Accueil » Compétitions » Coupes de France » Coupe Lord Derby – France » Ray Nasso, la bonne pioche d’Avignon

Ray Nasso, la bonne pioche d’Avignon

SOANASSO VUNAKEC PONS2013 

Entre les All Saints Rebels, son club chez les jeunes, en Nouvelle Galles du sud, et Avignon, qu’il a rejoint en début de saison, Raymond Nasso a beaucoup voyagé. Parramatta, où il a connu son actuel coéquipier au SOA, Aaron Wood, Manly, Penrith, et enfin Villefranche-de-Rouergue, sans parler de ses périples tunique italienne sur le dos.
Cinq matchs avec la Squadra, contre le Pays de Galles, la Russie, le Liban, et deux fois la Serbie, comme talonneur à trois reprises, demi-de-mêlée et remplaçant au coup d’envoi, deux essais, et une qualification pour la Coupe du monde 2013 en poche, ont fait de lui un authentique italien. De quoi faire la fierté son père et de ses grands-parents paternels, tous nés au pays de Dante.

Objectif, le Millenium

“La sélection sera bientôt dévoilée, et je croise les doigts”, indique celui qui rêve de participer au double-header du samedi 26 octobre au Millenium de Cardiff, pour un Galles – Italie disputé en ouverture d’Angleterre – Australie.
D’autant plus que son frère cadet, Dominic, un centre de 23 ans évoluant à Manly, a lui aussi toute les chances de faire partie de l’aventure.
Mais c’est pour l’heure le championnat de France, qui retient toute l’attention de ce professeur d’éducation physique de 25 ans, ayant récemment frappé un grand coup en inscrivant trois essais contre Limoux, au stade St Ruf, “une première dans ma carrière”, rappelle celui qui a participé à la qualification de son club pour les demi-finales de la Coupe Lord Derby, dimanche à Réalmont.

Wood, son “life coach”

“C’était un match important pour nous dans l’optique de la qualification pour les play-off, et vital pour Limoux”, qui a du coup laissé passer sa dernière chance de participer au grand rendez-vous du printemps.
Aaron Wood, son
“life coach”.
Limoux, justement, parlons-en. Sans l’influence d’Aaron Wood, c’est dans l’autre camp que ce serait retrouvé Ray, cette saison. En 2011, il avait une première fois été en contact avec les “Grizzlys”, choisissant finalement de rallier Villefranche. Un an plus tard, les Limouxins revenaient à la charge. Sans plus de succès.
“Car “Woodsy” m’a appelé pour me dire que le SOA cherchait un talonneur.”
Aaron Wood, le grand frère, a été suffisamment persuasif. “C’est mon “life coach”, souligne Ray, heureux de voir que le troisième ligne avignonnais l’a pris sous son aile, dès son arrivée en Provence.
Où, à l’automne dernier, il a passé deux mois au “Black and wine” de son président, Frédéric Bissière, à Villeneuve-lès-Avignon, avant de se consacrer à plein temps au rugby.

“Olivier Arnaud, le meilleur”

Peintre, serveur, Ray sait tout faire, mais c’est encore ballon en mains, ou en défense, qu’il s’exprime le mieux.
Surtout au côté d’Olivier Arnaud, qu’il considère comme “le joueur numéro un de l’équipe”, ou du
“meilleur jeune, Joris Bissière”.
En face, c’est d’abord Willy Mataka, le centre ou deuxième ligne de Pia, qui cette saison lui a produit
“la meilleure impression.”
Les retrouvailles avec l’ancien néo-zélandais d’Avignon, sont prévues le 7 avril au stade Daniel-Ambert. D’ici là, Ray aura l’occasion de mener son équipes vers d’autres succès, histoire de placer le SOA en position favorable au classement, avant les play-off.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire