Accueil » Actualité Internationale » Super League » Dragons Catalans : Réactions d’O.ELIMA

Dragons Catalans : Réactions d’O.ELIMA

L’international français, de retour à la compétition avec les Dragons Catalans, a pris une part active à la victoire des siens, dimanche à Bradford.

Comment s’est passé ce retour à la compétition, après une si longue absence ?

“J’ai disputé deux fois douze minutes au poste de troisième ligne, dans un rôle de pilier. J’ai eu un brin d’appréhension sur mon premier ballon, puis j’ai joué rapidement mes tenus, ce qui m’a mis en confiance. A l’arrivée, je n’ai pas commis de faute, et j’ai seulement ressenti un peu de fatigue sur la fin, en défense.”

La première mi-temps bancale des Dragons, à Bradford, est-elle due à la perte de confiance du groupe, constaté ces dernières semaines ?

“Il y a un peu de cela, mais nous avons eu une bonne semaine d’entraînement, avant ce déplacement. C’était positif, et il y avait longtemps que cela n’était pas arrivé. Et cela a joué en notre faveur, en fin de rencontre. Notre solidarité ayant prévalu.”

Des regrets, sur ce match, en dépit de la victoire ?

“Nous n’avons pas disputé le bras de fer espéré, en première mi-temps, à cause d’un nombre trop élevé de ballons tombés, et d’une lecture du jeu trop pauvre.”

Ce qui ne vous a pas empêché de réagir salutairement…

“En effet, lorsque nous avons été menés 4-18, nous nous sommes regardés, en nous disant qu’on ne lâcherait rien car l’avance au score des Bulls, qui n’avaient pas proposé grand-chose en terme de jeu, était essentiellement dû à nos erreurs.”

L’aspect imprévisible du jeu pratiqué par Brent Webb a-t-il eu pour effet de dérouter la défense de Bradford ?

“On ne sait jamais ce qu’il va faire avec le ballon, même pas nous. Il a percé la ligne, nous a fait repartir de l’avant, même s’il a perdu en chemin deux ou trois ballons ayant nui à l’efficacité du bras de fer que nous souhaitions imposer. C’est toute la difficulté du jeu à risques. Il convient de savoir quand le faire. En tout cas il nous a fait du bien, et c’était pour lui indispensable compte-tenu des excellentes prestations réalisées par Morgan Escaré, en son absence.

Dans ce match, quand vous avez failli en défense, était-ce lié à un problème de communication ou à un déficit d’envie ?

“Surtout pas d’envie. Avant la rencontre, nous nous étions regardés bien droit les yeux dans les yeux, simplement parfois la communication et une saine approche du jeu nous ont fait défaut. Mais nous sommes restés debout dans les moments difficiles, toujours en raison de la semaine que nous avions passé aux entraînements, où aucun passage à vide n’avait été constaté. Nous avons été mentalement à la hauteur, nous sommes restés solidaires, pour tomber dans les bras les uns des autres, quand la sirène a retenti.”

“Brent Webb a-t-il eu droit à plus de sifflets de la part des fans des Bulls, qu’Elliott Whitehead ?

“Au début, ils étaient davantage adressés à Elliott, puis il y a eu égalité avec Brent (sourire), qui n’est pas aimé ici, car il s’échauffe un peu. Et je suis content pour Whitehead, car il a pris des petits coups, par-ci par-là, de la part de ses anciens coéquipiers. Il faut savoir que s’il est respecté par ses anciens partenaires, cela n’a par contre jamais été ça entre lui et Francis Cummins, le coach des Bulls. Ce dernier n’a sans doute pas manquer de rappeler à ses protégés qu’Elliott est parti en pleine saison. Mais ce dernier s’est montré fort, mentalement. Et c’est lui qui a fait basculer la rencontre en notre faveur, quand Brett Kearney a écopé d’un carton jaune à sept minutes de la fin après avoir fait obstruction sur lui, qui venait d’intercepter le ballon pour parcourir trente à quarante mètres. A partir de là, les supporters locaux se sont tus…”

PHOTOS JEAN ROIG RMD021

Crédit photo : J. ROIG

Source : sportchoc.tv

Partager cet article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Laisser un commentaire