Accueil » A la une » Daniel Guinguet : “La réussite d’un club passe par ses jeunes”

Daniel Guinguet : “La réussite d’un club passe par ses jeunes”

A Lescure, la pérennité est assurée par les jeunes du club.

Responsable du Département compétitions au sein de la FFR XIII, Daniel Guinguet mesure le chemin restant à accomplir pour donner plus de corps aux différents championnats, tout en se satisfaisant de quelques notables avancées.

A commencer par le suspense qui a régné sur l’Elite 1, “puisqu’il a fallu attendre la dernière journée pour connaitre la totalité des qualifiés pour les phases finales”.

“Tous les clubs ont consenti des efforts en matière de recrutement, ce qui a permis un resserrement des valeurs”, note Daniel Guinguet, par ailleurs satisfait du niveau de l’Elite 2, où des clubs formateurs comme Lescure, “avec ses onze joueurs du cru en finale”, Baho, Entraigues, ont joué les premiers rôles.

“A terme, le travail effectué auprès des jeunes paie forcément, et c’est indispensable pour assurer la pérennité d’un club”, poursuit celui qui loue par ailleurs la montée en puissance des Juniors Nationaux : “En U19, la phase de brassage a eu pour effet de dynamiser les équipes Elite, qui se sont senties menacées par leurs adversaires du niveau inférieur”.

Des juniors dont la population, heureusement, augmente, même si elle reste évidemment insuffisante : “par rapport à la saison précédente, nous avons possédé six équipes supplémentaires, dans cette catégorie vitale. Il y a eu une prise de conscience, sur ce plan, sachant que les clubs qui se portent le mieux sont ceux qui insistent sur la formation, alors qu’à l’inverse les clubs les plus en difficulté sont ceux qui s’appuient sur un nombre restreint de jeunes”.

Des clubs qui tous, ou presque, “souffrent de l’absence de petites mains indispensables à leur réussite, un phénomène que l’on n’observe d’ailleurs pas que dans notre sport, et en rapport à la multiplication des loisirs, dans notre société”.

Au rayon de la Division Nationale, Daniel Guinguet “déplore le forfait de quelques-uns avant le coup d’envoi de la compétition, engendrant dès lors des difficultés concernant le nombre de rencontres disputées”.

“Autant les clubs de DN ont souffert d’un nombre insuffisant de matchs, autant en Fédérale il y en a eu probablement trop, certains en ayant disputé une dizaine de plus qu’en 2016-2017. Certes, les joueurs se valorisent en jouant fréquemment, d’où le changement de formule adopté cette saison, mais un maximum de 23 rencontres ne devrait pas être dépassé”.

Un problème sur lequel se pencheront les clubs concernés, à l’occasion du Congrès fédéral.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire