Accueil » A la une » SERBIA 2018: Pierre-Jean Lima : “Pierre Fourquet a le rugby dans le sang”

SERBIA 2018: Pierre-Jean Lima : “Pierre Fourquet a le rugby dans le sang”

Avec Jonah, son jeune frère

Son père, le centre ou ailier Peter, a joué en compagnie des plus grands : Tana Umaga avec les juniors Kiwis, Franck Puletua, Jerry Seuseu, Henry Fa’afili, Willie Poching, Francis Meli, Monthy Betham, lors de la Coupe du monde 2000 avec les Samoa, Franck Winterstein et Albert Talipau en 2006, contre l’Angleterre.

Et après avoir évolué en NRL avec Gold Coast Titans, Peter Lima-Tanielu a posé ses valises à Toulouse, faisant le bonheur du TO puis de Jules-Julien.

Pierre-Jean s’en souvient, mais c’est désormais vers son demi-frère de 4 ans, Jonah, qui porte déjà le maillot du TO, que se tourne son regard.

Entretien avec PJ, seulement 17 ans, et déjà tout d’un grand.

Quel est ton joueur international néo-zélandais préféré ?

Adam Blair.

Et Samoan ?

Daniel Vidot, qui pratique désormais le catch.

Le joueur du TO que tu trouves le plus performant ?

Bastien Canet, à la fois finisseur et plaqueur. Il cherche toujours à s’améliorer.

Quels conseils t’a prodigué cette saison Julien Gérin, ton entraîneur à Toulouse Broncos ?

De ne surtout pas me mettre la pression, de prendre du plaisir en jouant comme je sais le faire.

Et Sylvain Houlès, quand tu a évolué en Championship ?

La même chose, concernant cette pression qui parfois me tue, dans un match.

Un mot concernant les deux autres joueurs du TO de la liste des 24 présélectionnés pour la Coupe d’Europe U19 ?

Avec Pierre Fourquet, nous avons grandi ensemble. C’est un joueur athlétique, capable de se montrer décisif dans un match. Il est très fort et a le rugby dans le sang.

Mathieu Jussaume n’a peur de rien. Il peut mettre son corps sur la ligne de défense, et il sort de bonnes performances à chaque rencontre.

Qu’attends-tu de la saison 2018-2019 ?

J’aimerai bien disputer plus de matchs de Championship, mais cela dit je suis jeune, j’ai le temps. Je me dis que les choses viendront en temps voulu.

Que craindre de la part d’England Academy, à Belgrade ?

Les Anglais sont lourds, puissants, rapides, techniques. Ce sont des guerriers, mais comme tout le monde ils ont des points faibles. Ce sera à nous de les exploiter.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire