Accueil » A la une » Rémi CASTY, Toulouse Olympique XIII : « je suis là pour amener mon expérience »

Rémi CASTY, Toulouse Olympique XIII : « je suis là pour amener mon expérience »

Après six mois passés au Toulouse Olympique, Rémi CASTY dresse un premier bilan de cette saison pas comme les autres, qui sera également la dernière de sa belle et grande carrière.

Comment te sens-tu au sein du groupe Olympien ? Quel est ton rôle ?

Rémi CASTY : Je me sens très bien, vraiment bien, heureux, le groupe est vraiment sain. Tout le monde s’entend bien, nous sommes un groupe uni et focalisé sur un objectif.

Mon rôle n’a pas changé par rapport à ce que je faisais avec les Dragons Catalans, Sylvain m’a intégré au groupe des leaders et je suis là pour amener mon expérience à certains joueurs qui n’ont pas connu la Super League et aux jeunes de l’équipe. J’aime bien aller voir les joueurs pour leur demander s’ils vont bien, pas seulement au niveau rugby mais aussi dans leur vie de tous les jours, demander si tout se passe bien à la maison… J’ai toujours été comme ça, je parle peut-être plus individuellement à des joueurs qu’en groupe mais c’est mon rôle, j’aime bien ça. Je suis bien intégré et ravi d’être au TO.

Qu’as-tu trouvé en signant au TO ?

Rémi CASTY : Ce que j’aime bien avec le Toulouse Olympique, dans l’approche de Sylvain, c’est cette philosophie « nouvelle » par rapport à ce que j’ai vécu dans mon club précédent. C’est bien, c’est un vent de fraicheur pour moi, c’est ce qui me convient aussi.

J’ai découvert de bonnes personnes sur le terrain, mais surtout en dehors et c’est là toute la force de ce club et de cette équipe. Il y a beaucoup de joueurs qui sont unis et qui font les choses les uns pour les autres, que ce soit sur le terrain et en dehors, c’est vraiment super.

Je suis venu au TO parce que je voulais jouer et prendre du plaisir, et les deux sont réunis. Maintenant, il y a une troisième chose que j’aimerais faire, c’est de monter en Super League. Il faut continuer à travailler et être prêts pour le 9 octobre (NDLR : date de la finale d’accession).

Comment juges-tu le niveau de l’équipe par rapport à celui de la Super League ?

Rémi CASTY : Nous ne sommes pas loin du niveau de Super League. Nous avons déjà des joueurs qui étaient en Super League l’an dernier, ça veut dire que nous ne sommes pas loin, d’autres qui y ont joué avant. Ce serait bien de s’évaluer contre des équipes comme Leigh ou Wakefield pour voir si nous tenons la comparaison, et je pense que nous ne serions pas très loin, même si le Championship ne nous aide pas.

Ce championnat est un peu à deux vitesses, ce qui est embêtant pour construire quelque chose pour la Super League. Nous ne pouvons pas être à 100% de nos performances, en tant qu’équipe et individuellement, car le niveau des équipes est hétérogène, que nous avons beaucoup de coupures et que nous n’avons pas la possibilité d’enchainer les matchs. Or, les sportifs ont besoin d’enchainer pour avoir un rythme et être performants.

Entre les matchs à domicile qui n’ont pas lieu et le fait de ne jouer qu’en Angleterre, cette saison est vraiment atypique.

Rémi CASTY : Les déplacements ne sont pas compliqués, du fait que nous faisons le voyage sur la journée. C’est une chance pour nous, joueurs, de pouvoir faire ça. Je sais que c’est un gros coût pour le club, nous ne pouvons que remercier les dirigeants pour les efforts déployés pour que nous puissions jouer. Sinon, nous n’aurions pas pu prendre part à cette saison. L’aller-retour sur la journée n’est pas le plus dur, mais ce qu’il manque, ce sont les matchs à domicile, et retrouver le public. C’est le cas pour toute l’équipe, mais tout particulièrement pour moi : jouer sur la pelouse d’Ernest Wallon avec le maillot du TO, c’est une belle manière de terminer.

Cette saison est donc la dernière de ta carrière ?

Rémi CASTY : Oui. J’ai réfléchi longuement ces dernières semaines, j’ai pris la décision que cette saison serait la dernière saison de ma carrière de joueur. Il reste un objectif très important, qui me tient à cœur, c’est de tout faire pour que le TO monte en Super League. C’est l’objectif numéro 1 et le seul. Il y a potentiellement la Coupe du Monde, qui pourrait être la cerise sur le gâteau, mais on entend parler d’un report. Quoi qu’il arrive, finir en club sur une montée avec le TO, ce serait incroyable.

Il est temps de raccrocher les crampons, j’ai fait une bonne carrière, j’ai beaucoup de bons souvenirs. Je ne sais pas encore de quoi sera faite la suite, nous verrons les opportunités qui se présenteront à moi, mais pour l’instant je suis focalisé à 200% sur cette fin de saison qui va être très rythmée, avec beaucoup d’émotions et nous espérons le meilleur pour la fin. Pouvoir terminer sur une montée en Super League, je pense qu’il n’y a rien de plus beau pour le TO et le treize Français, c’est important. Ça sera « la der des ders », et je suis content de la faire en Bleu et Blanc.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire