Accueil » Actualité Elite » Limoux file en finale contre Carcassonne

Limoux file en finale contre Carcassonne

Limoux rejoint Carcassonne en finale du championnat de France (dimanche 22 mai à Narbonne) après sa victoire en demi-finale face à St-Estève/XIII Catalan (36-4). La jeunesse des Catalans s’est heurtée à la maîtrise défensive des Audois.

Le leader Limouxin n’a pas trébuché sur la dernière marche, celle qui mène à Narbonne (22 mai) et à la finale face à Carcassonne. Mieux organisés collectivement et surtout plus rapides au niveau de l’exécution, les Audois n’ont pas manqué la dernière de Maxime Herold et Mickaël Rouch à domicile. Ce dimanche, les deux adversaires se sont rendus coup pour coup au milieu de l’Aiguille qui avait enfin des allures de phases finales.

Et à enjeu majeur, engagement exceptionnel pour des acteurs qui ont usé d’impacts aux quatre coins du terrain. Si l’entame de match a été équilibrée, c’est Limoux qui a été le plus opportuniste. Un côté gauche dans lequel vient s’intercaler l’arrière Zac Santo a permis aux Audois d’ouvrir la marque (6-0). Ce même Santo, sous le feu des chandelles de César Rougé a rapidement rassuré les siens, avant de lancer les offensives.  Si l’entame a été un mélange de défiance et d’options tactiques, la moindre faute a été payée cash.

À la vingtième, l’action qui a très certainement été le tournant du match, voit Zac Santo se sauver sur soixante mètres. Mathieu Cozza est le seul à la rattraper mais il le maintient trop longtemps au sol. C’est jaune pour le pilier catalan. Sur l’action suivante, Pierre Louis Bourrel passe au ras (12-0). En infériorité numérique, les coéquipiers de Romain Khedimi ont réussi l’opération résistance, durcissant même le trait avec Tiaki Chan et Hugo Salalio. Sans se montrer dangereux, les Baby Dracs tapent dans une défense hermétique. Juste avant la pause, Alexandre Bourrel passe en coin et donne déjà 16 points d’avance aux siens.

Après la pause, Limoux s’est montré indiscipliné avec et sans le ballon ce qui a permis aux sang et or de César Rougé de rester dans le bras de fer, sans réduire suffisamment l’écart. En supériorité numérique, les Catalans poussés par Corentin Le Cam et Hugo Tison se sont employés à inverser le fil d’une rencontre qui avait déjà choisi son vainqueur à la pause. La réserve des Dragons est tombée sur plus forte, mais la logique de formation du club ne peut que se nourrir d’avoir perdu face à une opposition aussi bien en place et dont la qualification n’a souffert d’aucune contestation.

L’INDEPENDANT

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire