Accueil » A la une » La cohérence de notre politique fédérale s’inscrit nécessairement dans un enjeu national, européen et mondial…

La cohérence de notre politique fédérale s’inscrit nécessairement dans un enjeu national, européen et mondial…

L’avenir du rugby à XIII se trouve en France, selon les observateurs anglo-saxons.

Le président de l’International Rugby League (IRL) Troy Grant a décrit le développement du rugby à XIII français comme le “must stratégique” peu après l’annonce de la candidature officielle de la Fédération Française de Rugby à XIII pour une Coupe du monde de rugby en France en 2025.

Grant, ancien vice-premier ministre australien, a répondu à une interview exclusive à League Express de sa vision de “reconstruire la France aux côtés de l’Angleterre et les autres nations de l’hémisphère nord pour se développer.”

Le nouvel homme fort de l’IRL s’est également engagé à utiliser ses relations politiques au sein des gouvernements français et britannique pour faire pression en faveur du soutien du jeu au plus haut niveau.

Il a déclaré : “Je pense que cela tombe à point nommé et que c’est un véritable coup de fouet dont le XIII mondial avait besoin, à la fois en France et dans le Nord, et j’espère qu’avec la dynamique d’une brillante RLWC21 en Angleterre, nous pourrons enfin restaurer le standing dans lequel l’IRL était autrefois tenue.”

L’ancien politicien de 51 ans a déclaré qu’il y avait un “grand respect” en Australie pour le XIII en France et il s’attend à un fort soutien de la part des Australiens pour la Coupe du Monde en 2025, 71 ans après que le tout premier tournoi ait eu lieu dans le pays.

Il a ajouté : “Je sais qu’il y a un grand respect pour le rugby français en Australie, les très bons résultats des Catalans et de Toulouse dans les compétitions de la RFL sont suivies de près. Les fans australiens sont de grands amateurs de l’histoire du XIII hexagonal et de l’équipe nationale française et leurs contributions à l’histoire de l’IRL, connue ici comme l’âge d’or, n’ont jamais été perdues ou oubliées. Il y a un réel espoir que la France puisse à nouveau s’élever à ce niveau pour nous faire vibrer à nouveau lors des affrontements avec les Kangourous.”

Le président de l’IRL a ajouté avec un sourire en coin : “Je pense que les Australiens aiment aussi voir l’Angleterre perdre, alors si la France peut les battre plus souvent, les fans australiens n’en seront que ravis”

Grant a rejoint le conseil d’administration de l’IRL en février et l’un des premiers points de son agenda a été de faire pression pour une Coupe du monde en France. Il a pris conseil auprès de personnalités du monde du football avant de lancer une candidature officielle.

Il a déclaré : “Le dossier de candidature que le gouvernement français accueille la Coupe du monde de rugby a été extrêmement bien accueillie en Australie. Le concept est né du trio de South Sydney, Wayne Bennett, Blake Solly et Shane Richardson, que j’ai rencontré peu après mon entrée au conseil d’administration de l’IRL. Tous les trois avaient de l’expérience dans l’hémisphère nord, que ce soit comme entraîneur ou comme administrateur. Wayne a insisté sur le fait que je devais me concentrer sur la reconstruction de la France pour qu’elle atteigne un niveau compétitif, ce qui aiderait l’Angleterre et les autres nations de l’hémisphère nord à se développer. J’ai vu que la France accueille la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques en 24 et j’ai pensé qu’un troisième d’événement mondial serait intéressant.
J’ai ensuite eu l’occasion de parler à Trent Robinson, le directeur sportif du XIII de France, et à Wayne, lors de notre participation à l’opération Apollo (le groupe qui a ramené la compétition de la NRL après Covid) et j’ai emmené Wayne avec moi pour rencontrer la consule générale de France, Anne Boillon. Nous lui avons présenté notre projet et avons reçu des retours positifs.

“La NRL m’a aidé à trouver des ressources et j’ai proposé au conseil d’administration de l’IRL, juste avant de devenir président, d’abandonner notre approche traditionnelle de la recherche d’hôtes pour les Coupes du monde et de considérer la France comme un atout stratégique. Ils ont accepté et le président de la FFR XIII, Luc Lacoste, a été contacté pour susciter son intérêt.
Son enthousiasme était contagieux et c’est parti très vite. J’ai adoré travailler avec Luc et le comité exploratoire – c’est ma réunion préférée de la semaine. Luc a mis sur pied un comité d’organisation local fantastique et compétent, qui mène le projet avec notre soutien total.

Je suis incroyablement enthousiaste et j’espère que le gouvernement français et toute la France accueilleront une Coupe du monde de rugby en 2025. L’objectif du tournoi que Luc a décrit correspond parfaitement aux valeurs du XIII, abordable et accessible à tous. C’est parfait.

Une Coupe du Monde n’est pas un événement qui va et vient, elle laissera un héritage d’investissements, non seulement dans les économies nationales et locales, mais surtout au rugby à XIII français, du niveau junior à l’élite. Cet investissement est un élément essentiel du plan stratégique de l’IRL et, franchement, il est essentiel à la prospérité future du rugby à l’international. “

Source : Total rugby League

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire