Accueil » Actualité Elite » Limoux : la loi du plus fort

Limoux : la loi du plus fort

Thomas Lasvenes et Mickaël Rouch disputeront la finale de la Coupe le mois prochain au stade Gilbert-Brutus.
Crédit photo Richard photographe

Si les Tarnais avaient utilisé d’autres atouts que leur puissance, en première période, peut-être seraient-ils parvenus à davantage contrarier un adversaire pour sa part à la fois joueur, costaud, et discipliné.

“A ce niveau, les fautes ne pardonnent pas”, regrettait Eric Anselme à la mi-temps de cette rencontre de belle facture technique.

Trop pénalisé, Albi a donc peiné, “malgré un gros premier quart d’heure de sa part”, relevait le président Marc Palanques.

Mais “nous avons manqué d’imagination près de l’en but adverse”, poursuivait Eric Andelme, conscient que “le réalisme et l’expérience” étaient du côté limouxin, comme le signalait Marc Palanques.

Limoux, qui perdait Mickaël Murcia (blessé à un oeil, et en observation à l’hôpital Purpan de Toulouse) à la 34è minute, avait d’abord été dominé, malgré deux occasions s’étant présentées sous les pas de Mathieu Mayans et Joël Edwards, mais après avoir jugulé les coups de boutoir de Manase Manuokafoa et de Beasley, le champion en titre sortait de sa boite, avec Murcia passant dans une forêt de jambes tarnaises.

Puis Quentin Garrouste, qui interceptait un coup de pied de déplacement de Mataitonga, Allan Torreilles qui fixait royalement au profit de Valentin Yesa, et enfin Edwards faisant apprécier sa feinte de passe.

Quatre essais à rien, car en face ni Tabu (22), ni Seage, bloqué sous les poteaux limouxins au terme d’un superbe mouvement développé par Arthur Anger et Florian Deburghgraeve (33), n’étaient parvenus à leurs fins.

Albi bien meilleur après la pause

Au contraire de William Ousty, dès la reprise, qui naviguait adroitement dans une défense un poil trop attentiste. Mais, en suivant, Romain Puso, suite à un petit coup de pied de Garrouste, reposait le couvercle sur la tête des Albigeois (26-6), lesquels du coup n’espéraient plus rien de cette demi-finale aussi idéalement filmée que commentée par Bruno Onteniente et Jean-François Albert.

Moins fort que son rival, en dépit des efforts de Bruno Castany pour tirer les siens vers le haut, mais pas moins opiniâtre, Albi tentait sa chance en force par Beasley, plus en finesse par Clément Bienes (56), mais pas plus, en suivant, que Castany et Tabu, ils ne pouvaient forcer le verrou rouge et noir. Preuve que la précision n’était pas le fort d’Albi, dans ce match logiquement remporté par l’équipe la mieux en place, et la mieux rompue à l’exercice délicat des duels couperet.

Un coup de pied rasant d’Anger permettait à Deburghgraeve de faire baisser l’addition, Cédric Mazars manquait d’imiter son véloce ailier (68), mais la révolte tournait court.

Au moins les Tarnais, qui marquaient sur la fin via une nouvelle belle entente entre Anger et Deburghgraeve, avaient-ils prouvé que leur probable place dans les play-offs du championnat ne sera en rien usurpée.

LA FICHE TECHNIQUE

Limoux – Albi 28-16

Mi-temps 22-0

Temps doux, léger vent, arbitres : Geoffrey Poumès et Benjamin Casty

Limoux : 5 essais Murcia (16), Garrouste (19), Yesa (28), Edwards (35), Puso (48), 3 transformations Murcia (16, 19, 28), 1 pénalité Th. Lasvenes (53).

Albi : 3 essais W. Ousty (42), Deburghgraeve (63, 75), 2 transformation Carivenc (63, 75).

Carton rouge : Yesa (Limoux) à la 77è.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire