pélissier a inscrit le deuxième et dernier essai de Londres, défait à domicile par les Rovers de Louis Jouffret, auteur également d’un essai, suite à une louable percée, avant d’en offrir un à Hardcastle trois minutes plus tard.

Kevin Larroyer est entré en cours de jeu pour Halifax, vainqueur à domicile de York.

LONDRES – FEATHERSTONE 10-34

London Broncos : 2 essais Ogden (72), Pélissier (80), 1 T K. Dixon (80).

Featherstone : 6 essais Harrison (10), Blackmore (20), Bussey (39), Craig Hall (59), Jouffret (62), Hardcastle (65), 4 T Craig Hall.

WHITEHAVEN – TOULOUSE 4-40

Whitehaven : A essai Dave Thompson (42).

TO : 7 essais Hitchcox (5, 18, 52), Marcon (9), Barthau (32), Bell (47), J. Sangaré (57), 6 T Kheirallah (2) et Barthau (4).

Dewsbury – Widnes 20-8

Halifax – York 28-4

Oldham – Bradford 12-26

Swinton – Leigh reporté

Batley – Sheffield 18-19

Les groupes des Dragons et du TO XIII

Nos deux équipes françaises sont en déplacement à l’extérieur pour le dimanche 1er mars.

Le groupe du Toulouse Olympique XIII pour le déplacement à Whitehaven, ce dimanche (01/03) au Recreation Ground (16h – heure française), avant de retrouver Ernest Wallon le samedi 7 mars contre Batley (18h).

Le bilan actuel :

Trois sur trois pour les toulousains, deux aux Sept Deniers (York et Oldham) et un en Angleterre (Sheffield), pour un début de saison idéal. Pourvu que ça dure.

Total contraire pour le promu Whitehaven qui s’est incliné lors des trois premières journées sur un score serré à chaque fois : contre Swinton (0-14), à Londres (36-20) et contre Oldham (14-16).

Les enjeux de cette confrontation :

Quoi de mieux que d’être invaincu et boucler deux victoires en deux matchs à l’extérieur pour préparer la réception au Wallon de Batley le week-end qui suit ?

Haven doit gagner pour lancer sa saison et se dégager du fond de tableau (quatre équipes à 0 points), et le contexte est toujours plus propice à domicile.

Les dernières fois :

Dimanche, Whitehaven et le TO XIII se retrouveront 10 ans après leur dernier match. C’était le 26 juin 2010 aux Minimes et les Bleus et Blancs s’étaient imposés 34-12. Deux victoires de part et d’autre, à domicile à chaque fois, après les 4 confrontations qui ont opposé les deux clubs. C’était en 2009 et 2010, avec un certain Sylvain HOULES dans les rangs. Qui va prendre l’avantage dans cette série ? 

Le groupe Toulousain :

Un seul changement effectué dans le groupe des 21 par rapport au dernier match, avec Harrison HANSEN, suspendu pour cette rencontre, remplacé par le jeune pensionnaire du Centre de Formation Justin BOUSCAYROL. Lloyd WHITE purge son deuxième et dernier match de suspension, Anthony MARION est en cours de reprise et Ilias BERGAL continue de travailler pour revenir.

  • Bastien ADER
  • William BARTHAU 
  • James BELL 
  • Justin BOUSCAYROL
  • Clément BOYER
  • Joe BRETHERTON 
  • Ben EVANS 
  • Johnathon FORD
  • Jy HITCHCOX 
  • Mathieu JUSSAUME
  • Mark KHEIRALLAH 
  • Pierre-Jean LIMA 
  • Paul MARCON 
  • Tony MAUREL 
  • Constantine MIKA
  • Maxime PUECH 
  • Stanislas ROBIN 
  • Justin SANGARÉ 
  • Junior VAIVAI
  • Patty VAIVAI 
  • Frank WINTERSTEIN 
Joe BRETHERTON et le TO reprennent la direction de l’Angleterre © Bernard RIEU

Steve McNamara a, quant à lui, dévoilé le groupe pour le déplacement à Hull FC ce dimanche 1er Mars, coup d’envoi à 16h au KCOM Stadium.

Mika Simon et Alrix Da Costa ont reçu le feu vert médical et postule.

Le staff sera privé de David Mead, Sam Moa, Joel Tomkins, Mickael Goudemand et Tom Davies.

Le groupe

2. Lewis TIERNEY
3. Samisoni LANGI
4. Israel FOLAU
5. Fouad YAHA
6. James MALONEY
7. Josh DRINKWATER
8. Rémi CASTY
9. Micky McILORUM
11. Matt WHITLEY
13. Benjamin GARCIA
14. Julian BOUSQUET
15. Mickael SIMON
17. Benjamin JULLIEN
18. Alrix DA COSTA
21. Paul SEGUIER
22. Arthur ROMANO
23. Antoni MARIA
24. Jason BAITIERI.
25. Arthur MOURGUE
28. Sam KASIANO
29. Sam TOMKINS

Challenge Cup : Jouffret plus heureux que Pélissier en Challenge Cup

Si Eloi Pélissier (remplaçant au coup d’envoi) a inscrit un essai face à York, pour son retour à la compétition après une longue absence sur blessure, London Broncos, trahi par son buteur, a été éliminé du quatrième tour de la Cup (22-24), contrairement à Featherstone, qui s’est imposé d’un rien (18-16) contre Barrow, avec Louis Jouffret à la baguette.

L’ancien toulousain Rhys Curran a créé une brèche dans laquelle s’est engouffré Daniel Hindmarsh pour le premier essai de Londres, avant d’inscrire le troisième de ses couleurs, un quart d’heure plus tard.

A la 49è minute, Eloi Pélissier, parti derrière un tenu, à l’intérieur du camp adverse, s’est ensuite arraché pour tromper toute résistance de la part de York.

Dimanche 1er mars, Londres accueillera Featherstone en championnat, avec promesse d’un beau duel entre les deux Français…

Halifax avec Kevin Larroyer en troisième ligne, s’est incliné 18-20 à Sheffield.

LONDON BRONCOS – YORK 22-24

Londres : 5 essais Hindmarsh (1), Egodo (12), Rhys Curran (16), Pélissier (49), Guy Armitage (53), 1 T

Aston (49).

York : 4 essais James Green (37), Baldwinson (44), Stock (46), Keinhorst (78), 4 T Connor Robinson.

FEATHERSTONE – BARROW 18-16

Featherstone : 3 essais Craig Hall (9), Parata (18), Gareth Gale (76), 2 T (18, 76) et 1 pénalité (54) Craig Hall.

Barrow : 3 essais  Cresswell (2), Terrill (33), Jordan Walne (72), 2 T Dallimore (33, 72).

Cartons jaunes :

Featherstone : Lockwood (38).

Barrow : Perry Singleton (61), Declan Hulme (65).

Le 4è tour :

Whitehaven – Dewsbury reporté

Leigh Centurions 36-10 Batley Bulldogs

Sheffield Eagles 20-18 Halifax RLFC

Siddal 10-30 Newcastle Thunder

Swinton Lions 56-0 Leigh Miners Rangers

Featherstone Rovers 18-16 Barrow Raiders

Bradford Bulls 22-0 Underbank Rangers

North Wales Crusaders 18-22 Hunslet RLFC

London Broncos 22-24 York City Knights

Widnes Vikings 52-12 Oldham RLFC

Workington Town 22-12 Doncaster RLFC

Rochdale Hornets 54-10 British Army

Vendredi noir pour Navarrete, Miloudi et Gigot

Romain Navarrete, qui a écopé d’un carton jaune à un quart d’heure de la fin, n’a pas fait mieux avec Wakefield, battu 32-15 à Castleford, que Hakim Miloudi, titulaire au centre, et Tony Gigot, entré en cours de jeu à la 15è minute pour son retour à la compétition, avec Toronto, défait 32-22 à Warrington.

Tony Gigot a ouvert le chemin de l’essai à Bodene Thompson, qui a laissé échapper le ballon à l’instant de marquer, dans un match auquel a participé Sonny Bill Williams, au poste de deuxième ligne, mais pas Gadwin Springer, qui avait subi un KO lors du précédent match contre Wigan, et incomplètement rétabli.

L’ancien Dragon Catalan a été qualifié d’un “match solide” sur le compte twitter du Wolfpack, se montrant notamment “adroit à la réception des ballons aériens”, délivrés par Blake Austin et Gareth Widdop.

Pour sa part, Hakim Miloudi (d’abord remplacé numériquement par Tony Gigot, entré au poste d’arrière) a été proche de l’essai en coin, en fin de rencontre, magistralement stoppé par Josh Charnley, mais Toronto, toujours à la recherche d’une victoire après trois journées, est indiscutablement en progrès.

Castleford – Wakefield 32-15

Castleford : 6 essais Blair (14), Olpherts (16, 56), Clare (32,43), Holmes (52), 2 T et 2 pénalités Richardson.

Wakefield : 2 essais Westerman (7), Johnstone (25), 1 T et 2 pénalités Hampshire, 1 drop Miller.

Warrington – Toronto 32-22

11 182 spectateurs

Warrington : 5 essais Charnley (7), Widdop (10), Lineham (23), Ashton (36), Murdoch-Masila (78), 4 T et 2 pénalités (64, 70) Ratchford.

Toronto : 4 essais Wilkin (33), Ackers (39), Russell (49), Gareth O’Brien (57), 3 T Wallace (33, 39, 57).

Hull KR – Huddersfield 4-22

César Rougé : « Melbourne, une expérience extraordinaire »

A tout juste 17 printemps, César Rougé a déjà un CV des plus remplis : outre la tournée en Angleterre avec l’équipe de France U16 (dont il était le capitaine) en 2017 et celle en Nouvelle-Zélande avec les U19 en 2018, le jeune demi fait depuis le début de saison partie, sous la houlette de Maxime Grésèque, du groupe Elite du Treize Limouxin. Cerise sur le gâteau : début janvier, il s’est envolé vers l’Australie pour participer à un « training camp » organisé par le Storm de Melbourne. Il nous raconte son expérience et nous livre ses impressions sur cette superbe aventure. 

César, comment as-tu eu l’opportunité de participer à ce camp d’entraînement ?

César Rougé : Laurent Garnier, une figure du rugby à XIII français, coache maintenant les Easts Tigers de de Coorparoo (banlieue de Brisbane, dans le Queensland), qui sont en réalité la réserve du Storm de Melbourne. Quand le Storm organise des « training camps », il fait partie du staff qui prend en charge les activités. Comme il est toujours très connecté avec la France, on lui a demandé s’il connaissait des jeunes Français susceptibles de participer au camp. Aux alentours de mai 2019, il s’est renseigné auprès de ses contacts dans le sud de la France. Mon nom lui a été proposé. Il m’a ensuite appelé directement, puis je lui ai envoyé une vidéo. En aout 2019, j’ai su que j’étais accepté.

Comment se sont passés le voyage et l’arrivée sur place ?

CR : Déjà, je ne suis pas parti tout seul. J’étais avec Baptiste Fabre d’Albi XIII. Nous nous connaissions depuis quelque temps puisque nous formions la charnière des U16. Nous sommes partis du 6 au 18 janvier. Nous nous sommes envolés de Toulouse et avons fait escale à Abu Dhabi. Nous avons ensuite terminé le voyage jusqu’à Brisbane. Les quatre premiers jours, nous sommes restés chez Laurent Garnier, qui réside à Brisbane. Le dimanche, nous avons pris l’avion pour Melbourne (dans le Victoria) puis avons accompagné Laurent pour aller chercher les autres participants au camp à l’aéroport. Il y avait des Sud-Africains, des Néo-Zélandais et des Australiens bien sûr. Nous étions donc les seuls Européens sur vingt-cinq participants. On nous a installés à la Geelong Grammar School de Corio, à environ une heure de voiture de Melbourne.

Trois Frenchies à Melbourne : le coach Laurent Garnier encadré de César Rougé (à droite) et Baptiste Fabre.

Le camp d’entrainement a donc commencé le lendemain.

CR : En effet, le lundi, lever à six heures du matin. On a commencé avec des tests physiques : musculation, « yoyo test ». Les jours suivants, nous avions des réunions dès sept heures le matin. On nous faisait répondre à des questions et écrire nos objectifs pour la journée sur un carnet. Puis on enchainait : petit-déjeuner, strap, séances d’entraînements d’environ deux heures. Puis c’était piscine pour récupérer, déjeuner, sieste et nouvelle séance l’après-midi. On a bien travaillé, beaucoup de « drills » (exercices) et de « skills » (technique individuelle). Le mardi, la séance était axée sur l’attaque, le mercredi sur la défense. Le jeudi après-midi, on a fini par un match.

César a montré de belles aptitudes lors du camp d’entraînement du Melbourne Storm.

Dans quel état d’esprit étaient les participants à ce stage ?

CR : Tous les joueurs faisaient preuve d’un grand enthousiasme. En fait, chacun mesurait la chance de participer à un tel camp d’entraînement. Avant de partir, je m’imaginais que ça allait être un stage du style « commando », mais pas du tout. La structure dans laquelle nous étions était fantastique : la Geelong Grammar School possède pour six millions d’euros de structures sportives, notamment une piscine de 25 mètres et deux terrains intérieurs de basketball. J’estime avoir très bien vécu cette expérience extraordinaire. Nous étions mis dans les meilleures conditions pour réussir. Si on avait un coup de moins bien, un coach venait nous parler et nous rassurer, nous conseiller. Ils savaient être proches quand c’était nécessaire.

La barrière de la langue n’a-t-elle pas été un problème ?

CR : Un petit peu mais pas tant que cela. Déjà, ce qui m’a aidé, c’est que j’évolue avec le groupe Elite du XIII Limouxin depuis quelques semaines. On a un arrière et un deuxième ligne australiens avec lesquels je suis souvent amené à communiquer dans le jeu, ne serait-ce que par la position que j’occupe sur le terrain. Je connaissais donc une partie du vocabulaire spécifique. Ensuite, sur place, nous ne pouvions utiliser nos téléphones portables qu’une heure par jour, de 20 heures à 21 heures. Nous avions de ce fait plus l’occasion de parler avec les autres participants. Pour ma part, j’avais un petit carnet dans lequel j’écrivais le vocabulaire nouveau.

César à la manœuvre sous le maillot du Treize Limouxin.

Quelles sont tes perspectives après ce stage ?

CR : Je suis actuellement en Terminale ES au CREPS de Toulouse. Je devais au départ passer mon bac en deux ans, d’autant que j’ai pris du retard et que j’ai manqué pas mal d’heures de cours du fait de la tournée en Nouvelle-Zélande et mon stage à Melbourne. Néanmoins, je vais essayer de passer mon bac cette année. Je suis toujours en contact avec Laurent Garnier. Si je suis pris, pourquoi pas repartir à Melbourne en décembre 2020, passer une saison complète sur place pour jouer avec une équipe réserve et participer aux divers camps organisés par le Storm dans le Queensland ou ailleurs ?

En compagnie de Cameron Smith (411 matchs joués en NRL, 56 sélections avec les Kangourous).

Pour terminer, tu as eu la chance de rencontrer Cameron Smith, talonneur du Storm et véritable légende vivante de la NRL. Raconte-nous.

CR : Quand nous étions à la Geelong Grammar School, à l’internat, le bâtiment dans lequel nous résidions se trouvait à une trentaine de mètres de celui de l’équipe du Storm. On mangeait tous les jours avec eux, on s’entraînait tous les jours sur le même terrain qu’eux, à la même heure. On a pu voir tous les joueurs. Ils étaient très abordables, notamment Cameron Smith. Cette rencontre reste évidemment un excellent souvenir.

[Equipe de France Fédérale] Charly Clottes : “Une équipe de France qui gagne fera parler d’elle”

Coach, pour ceux et celles qui ne connaissent pas le rugby à XIII, qu’est-ce que l’équipe de France fédérale ?

CC : C’est une équipe de France composée uniquement de joueurs amateurs. Pour la composer, nous avons choisi de nous concentrer uniquement autour des trois cents joueurs composant la Division Nationale qui correspond au second niveau amateur des championnats de France. Pour notre première année, nous avons décidé de nous appuyer sur les quatorze équipes de cette division. Les clubs des niveaux inférieurs ont un peu « râlé » (sourire) mais il fallait faire un choix pour débuter. On y viendra peut-être un peu plus tard.

Après des années de sommeil, quels sont les objectifs de cette équipe à court et long terme ?

CC : Cette équipe de France fédérale est restée en sommeil pendant six ans. Pour ce qui est de notre objectif à court terme, gagner le match contre une sélection étrangère. Il faut absolument commencer par une victoire, c’est nécessaire. A long terme, notre objectif est de disputer plusieurs matches contre d’autres sélections européennes peu connues comme l’Allemagne, par exemple.

Existe-t-il un championnat européen de niveau fédéral ?

CC : Non, il n’existe aucun tournoi de ce type. Seulement des matches amicaux entre fédérations.

Est-ce que l’équipe de France Fédérale est un marche-pied vers l’équipe de France Elite ou est-ce que ce sont deux destins différents ?

CC : Ce sont deux destins différents. L’équipe de France Fédérale va rester dans l’esprit national et amateur en même temps. On veut créer une équipe qui a l’esprit d’une bande de copains.

Faisant suite à votre prise de fonction en tant que sélectionneur de cette équipe de France Fédérale, quels vont être vos premiers chantiers ?

CC : En fait, ce sera de constituer progressivement le groupe prévu pour affronter cette fameuse sélection étrangère et tout se fera au fur et à mesure des trois rassemblements que nous avons prévu et qui s’étaleront dans le temps jusqu’au 20 juin, date du match contre la sélection Internationale. Le premier rassemblement se tiendra le 8 mars à Pia, avec une rencontre Est/Ouest, puis un second rassemblement en avril à Ramonville puis le troisième se tiendra le 14 juin à Lézignan, une semaine avant le match contre la sélection Internationale, le 20 juin à Albi.

Quels seront les critères de sélection, si on peut dire ?

CC : Nous avons demandé aux quatorze clubs de la Division Nationale de nous désigner leurs cinq meilleurs joueurs, pourvu qu’ils soient bon rugbyman, bon athlète mais surtout bon camarade, avec l’esprit collectif. On connait la plupart des joueurs mais on veut faire ça en collaboration avec les clubs de la DN. Après, nous garderons en moyenne 2 à 3 joueurs par club. Cela représentera environ 46 joueurs au premier rassemblement de Pia. Mais le groupe restera ouvert à d’autres joueurs pour combler les manques aux postes ou parer aux blessures. Pendant ces rassemblements, nous expliquerons également la philosophie de jeu aux joueurs ainsi que le système de jeu que nous allons appliquer.

Et comment allez-vous passer, ensuite, des 46 joueurs du premier rassemblement aux 17 qui affronteront cette sélection étrangère ?

CC : Les rassemblements feront offices de sélection. Il y aura, effectivement, 46 joueurs à Pia, chiffre qui sera ramené à 30 joueurs pour le second rassemblement à Ramonville puis à 20 joueurs pour le troisième à Lézignan. Là seront désignés les 17 joueurs qui composeront la feuille de match contre la sélection Internationale.

Qu’attendez-vous du match Est/Ouest qui se jouera lors du premier rassemblement ?

CC : Il servira de « tamis » parmi les 46 joueurs sélectionnés. Ils s’entraîneront ensemble dans un premier temps puis s’affronteront tout en étant supervisés par deux « staffs » constitués pour ce match. De la rencontre seront désignés les 30 joueurs retenus pour le second rassemblement.

Quelle est votre « appréhension » concernant le match contre cette équipe ?

CC : Je ne parlerai pas d’appréhension mais plutôt d’impératif. Et il est impératif de battre cette équipe (internationale). A tout prix. Une équipe de France qui gagne fera parler d’elle. Or nous avons besoin qu’on parle d’elle. C’est aussi très important pour les joueurs et le staff mais aussi pour le rugby à XIII en général. Si on bat la Serbie, peut être que d’autres nations voudront nous rencontrer…

W.D

CALENDRIER

8 mars 2020
Premier rassemblement à Pia

Avril 2020
Deuxième rassemblement à Ramonville

14 juin 2020
Troisième rassemblement à Lézignan

20 juin 2020
Match International à Albi.

LES GROUPES EST et OUEST