Accueil » Compétitions » Coupes de France » Coupe Lord Derby – France » Coup d’oeil sur les demi-finales de la Coupe

Coup d’oeil sur les demi-finales de la Coupe

LIMOUX CARCA PONS

Samedi, Carcassonne a d’abord dominé, la puissance de son pack contrariant les plans de son voisin, puis Limoux, vaillant en diable, en belle forme physique et inspiré ballon en mains, a fait triompher son rugby de mouvement.
Le lendemain, il a fallu le “Point en or” (le premier qui marque dans la prolongation a gagné) pour départager Avignon et Toulouse, dos à dos au terme du temps réglementaire. Et Kevin Liguoro a récompensé l’alerte méthode de jeu provençale, au terme d’un duel de haute tenue.
Rendez-vous le 11 ou le 12 mai à Carcassonne pour une “première” entre ces deux finalistes.

LES MOTS

Marc Bourrel, entraîneur de Limoux : “Carcassonne restait sur cinq victoires d’affilée face à Limoux, mais notre groupe est en révolte, du fait de notre mauvais parcours en première moitié de championnat. Nous sommes en finale aussi grâce à nos progrès enregistrés au plan de la discipline, et une fois de plus nous ne serons pas favoris, contre un adversaire mobile, véloce, et redoutable en contre.”

Nicolas Munoz, 3è ligne de Limoux : “Après avoir raté notre départ, en championnat, nous avons ensuite pris conscience de notre capacité à réaliser de belles choses. Forts mentalement, nous sommes également solidaires les uns des autres, c’est pourquoi nous avons surmonté tour à tour les difficiles obstacles qui se présentaient devant nous, et cette finale me tient particulièrement à coeur.”

Mickaël Murcia, capitaine de Limoux : “Notre équipe est folle. Un grizzly blessé fait toujours mal. Notre saison est en partie sauvée, après avoir éliminé trois grosses équipes, dont deux chez elles, Saint-Estève – XIII Catalan puis Lézignan. Cette fois, on a profité du fait que Carcassonne doute quand elle n’exploite pas suffisamment ses temps forts. Quand nous sommes revenus au score, en deuxième mi-temps, les Canaris ont paniqué, et de notre côté nous n’avons rien lâché. Car notre force, c’est l’esprit de famille, et le soutien du club des supporters, très actif, y compris en dehors des tribunes.”

Jean-François Albert, co-entraîneur de Carcassonne : “Nous avons plutôt bien maîtrisé la première mi-temps, mais nous aurions dû scorer davantage, car ensuite en l’espace d’un quart d’heure, avec ce carton jaune de Romaric Bemba nous avons mis en place un scénario catastrophe.”

Grégory Mazard, ailier de Carcassonne : “Nous avions le match en mains, avant de le perdre sur des détails, lesquels font toujours la différence dans ce genre de rencontre. Défaillants dans la gestion du jeu, nous avons souffert de l’absence de Russell Aïtken, même si nos demis n’ont pas démérité.”

LES FAITS

Le deuxième essai carcassonnais, celui du 10-0, valait le détour : Greg Mazard perce jusqu’aux 20 mètres adverses, tenu et Alexis Alberola écarte sur Amar Sabri, lequel alerte Jérémy Guiraud d’une longue passe.

A une demi-heure de la fin du match, Carcassonne menait 24-12. Puis les Limouxins inscrivaient quatre essais coup sur coup, par Maxime Herold, Jared Taylor, Marty Hatfield et Scott Blanch. 24 points de marqués sans en concéder un seul !

A Albi, Toulouse a dominé une heure durant. Ford, sur un coup de pied à suivre pour lui-même, a marqué le premier essai, avant de voir Liguoro répliquer par une conclusion de 70 mètres, après s’être joué de son vis-à-vis, Adam Innès. Lequel réagissait en trouvant la faille dans la défense du SOA, à la réception d’un coup de pied rasant de Ford. Puis, sur mêlée dans les 30 mètres toulousains, consécutive à une passe mal assurée de Damien Couturier, Aaron Wood chargeait au bénéfice d’Olivier Arnaud, Noël Andreucetti finissant le travail sous les poteaux haut-garonnais. Kuni Minga trompait trois défenseurs adverses pour marquer juste avant la pause.

Dès la reprise, Wood perçait sur 60 mètres, avec Andreucetti à la conclusion. Ford fixait ensuite au profit de Clément Boyer pour l’essai qui aurait dû conforter la victoire du TO, sans la louable réaction d’Avignon, égalisant à 26-26.
En prolongation, Ford ratait un drop de loin, et Martial Romano offrait à Liguoro l’essai de la qualification.

LES MAUX

Absent de la demi-finale d’Albi, Florian Quintilla était confiné chez lui, souffrant des oreillons. Théo Gonzalez-Trique et Mark Kheirallah, eux, n’étaient pas rétablis.

Mourad Kriouache, plaqué sans ballon à la 39è minute, abandonna définitivement ses coéquipiers toulousains.

Deux joueurs importants faisaient défaut dans les rangs carcassonnais : Troy Savage, suspendu à titre conservatoire, et Russell Aïtken, en Australie pour la naissance de son fils.

Romaric Bemba a écopé d’un carton jaune ayant coûté cher à Carcassonne.

Mickaël Murcia, sorti sur blessure après le plaquage de Romaric Bemba.

LES NOTES

8/10 : Martial Romano, Joris Cagnac, Ray Nasso, Kevin Liguoro (Avignon), Johnathon Ford (Toulouse), Jared Taylor, Phil Ramage, Maxime Herold (Limoux)
7/10 : Eloni Vunakece (Toulouse), Teddy Sadaoui, Upu Poching, Thomas Barrau, Amar Sabri (Carcassonne), Nicolas Munoz (Limoux), Noël Andreucetti (Avignon)

FINALE INDÉDITE

Limoux et Avignon ne se sont encore jamais affrontés en finale de la Coupe Lord Derby.
La dernière finale d’Avignon, en Coupe, remonte à 1998 : défaite 0-38 contre Saint-Estève.
La dernière de Limoux date de 2010 : défaite 14-18 face à Lézignan.
Dernière victoire de Limoux en finale de Coupe : 2008 (17-14 contre Albi).
Dernière victoire d’Avignon en finale de Coupe : 1989 (12-11 contre Le Pontet).
Leur palmarès en Coupe :
Avignon : victoires en 1955 (18-10 contre Marseille), 1956 (25-15 contre Bordeaux), 1982 (18-12 contre Carcassonne), 1989 (12-11 contre Le Pontet).
Finaliste malheureux en 1947, 1958, 1959, 1998.
Limoux : victoires en 1996 (39-12 contre Carcassonne), 2008 (17-14 contre Albi).
Finaliste malheureux en 1984, 1985, 1997, 2001, 2005, 2009, 2010.

MILLARD RYAN COUPE

Ryan Millard – Photos Yannick Pons

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire