Accueil » A la une » Le Sporting Treiziste Toulonnais tisse sa toile

Le Sporting Treiziste Toulonnais tisse sa toile

Théo Papoian

Ce qui était un murmure en 2011, lorsque Walid Khadir et Gaël Tallec créaient le Sporting Treiziste Toulonnais, est aujourd’hui devenu une réalité, surtout après le doublé historique réalisé la saison dernière en Coupe Paul-Déjean et en Championnat de France de Nationale 1B.

Co-présidé par Laurent Gavarri, Marc Delmonte et Christophe Ruidavets, à l’ombre du cousin quinziste, le Sporting tisse sa toile et a monté le son en créant une équipe juniors qui tient la route, après une première phase où ils se sont qualifiés dans la catégorie Élite.

Entraîneurs exemplaires

Des jeunes venus du rugby à XV, Toulon, Lavalette, le Mourillon. « On est venus car on est un groupe de “collègues” et le projet nous plaisait, explique le junior Alexis Aicardi. Vu le XV, c’est plus facile pour nous de s’adapter. Mais il nous manque encore de l’expérience ».

Et le  coach de la première, Jean-Luc Angélini, d’ajouter : « Il y a un gros travail de fait sur les juniors. Christophe Ruidavets a réussi à faire venir des jeunes. Ils sont parvenus à faire prendre la mayonnaise, les entraîneurs sont exemplaires ».

Un concept novateur

Du côté du stade Delaune, au Pont du Las, le club laboure aussi en profondeur dans le milieu scolaire, tout comme dans les associations de jeunes des quartiers de Toulon. Afin de devenir audible, crédible, le Sporting Treiziste Toulonnais s’inscrit dans un projet citoyen qui s’appuie sur les valeurs laïques et républicaines.

Le club est présent dans les écoles,  les associations, les centres de loisirs. Il organise des stages pendant les périodes de vacances scolaires. Un concept novateur qui permet au Sporting de tisser sa toile.

L’équipe première s’est qualifiée en Nationale 1 à l’issue d’une première phase rectiligne. Elle s’appuie sur un duo de coaches qui tient la route, David Fraisse et Jean-Luc Angélini.

Petit à petit, le puzzle rugby à XIII toulonnais prend forme, dans l’ombre du RCT. « Avec le XV, ça va. Ils sont curieux, explique Jean-Luc Angélini. Il y a un engouement de la ville et de la métropole. Les élus nous suivent. M. Falco, le maire de Toulon, n’a pas manqué de nous féliciter par tweet après le titre, et nous avons été reçus à la mairie ».

Article extrait du webzine FFRXIII NEWS d’avril 2018. Pour lire GRATUITEMENT 44 page de rugby à XIII cliquez ICI.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire