Accueil » A la une » Réveil trop tardif de Lézignan, à Villeneuve-sur-Lot

Réveil trop tardif de Lézignan, à Villeneuve-sur-Lot

VILLENEUVE SUR LOT – LEZIGNAN 18-16

Mi-temps : 2-6.

Arbitre :  M. Nicaud.

Villeneuve/Lot : 3 essais Villegas (52), Decarnin (54), Novais (67), 2 T (52, 67) et 1 pénalité (22) Decarnin.

Lézignan : 3 essais Gregorius (38, 75), Cardace (72 ), 2 transformations M. Benausse (38) et John Boudebza (72).

VILLENEUVE/LOT : Bachouk – J. Escoder, Decarnin, Novais, Gauban – (o) Villegas, (m) Gautier – Nicolic, El Azizi, Masselot – L. Carrasco, H. Fakir – L. Maria.   18-7 en leur faveur

Sont entrés en jeu : Demartini, Hermosilla, Calic, Chatras.

LÉZIGNAN : Cardace – V. Ferret, Li. Albert, Gregorius, Tort – (o) M. Benausse, (m) P.-L. Bourrel – P. Nègre, John Boudebza, Y. Tisseyre – Ors, Alexandre Costes – Bouregba.

Sont entrés : Timothée Grandjean, Mencarini, Blanke, Waeldo.

Jamal Fakir n’avait pas tort d’afficher sa déception, au soir d’un match ayant souri de peu à son jeune frère Houcine.

“Nous ne sommes jamais parvenus à prendre le jeu à notre compte”, pestait le coach du FCL, dont les regrets contrastaient évidemment avec la satisfaction de Laurent Carrasco, l’entraîneur-joueur d’un ensemble plus réaliste que son rival, en deuxième période : “Les consignes d’Olivier Janzac ont été globalement respectées, avec la récompense au bout de l’effort”.

L’effort, ce n’est pourtant pas ce qui manquait aux visiteurs, mais plutôt la jugeotte, alors que la défense des Léopards faisait bonne garde en première mi-temps. Du moins jusqu’à ce que Bernard Gregorius ne parvienne enfin à la tromper.

Animés des meilleures intentions dès la reprise, sous la houlette d’une charnière Constant Villegas – Damien Gautier plus rayonnante que celle d’en face, les Lot-et-Garonnais trouvaient la faille à trois reprises en l’espace de quinze minutes, autour de l’heure de jeu, et à 18-7 en leur faveur, l’affaire était pliée, en dépit du louable retour du FCL.

Damien Cardace se fendait en effet de plusieurs crochets sur une distance de trente mètres pour un essai réducteur de peine, puis Gregorius perçait le rideau défensif local pour son doublé.

Trop tard, le match nul s’envolant en même temps que la transformation, manquée en position pourtant assez favorable.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire