Accueil » A la une » Toulouse Broncos oblige St Estève XIII Catalan à s’employer

Toulouse Broncos oblige St Estève XIII Catalan à s’employer

Rémy Pallares et Pierre Fourquet n’ont jamais faibli.
Crédit Bernard Rieu

ST ESTEVE XIII CATALAN – TO BRONCOS 38-30

Mi-temps 16-14

Arbitre Kevin Delarose

St Estève XIII Catalan : 7 essais R. Franco (21), Martin (35, 70), Ambert (37, 49), Mourgue (45), Belmas (58), 5 T J. Guasch (35, 37, 45, 49, 58).

Toulouse : 5 essais Sangaré (8, 15), Jocelyn (54, 62, 78), 3 T J. Bouscayrol (8, 54) et Fourquet (15), 1 pénalité J. Bouscayrol (12).

Carton jaune à St Estève XIII Catalan : Belmas (67), pour un geste d’humeur.

ST ESTEVE XIII CATALAN : Brochon – Martin, Carré, Ambert, R. Franco – (o) J. Guasch, (m) Mourgue – Belmas, Meresta-Doucet, Salabio – Le Cam, Séguier – S. Bled.

Sont entrés en jeu Zafra, Vailhen, B. Tougé, Cozza.

BRONCOS : Bianchini – Jocelyn, Fourquet, Mircovich, Delage – (o) Thérond, (m) Pallares – Wilshere, J. Bouscayrol, Brau – Lima, Chatras – Sangaré.

Sont entrés Fauré, N. Reynaud, Pezet, Tranier.

Longtemps, bien plus longtemps qu’attendu, Toulouse a mené au score, les Sang et Or n’ayant pris les devants qu’à trois minutes de la pause.

Puis, alors qu’on pensait les Catalans en vitesse de croisière (28-14 à la 49è), les Broncos remirent un sacré coup de collier, pour empocher un point de bonus amplement mérité, même s’il ne change rien dans leur quête, désormais vaine, de qualification.

Des Toulousains joueurs, comme d’ordinaire, et qui mirent d’emblée leurs hôtes dans l’embarras.

Avec Justin Bouscayrol bloqué dans l’en but adverse, pour voir Justin Sangaré parvenir à ses fins sur le tenu suivant. Deux Justin s’entendant comme larrons en foire, puisque le talonneur de poche lançait victorieusement son puissant pilier, à cinq mètres de la ligne fatidique. 14-0 avec la pénalité réussie par le premier nommé, des 36 mètres en face.

Il était temps, pour les locaux, de se réveiller. Un en avant d’Alexis Meresta-Doucet sur Lambert Belmas privait celui-ci d’un essai (18è), mais bientôt un brutal changement de direction de Thomas Ambert faisait l’affaire de Romain Franco, côté fermé. Le même Ambert aurait pu en rajouter une couche, mais il était cloué sur l’en but Haut-Garonnais, avant d’alerter Franco d’une passe trop improbable pour faire mouche, au bout d’une chaîne dessinée par une énorme sautée de Joan Guasch vers Paul Séguier.

C’était cependant reculer pour mieux sauter, car Arthur Mourgue, Robin Brochon, Louis Carré, dirigeaient vers Hugo Martin une offensive drôlement inspirée. Aussi juteux était l’essai suivant, autorisant la réserve des Dragons à prendre la tête au tableau d’affichage : Séguier s’extirpait de l’emprise de deux défenseurs, fixait pour Brochon, lequel remettait à l’intérieur pour Ambert.

Un solo de Mourgue

Désormais véritablement dans le match, les Catalans prenaient un peu plus leurs aises au score en début de seconde période : Mourgue échappait à deux plaquages pour un essai de trente-cinq mètres, et un rusch d’Ambert causait des dégâts identiques dans la défense toulousaine. Guasch avait bien fait de réussir sa deuxième transformation depuis le bord de touche, car les “Jaunes” n’abandonnaient surtout pas la partie.

Joseph Thérond, Rémy Pallares et Pierre Fourquet se mettaient à trois pour offrir à Kennedy Jocelyn le premier de ses trois essais.

Sans un en avant de Mathias Mircovich, au relais du duo Thérond – Nicolas Bianchini, les Broncos n’auraient pas attendu quatre minutes de plus pour réduire un peu plus encore la marque.

Et c’est une passe en cloche de Nathan Chatras, derrière le tenu joué par Bouscayrol (bloqué sur l’en but catalan après une tentative au ras), que Jocelyn doublait la mise. 28-20, mais Guasch jouait finement pour Belmas, mettant du coup les siens définitivement à l’abri, avec le concours, plus tard, de Martin.

Toulouse assurait le bonus malgré la perte de Jack Wilshere, genou gauche amoché (67è), et le protocole commotion de Mircovich (72è). Car si sollicité par Pallares, Chatras n’était pas loin d’atteindre la cible, le même Pallares et Bianchini déblayaient ensuite le terrain au profit de Jocelyn.

Malgré les efforts, entre autres, de Séguier, Barthélémy Rougé, Guasch, Mourgue et Ambert, les Catalans, inconstants, avaient souffert plus que prévu face à des rivaux audacieux, adroitement guidés par Pallares.

Paul Séguier, l’un des Catalans les plus actifs.
Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire