Accueil » A la une » Jean-Philippe Baile : la der du capitaine! (Interview)

Jean-Philippe Baile : la der du capitaine! (Interview)

Crédit @astreizix

Interview du capitaine, aujourd’hui avec Jean-Philippe Baile (Carcassonne), et demain avec Joan Guasch (Saint-Estève XIII Catalan), deux anciens Dragons Catalans, deux amis, deux leaders.

Jean-Phi, 32 ans, disputera samedi (19h) à Albi le dernier match de sa longue et riche carrière. Du moins l’espère-t-il, car il s’est blessé à un tibia, le week-end dernier, au début de la demi-finale.

“J’ai pris un coup, la cheville a également été touchée, elle est enflée, et je suis dispensé d’entraînement cette semaine, avec l’espoir d’être rétabli à temps pour la finale”, explique ce Carcassonnais pur jus, formé à la MJC, puis passé par le Stade Toulousain Espoirs, les Dragons (2008 – 2014) et Bradford (2015), avant de revenir au club de ses débuts.

Cet ancien membre important du XIII de France, entre 2008 et 2015, jeune papa de Margaux, neuf mois, rangera ses crampons au soir de la finale.

Sans regret, mais néanmoins avec un petit et compréhensible pincement au cœur : “Mon travail au sein de l’entreprise familiale d’agro-alimentaire prend beaucoup de mon temps. Je commence tôt le matin, ne rentre pas souvent à la maison à l’heure du déjeuner, et une fois l’entraînement terminé, je me rendais parfois chez un client. De plus, je ne suis allé chasser que deux fois, cette année, alors que c’est chez moi une passion. Ma décision était donc réfléchie, mais je continuerai à me rendre au stade le dimanche, comme spectateur, avec probablement, au début, un sentiment de manque”.

Pour l’heure, ce joueur humainement attachant, polyvalent à souhait tout au long de sa carrière, tour à tour centre, troisième ligne, talonneur, voire demi d’ouverture, et aujourd’hui deuxième ligne précieux pour Carcassonne, se confie sur son rôle de capitaine.

Qu’est-ce que la tâche de capitaine signifie, pour toi ?

Je suis un capitaine de substitution, ayant pris la suite de Bastien Escamilla, depuis sa blessure au genou, mais précédemment j’avais toujours eu mon mot à dire, avant comme après les matchs. J’étais aussi amené à prendre la parole durant les rencontres, quitte à donner de la voix quand le besoin s’en faisait sentir.

Quel genre de capitaine est Joan Guasch ?

Un bon capitaine, en même temps qu’il est un bon demi-de-mêlée, le plus performant à son poste, en France. C’est un joueur qui reste sur deux ou trois très belles saisons, qui parle beaucoup à ses coéquipiers, et parfois à ses adversaires dans l’espoir de les faire sortir du match, ce qui ne marche pas avec moi (sourire). Mais c’est aussi un ami, et il a la chance d’être entouré, sur le terrain, par plusieurs autres joueurs expérimentés.

Quel ancien capitaine t’a particulièrement marqué ?

Greg Bird, en 2009, était capitaine, mais il n’a passé que six mois chez les Dragons, et je retiendrai surtout ses louables performances en match. Je ne sais pas si Alex Chan était ou non capitaine, mais je me souviens de son rôle de meneur, à mes débuts en Super League. Un joueur important pour le groupe, qui n’hésitait pas à élever la voix sous nos poteaux, afin de nous replacer dans le droit chemin.

Quels sont aujourd’hui tes principaux lieutenants, à Carcassonne ?

Alexis Alberola est celui qui, à la charnière, possède la plus grande expérience. Il dirige le jeu. A part lui, il n’existe pas, chez nous, de personnalités aussi fortes que Joan, le moteur des Catalans.

Et le plus prometteur, au sein du bataillon carcassonnais ?

Bastien Escamilla, auteur d’une très grande saison, une de plus en fait, avant sa rupture des ligaments croisés. Sinon, Julien Agullo est monté en puissance, sur le terrain comme en dehors. Il s’implique, conseille dans le vestiaire. Vincent Albert, pour sa part, confirme ce qu’il avait déjà montré en 2017-2018.

Qui d’autre, en dehors de Bastien Escamilla, ferait un bon capitaine à Carcassonne ?

La question ne se pose pas, car Bastien est jeune et va occuper encore longtemps ce rôle. Il sera secondé par Julien Agullo, lequel a d’ailleurs porté une fois le brassard, cette saison, quand Bastien et moi-même étions indisponibles.

Crédit @astreizix
Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire