Accueil » A la une » Un ancien junior de Parramatta à Villefranche-Aveyron!

Un ancien junior de Parramatta à Villefranche-Aveyron!

Arrivé à Central Queensland Capras en 2016, en provenance de Linwood Keas, un club néo-zélandais de Canterbury RL Cup, le deuxième ligne Phil Nati, 26 ans, né à Auckland de parents samoans, accompagnera cette année à Villefranche de Rouergue, le nouvel entraîneur australien.

Sélectionné en 2008 dans la “New Zealand Under-18s Merit team”, le joueur formé à Halswell Hornets avait tenté une première fois sa chance en Australie, en 2010 avec les U20 de Parramatta Eels, aux côtés notamment de Ken Sio, Ryan Morgan et Peni Terepo.

“Mais j’avais le mal du pays, un manque de support, et perdu la confiance nécessaire à la poursuite de ma carrière à Sydney, car vous ne savez jamais quand s’ouvrira la porte”, explique aujourd’hui ce Néo-Zélandais dès lors retourné au pays pour ensuite réaliser, à 25 ans, sa meilleure saison sous la bannière de Rockcote Canterbury Bulls, “joueur de l’année” de son club en prime.

Un parcours qui lui avait valu d’être retenu, en fin de saison, avec les New Zealand Residents dirigés par… Paul Bramley, le futur coach de Villefranche.

“Ce qui m’a permis de trouver à nouveau une place en Australie, en Queensland Cup cette fois (ndlr : au sein de Capras, club d’Intrust Super Cup basé à Rockhampton, réserve de Gold Coast Titans), comme joueur semi-pro”, après un crochet par Linwood Keas.

Mais deux ans plus tard, c’est une autre direction qu’il entend donner à sa carrière, persuadé qu’à seulement 26 ans il est encore capable de rebondir en Elite 2, pour, pourquoi pas, viser ensuite plus haut.

Habitué, depuis deux ans, à s’entraîner trois ou quatre fois par semaine, Phil Nati pourrait être un atout de taille pour le pack aveyronnais, convaincu par Paul Bramley, le manager de l’Academy de Capras, de quitter l’anti-chambre de la NRL et son emploi dans la police au service de jeunes défavorisés.

“J’ai encore cinq ou six ans de rugby devant moi”, assure Nati, comme pour se donner l’espoir d’imiter un jour deux joueurs bien connus en France, Leivaha Pulu et Eloni Vunakece, qui ont percé sur le tard en NRL, à respectivement 26 et 29 ans…

 

 

 

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire