Accueil » A la une » La politique du sport et de l’éducation physique en France pendant l’occupation.

La politique du sport et de l’éducation physique en France pendant l’occupation.

Il était attendu depuis longtemps.Il est enfin publié et accessible à tous!

Edité conjointement par le Comité d’histoire et l’INSEP.

En mars 2002, une commission d’historiens dirigée par Jean-Pierre AZÉMA remettait à la ministre Marie-George BUFFET un rapport sur la politique du sport et de l’éducation physique pendant l’Occupation. En voici la publication tant attendue.
À la fin des années 1990, la France est marquée par ce qu’Henry ROUSSO a appelé « le syndrome de Vichy » : à la suite du discours de Jacques CHIRAC commémorant la rafle du Vel d’Hiv’ en juillet 1995, les différents gouvernements appellent au devoir de mémoire.

Des historiens sont alors convoqués comme experts pour examiner la responsabilité de l’Église dans le soutien apporté au milicien Paul TOUVIER (commission René RÉMOND) ou celle de l’État dans la spoliation des biens juifs (commission MATTEOLI). À l’automne 1998, alors que débute à Bordeaux le procès PAPON, Marie-George BUFFET exprime, à son tour, le vœu que le sport et l’éducation physique n’échappent pas au devoir de mémoire.

Douze historiens interrogent ici la spécificité et l’unité de la politique du sport sous Vichy, le rôle de l’occupant, les continuités et les ruptures avec le Front populaire et la Libération. Les images font revivre les pratiques et les spectacles sportifs sous l’Occupation dans toute leur ambivalence. Le sport a, certes, permis une authentique sociabilité juvénile, mais elle est circonscrite par la présence de l’occupant ou par les ambitions moralisatrices de la Révolution nationale. Et les champions sportifs couraient aussi pour un « filet garni » : ils étaient donc, comme la plupart des Français, ni des héros, ni des salauds. Le sport n’a pas non plus été épargné par l’antisémitisme : les champions Alfred NAKACHE et Victor YOUNG PEREZ sont déportés à Auschwitz. Le « moment Vichy » fut également crucial pour la structuration du secteur « Jeunesse et Sport » (administration centrale et déconcentrée, corps d’inspecteurs).
Un avant-propos et une bibliographie mise à jour accompagnent la publication de ce rapport, dont la version initiale, remise à Mme BUFFET, n’avait pas fait l’objet de diffusion.

Cet ouvrage (ISBN : 978-2-86580-233-3 – Prix : 30 €) sera mis en vente le 12 juin prochain sur Amazon, la FNAC et, bien évidemment, le site de l’INSEP http://www.boutique.insep.fr/ ou encore www.lcdpu.fr.
Il sera présenté, sous forme de table ronde, en présence des membres du collège scientifique du CHMJS et de membres de la Commission de rédaction de ce rapport dans les locaux des Ministères Sociaux (amphithéâtre LAROQUE 14 Avenue Duquesne, 75350 Paris). La date envisagée pour cette rencontre ouverte à tous est le lundi 9 juillet 2018 (matin ou après-midi). Une confirmation des horaires et des intervenants sera diffusée mi juin.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire