Accueil » Compétitions » Coupes de France » Coupe de France Minimes/Cadets » Guillaume Bonnet L’interview

Guillaume Bonnet L’interview

A l’instar de Clément Soubeyras, en face, il évoluera dimanche sur une terre qui lui est chère. Et où il ne manquera surtout pas d’encouragements de la part de ses tantes, appartenant à l’incontournable famille treiziste, les Cagnac, et de ses nombreux amis.

Car voici encore seulement deux ans, Guillaume, devenu depuis de plus en plus conquérant, évoluait au SO Avignon, un club dont il fit le bonheur à l’ouverture, jusqu’en junior, puis au talonnage, en passant parfois par les postes de troisième ligne et de demi-de-mêlée.

Crédit @astreizix

Un club, également, qui fit naître en lui la vocation d’éducateur, ayant conduit, un temps, les destinées des cadets aux côtés d’Olivier Arnaud.

Avant de briller ensuite à Palau, en compagnie de ses adversaires de dimanche, Rémy Marginet, Paco Jamil et Marc Meye, et enfin cette saison à Lézignan.

En outre ancien joueur de Kingsgove Colts, en Australie, lors de l’été 2013, il s’est rapidement imposé comme un des fers de lance d’une formation des Corbières appréciant au plus haut point sa détermination et sa gestuelle.

Nul doute qu’il sera une fois de plus à la pointe du combat, dimanche, au sein d’un ensemble au complet, à l’exception du demi Simon Grandjean, victime d’une déchirure du quadriceps.

Rencontre avec un candidat à une place dans le squad des Bleus pour la Coupe du monde 2017.

Trouvez-vous confortable, ou au contraire délicat, d’être désigné favori avant cette finale ?

“Aucun des deux. Je n’aborde pas ce rendez-vous de cette manière, sachant que n’importe quelle équipe en lice peut l’emporter, à ce niveau”.

Que retenez-vous du dernier match livré face à Carcassonne ?

“Nous avons éprouvé des difficultés à mettre notre jeu en place, en première mi-temps, coupables d’avoir commis trop de fautes. Nous n’avons pas réussi à construire la pression, avant de compléter davantage nos chaînes, après la pause, où nous avons été plus appliqués, parvenant enfin à inscrire des essais (victoire de Lézignan 28-18, le 12 mars) faisant la différence”.

Qui sont les trois Lézignanais ayant conduit le bal, cette saison ?

“Rémy Marginet, Damien Cardace, et Yoan Tisseyre, pour sa régularité dans l’effort, le peu d’erreurs qu’il commet dans un match”.

Quel est l’atout principal de Carcassonne ?

“Le pack est solide, et le jeu bien orchestré par l’expérimenté Maxime Grésèque, alors que Hakim Miloudi est constamment dangereux”.

Que possède Lézignan que n’a pas Carcassonne ?

“Notre groupe est plus homogène. Quand nous sommes suffisamment appliqués, le danger, chez nous, peut venir de partout”.

Quels sont les trois Carcassonnais les plus redoutables ?

“Hakim Miloudi, Maxime Grésèque, et Paco Jamil, une machine à prendre les ballons”.

 

 

 

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comment (1)

  • Arnaud

    Guillaume, nous sommes derrière toi et ton équipe. Prends du plaisir et le résultat viendra à dimanche

    03/05/2017 à 19:08

Laisser un commentaire