Accueil » Equipes de France » Au Cœur des Bleus » Le maillot sur le cœur: Au coeur des Bleus (Part 22)

Le maillot sur le cœur: Au coeur des Bleus (Part 22)

Une fois n’est pas coutume, aucun intervenant extérieur au groupe France n’a été invité à la traditionnelle remise des maillots, la veille de France – Liban que vous avez pu suivre en quasi-direct sur le Facebook FFRXIII.

“C’est un moment de partage entre nous”, a dit en préambule Aurélien Cologni.

Lequel s’est par exemple lui-même chargé de remettre le 6 à Théo Fages, le capitaine, en souvenir du passé commun à Jean-Jacques et Pascal, un autre Cologni et un autre Fages, sous les couleurs de Pia.

Un entraîneur n’ayant pas non plus manqué de remettre le 13, “un numéro qui me tient à coeur car je l’ai moi-même porté en équipe de France”, à Jason Baitieri, l’autre grand leader des Bleus.

Et puisqu’on en était aux symboles, Aurélien n’a laissé à personne d’autre le soin de remettre à Nabil Djalout sa tunique, “puisqu’il est de mon village”, Villelongue de la Salanque, pour ceux qui ne le sauraient pas.

C’est enfin un ancien international français de nationalité australienne, Brian Coles, qui a remis à Mark Kheirallah le sien, frappé du numéro un.

Le tout teinté d’une émotion palpable, notamment de la part du président Marc Palanques, qui attend des Bleus un retour d’ascenseur, dimanche.

Ce qu’a parfaitement mesuré, entre autres, William Barthau, dont les parents seront dans les tribunes du GIO Stadium, et qui a lancé : “Vous pouvez compter sur nous pour aider la Fédération dans sa quête de reconstruction”.

Sous entendu, via une victoire que John Elias le revanchard n’est pas le dernier à souhaiter, comme il l’a solennellement déclaré aux joueurs.

Parmi lesquels Mark Kheirallah a eu ces mots touchants : “Je voudrais apporter à la France, par une victoire, tout ce qu’elle a fait pour moi depuis qu’elle m’a accueilli sur son sol”.

Des joueurs ensuite invités à parler de ceux qu’ils côtoieront au plus près, sur le terrain. Avec, là encore, des mots qui ne trompaient pas : la solidarité sera de mise, ce dimanche, le maillot sur le coeur. Et le coq en bandoulière.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comments (2)

  • Cachau Henri

    si loin et si près d’un retour en grâce, je suis sûr, vu l’encadrement positif qui entoure notre équipe de France, que ses joueurs seront à la hauteur de notre ferveur ; je me lèverai tôt et surtout j’espère demain soir ne pas me coucher de mauvaise humeur ; si le résultat est important plus encore doit l’être la manière !

    28/10/2017 à 19:16
  • plein sud

    La manière y était en partie, mais l’expérience Libanaise a fait la différence. Que les 2 matchs restant servent aux jeunes français pour que demain ils gagnent les matchs décisifs.

    29/10/2017 à 09:49

Laisser un commentaire