Accueil » Equipes de France » Au Cœur des Bleus » La France suscite de l’intérêt: Au cœur des Bleus (Part 13)

La France suscite de l’intérêt: Au cœur des Bleus (Part 13)

A Brisbane, samedi et dimanche, Mathieu Khedimi, Aurélien Cologni, Théo Fages et Christian Valero, ont vraiment touché du doigt l’importance de l’évènement auquel, à des titres divers, ils participent.

Les capitaines et entraîneurs de chaque nation ont répondu aux questions des journalistes, cernés par une forêt de caméras et de micros, pendant que les “Team manager” et les médecins s’imprégnaient des recommandations du directeur exécutif de la compétition, Andrew Hill.

A la bonne heure !

Peut-être est-ce un signe du destin, mais Mathieu Khedimi a en outre remporté les trois tirages au sort des “Captain run”. Ainsi a-t-il choisi le créneau 16h-18h (soit l’heure du match), pour l’ultime séance, dite du capitaine, la veille de France-Liban, 15h-17h la veille de Australie-France, et 16h-18h celle d’Angleterre-France. A chaque fois, donc, les adversaires des Bleus seront à l’inverse contraints d’utiliser le stade à l’heure de midi, probablement sous la chaleur, surtout à Perth au bord de l’océan indien.

Il ne s’agit là, on vous le concède, que d’un très léger handicap pour eux, mais tous les détails comptent pour mettre la chance de votre côté, dans une compétition de cette importance que les Bleus ont préparé avec le soin que vous savez.

Ce qui n’a pas manqué d’interpeller nos confrères australiens, à l’heure des questions aux entraîneurs, au premier étage du Sofitel de Brisbane, où la grand’messe avait lieu. “Nous  avons en effet suscité un vif intérêt de leur part, de même que de celle de Brad Fittler (Liban), Mick Potter (Fidji), Mal Meninga (Australie), concernant le fait d’avoir choisi Narrabeen comme prestigieux lieu de préparation, et d’être arrivé deux semaines avant le coup d’envoi du premier match”, souligne Aurélien Cologni.

“Nous ne savons pas ce que sera le résultat, mais nous nous sommes donnés les moyens de bien faire, et les journalistes se demandaient comment, avec une équipe si jeune, nous serions capables de réaliser une performance”.

Deuxièmes lignes libanais percutants

Une presse australienne “par ailleurs sensible au projet de développement du rugby à XIII en France”, poursuit le coach des Bleus, lequel a senti “la France valorisée” par cette journée de promotion.

Sauf, peut-être, par Brad Fittler, qu’Aurélien a trouvé “sûr de lui, ce qui n’est pas pour me déplaire”, car ici la surprise serait que la France batte le Liban, il suffit de voir la côte des paris.

Un Liban qui a battu les îles Niue 32-16 en match de préparation, à Sydney, et que l’entraîneur tricolore a visionné avec le soin que l’on devine : “Je pense que 80% de l’équipe type a été aligné, et j’ai constaté ce que je pressentais, à savoir qu’on nous proposera d’abord du défi physique, avec des deuxièmes lignes percutants, et globalement des joueurs qui combattent peu debout”.

Aux Bleus de répondre avec leurs propres armes, pour lever les interrogations des journalistes, et tordre le cou à un pronostic a priori défavorable.

Quelques règles propres à la World Cup 2017

– Dix changements de joueurs autorisés

– Mi-temps de douze minutes

– Sanctions de grade A à C (1 à 3 matchs).

En cas de grade D, la commission de discipline (Barrie-John Mather, Tony Puletua, Bob Lindner, Sean Garlick, Mal Cochrane) se réunira afin de statuer.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comments (7)

Laisser un commentaire