Accueil » A la une » Trentels bute sur Maxime Garcia

Trentels bute sur Maxime Garcia

PIA BAROUDEURS – TRENTELS 28-22

Mi-temps  16-10

Arbitre : Stéphane Vincent

Pia : 5 essais Maxime Garcia (10, 20), Vincent Gonzalez (32), Loïc Gimenez (57), Billerach (60), 2 T (20, 57) et 1 pénalité (38) Loïc Gimenez.

Trentels : 4 essais Nabarette (2), Casse (7), Lazaro (54), Cassagne (76), 2 T (54, 76) et 1 pénalité (23) Posez.

Cartons jaunes :

A Pia : Léger (51), Janicot (53, 65) ; à Trentels : Schwartz (20).

PIA : Matouk, Billerach, C. Pacull, Masuaute, Maxime Garcia, (o) L. Gimenez, (m) Bidaut – Cherad, Torrès, Léger – M. Janicot, Bougherara – Torrent.

Sont entrés A. Lévy, Datil, Llopis, Vincent Gonzalez.

Maxime Garcia, énorme pour avoir inscrit un doublé et, mieux encore, sauvé la patrie salanquaise dans la dernière minute d’un match truffé de maladresses, mais haletant par son suspense, a privé Trentels d’un succès qu’il était en droit de revendiquer.

Et même si les Baroudeurs “n’ont rien maîtrisé”, comme leur entraîneur, Franck Rovira, le déclarait au terme de cette finale de Coupe Paul-Dejean, ils répliquaient promptement aux deux premiers essais marqués par Nabarette sur une aile, et Casse sur l’autre.

Loïc Gimenez adressait d’abord une longue passe pour Garcia, puis Sylvain Masuaute ouvrait à son ailier le chemin du doublé. Vincent Gonzalez franchissait à son tour l’en but Lot-et-Garonnais, mais rien n’était fait à la pause, et Lazaro surgissait de derrière un tenu quand en face il manquait deux joueurs alors au “frigo”.

A 11 contre 13, les Catalans venaient donc d’encaisser l’essai de l’égalisation (16-16), et c’est toujours à 11 contre 13 que paradoxalement ils reprenaient les affaires en main au score, Gimenez ayant tranché dans la défense adverse, et Gonzalez ayant fixé au profit d’Elian Billerach, auteur d’un sprint de 80 mètres.

Avec dix longueurs d’avance, Pia pensait peut-être avoir fait l’essentiel, mais Marc Janicot était averti une deuxième fois, d’où un dernier quart d’heure à l’avantage de Trentels. Nicolas Cassagne héritait d’un offload de Mika Duffa à quatre minutes de la sirène, et dans la foulée, si Garcia n’avait pas joué les héros, les hommes de Patrice Désiré auraient probablement bu dans la Coupe.

Tout cela parce que Trentels s’était accroché jusqu’au bout, et parce que l’indiscipline n’était pas le fort de son rival. Lequel, orphelin entre autres du précieux Greg Gimenez, blessé quelques jours plus tôt à l’entraînement, n’avait non plus rien lâché, et c’est bien pourquoi la victoire ne saurait lui être contestée.

Les Pianencs ont tremblé avant de soulever la Coupe Dejean.
Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire