Accueil » A la une » Lescure face à une montagne en bord de mer

Lescure face à une montagne en bord de mer

Julien Cané et Lescure ne sont pas rassasiés

Lescure et sa noble politique de formation des jeunes (11 des 17 vainqueurs de la demi-finale sont issus du club) peut-il venir à bout de la grosse armada du VARL ? A priori, non. Mais a priori seulement. Car pour arriver au bouquet final, les Minotaures n’ont fait que surprendre en bien, déglinguant les uns après les autres les pourtant redoutables obstacles se dressant sur leur chemin. Qui sait, dès lors, si dimanche au stade de la Mer, Lescure-Arthès ne parviendra pas, en suivant, à couler le lourd paquebot du Cabardès ?

Plus jeune (23 ans de moyenne d’âge), et au moins aussi enthousiaste que son rival, l’ensemble tarnais est assurément sur la bonne vague, depuis qu’il a tiré les leçons de son élimination surprise en Coupe Lord Derby, en janvier dernier contre Salses.

Pour avoir su se remettre en question, et s’appuyer sur le noyau dur de l’effectif, d’une exemplaire fidélité aux entraînements, Lescure est aujourd’hui en état d’élever un peu plus encore son niveau, en finale.

Une condition sine qua non  pour espérer arriver à bon port… Barcarès.

Kevin Tisseyre à l’arrière, Ludovic Renu, Greg Mazard,Th. Aït Ouaret et L. Aït Ouaret sur les extérieurs, Sia Makisi et Anthony Delgado au centre, Valentin Marot, Thomas Limongi, Vinnie Anderson, Anthony Doutre à la charnière, Ty Pau, Delarosa, Loïc et Maxime Banquet, Montero en piliers, Quentin Nicol au talonnage, Teli Pelo, Monclus, Guillaume Reffle, Tiquet, Percheron, Monnic, pour compléter un pack monstrueux de puissance et d’expérience : le VARL a le choix des armes pour justifier sa position de favori, dans ce duel restant, on l’a compris, incertain.

Les Banquet du VARL ont déjà la Coupe, mais ils en veulent plus

Parce que il s’agit d’une finale, parce que même les plus forts ne sont pas à l’abri de ratés. Parce que les Minotaures, sans pression excessive  sur les épaules, sont désormais habitués à renverser les montagnes.

Villegailhenc-Aragon, qui a l’art d’allier muscles et dextérité, est la plus haute qu’ils auront à escalader, et ça nous promet au moins un duel au sommet.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire