Accueil » Actualité Internationale » Super League » Sandra Sousporte : “L’aventure des Cheers66 démarre avec les Dragons”

Sandra Sousporte : “L’aventure des Cheers66 démarre avec les Dragons”

JC Photos
Sandra tout sourire lors d’un match des Dragons Catalans – Crédit : JC Photos

Des Dragons Catalans aux équipes de France en passant par des Finales Elite 1, Sandra Sousporte, Présidente des Cheers66 nous raconte  le parcours de son équipe de Cheerleaders.

Intéressons-nous aujourd’hui à cette activité appréciée autour des Stades de Rugby à XIII.
Raconte-nous ton parcours…
S.S : Mon parcours est très long… Il y a 16 ans, je m’occupais d’une école de danse avec 120 élèves. Mon vrai métier est chorégraphe, professeur de sport et animatrice fédérale… Puis je suis arrivée au Pays Catalan, et j’ai rencontré, il y a 11 ans, M. Bernard Guasch et M. Mathieu Khedimi (respectivement Président des Dragons Catalans et Président de la Commission Développement et Haut Niveau Jeunes) pour suivre l’aventure des Dragons Catalans et de l’Union Treiziste Catalane. En 2005, nous avons ainsi créé la première équipe de cheerleaders en Super League. L’aventure des “Cheers 66” a débuté il y a près de dix années en même temps que celle des Dragons Catalans.
Ce parcours a été très enrichissant, parfois difficile, avec une riche aventure humaine. Il aura fallu convaincre, séduire, changer l’image et l’idée simpliste que beaucoup se font des pom-pom girls. Or, il s’agit d’un vrai sport exigeant avec des règles, des entraînements rigoureux où tout doit être travaillé et précis lors de la réalisation des acrobaties.
Décris-nous ton activité…
J’ai travaillé fidèlement auprès des Dragons Catalans. J’anime également de nombreuses manifestations sportives organisées à Perpignan comme : les courses cyclistes, les balades de sardanes, les combats de boxe, les championnats de gymnastique, les tournois de tennis, etc.
Quels sont tes objectifs ?
Nous rêvons de ressembler un jour aux grandes équipes de pom-pom girls qui évoluent dans les championnats étrangers. Nous y arriverons en étant toujours présentes. Je suis heureuse d’envisager l’avenir riche en émotions avec un groupe qui progresse et avec lequel il est passionnant de travailler.
Raconte-nous tes meilleurs souvenirs…
J’ai connu mes meilleurs souvenirs lors des 10 années passées avec les Dragons Catalans et la FFR13. Je me suis déplacée partout en rencontrant de nombreuses personnes impossibles à oublier.
J’ai également fait pom-pom girl une année pour l’ASBH de Béziers. C’était plus que magique… Ce serait à refaire, je dirais oui tout de suite.
Pour finir, il y a eu l’organisation d’un championnat de France de “Cheers” au Gymnase Alsina (à Perpignan). Ce fut une véritable réussite et un merveilleux souvenir !
 Quelles retours reçois-tu des joueurs et des clubs ?

J’ai de très bons retours de la part de tous et nous sommes toujours très bien accueillies. Même si parfois on passe plus qu’au second plan, à Pia, pour les rencontres U16 France-Angleterre en mars dernier, nous avons été accueillies comme des Reines lors des deux matchs et je les en remercie !

Screenshot_2016-03-31-12-35-02-1
Les cheerleaders présentes pour France – Angleterre. Crédit photo : Christophe Vidal – Source photo : www.lesovalesdu13.fr

 

Suis-tu les résultats des équipes pour lesquelles tu danses ?
Oui ! Je suis passionnée par ce sport et je m’intéresse bien évidemment au parcours des Dragons Catalans et des Equipes de France.
Quelle quantité de travail est nécessaire pour réaliser un “spectacle” ?
Créer une animation prend du temps ! Il faut au minimum 6 à 8 h d’entraînement pour une nouvelle chorégraphie. Je confectionne également moi-même les costumes depuis toujours. J’ai conçu les costumes de grosses équipes de pom-pom girls sur Marseille, Montpellier et Paris. Je suis très fière de voir mes costumes à la TV !
Vestiaires pompoms
La nouvelle tenue des Cheers 66 pour la FFR XIII.
Un mot à rajouter ?
Oui, j’aimerais que les gens arrêtent de comparer les groupes de pom-pom girls. Nous travaillons toutes notre danse d’une manière différente. Comme dans tous les métiers, il faut une certaine légitimité pour tenir son rôle, je pense l’avoir de part mon parcours et les différents concours auxquels j’ai participé, comme celui de l’école Marcel Bourgat à Paris.
Je tiens également à remercier NéoLogik, parrain des Cheers66 et la FFR XIII qui nous offre une nouvelle opportunité cette année d’animer de nombreux matchs.
Christophe Vidal - Les Ovales du XIII (1)
Les cheers66 ont toujours le sourire – Crédit Christophe Vidal – Source : Les Ovales du XIII
Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire