Accueil » Equipes de France » Au Cœur des Bleus » Avec David AVENAR: Au coeur des Bleus (part 4)

Avec David AVENAR: Au coeur des Bleus (part 4)

A 42 ans, ce Bordelais passé par l’ASPTT Paris, où il jouait demi de mêlée, dit regretter de n’avoir “pas découvert plus tôt le rugby à XIII”. Un sport qu’il a toutefois pratiqué en scolaire et universitaire.
“Mais si j’avais été originaire d’une région de XIII, je n’aurais pas hésité entre les deux rugbys, car j’aime son aspect athlétique, et de mouvement”, explique l’un des deux kinés des Bleus, sur cette Coupe du monde, insistant, lors de cette première semaine de préparation à Narrabeen, “sur la mobilité, le stretching, le massage de récupération, après un si long voyage”.

CONFIDENCES SUR LA TABLE…

Kiné, et… “psy en même temps”, assure-t-il sans rire. “Nous sommes en effet des confidents pour les joueurs, et c’est ensuite à nous de faire la part des choses entre ce qui ne doit pas quitter la table de massage, et ce qui est utile de rapporter à l’entraîneur”.
Le sien, d’entraîneur, c’est Aurélien Cologni. Celui en tout cas qu’il connait le mieux, et qu’il apprécie hautement.
Car c’est à Lézignan qu’il est entré dans l’univers treiziste. “J’avais un cabinet à Narbonne, et je soignais Adel Fellous…”
Suivra “l’époque des doublés avec le FC Lézignan, mon club de coeur, une belle famille”.
Au sein de laquelle il ne cache pas son admiration “pour Chris Beattie surtout, mais aussi Jy Mullane, Adel, Mathieu Griffi, David Fifita…”

LA LONGÉVITÉ DE JAMAL FAKIR

“Lézignan, c’est un club qui d’année en année ne s’est pas trompé sur le recrutement étranger, et qui par ailleurs peut toujours compter, aujourd’hui, sur Jamal Fakir, qui à son âge relativement avancé, a le mérite de continuer à jouer le jeu, comme il l’a amplement démontré la saison passée”, souligne David, qui en 2006 et 2007 a travaillé au sein des Dragons Catalans, et déjà avec le XIII de France.
Ici, en Australie, il participe à sa troisième Coupe du monde à XIII. La première date de 2009, à Brisbane, avec les Universitaires entraînés par Patrice Rodriguez et Laurent Garnier. L’autre, c’était voici trois ans, sous l’ère Richard Agar. “Moyen”, avance-t-il poliment…
“A XIII, on sent que la formation commence à porter ses fruits, et la prestation des Bleus contre l’Angleterre, voici un an en Avignon, était encourageante”.

“NABIL DJALOUT, UNE PIERRE…”

Comme encourageant est le comportement de Nabil Djalout, “un roc, une pierre, au niveau musculaire”.
Mais le XIII n’est pas tout, dans la vie de David Avenar, employé à Présport à Perpignan, avant la récente fermeture de ce centre de rééducation. Il intervient aussi régulièrement auprès de l’équipe de France d’athlétisme, principalement pour le demi-fond, et offre encore ses services, à titre personnel, à l’Algérien Taoufik Makhloufi, doublé médaillé d’argent sur 800 et 1500 m aux JO de Rio, comme à la Tunisienne Habiba Ghribbi, championne olympique du 3000 m steeple, en 2012.
Inutile de dire qu’il souhaite désormais ardemment voir les tricolores monter prochainement sur le podium de leur poule. Ce qui signifierait pour eux une place en quart…

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire