Accueil » Actualité Nationale » Tous les œufs dans le même panier

Tous les œufs dans le même panier

JOUFFRELOUIS;jpg

A Gilbert-Brutus, les Dragons battent Warrington 44-12.

Mi-temps 22-12. Stade comble : 11 526 spectateurs.

Dragons : 8 essais Paea (5), Bosc (7), Menzies (26, 71), L. Anderson (40), Sa (52, 68), Millard (64), 6 transformations Dureau (5, 26, 64, 68, 71) et Bosc (40).

Warrington : 2 essais Higham (16), 1 transformation Br. Hodgson (16).

DRAGONS : Greenshields – Duport, Sa, Millard, Bosc – (o) L. Pryce, (m) Dureau – Paea, I. Henderson, Casty – L. Anderson, Menzies – Baitieri.

Sont entrés : Fakir, Ferriol, Mounis, Pélissier.

WOLVES : Br. Hodgson – Riley, Bridge, Blythe, J. Monaghan – (o) Briers, (m) Myler – Morley, Higham, Chris Hill – Waterhouse, Westwood – Simon Grix.

Sont entrés : Carvell, Wood, Cooper, Dwyer.

Dominer c’est bien, marquer c’est mieux, et en ce début de match, le réalisme ne faisait pas défaut aux Dragons : essais de Paea en force, et de Bosc dans la peau du sprinter, sur son aile gauche, suite à une libération de Pryce soixante mètres plus tôt, et avec Millard comme ultime relayeur.

En se faufilant dans un trou de souris, sur départ au ras du tenu, Higham remettait les Wolves en ordre de marche (10-6, 16è). Et dans leur soucis de jouer tous les coups, les deux rivaux laissaient échapper quelques précieuses munitions. Pas de quoi, cependant, altérer l’intérêt d’une partie haute en couleur, que Menzies portait au pinacle, en exploitant brillamment un service parfait de Sa (16-6 à la 26è).

Question spectacle, Warrington n’était pas en reste, avec ce superbe essai signé Riley, et orchestré par Mike Cooper et Briers. Mais le dernier mot de cette période initiale toujours vivante, restait aux Dragons, Louis Anderson exploitant une mauvaise réception adverse sur une chandelle de Dureau.

Dix points d’avance à la pause, c’était beaucoup et peu à la fois, mais intéressant, mentalement parlant, pour des Catalans qui avaient par ailleurs surpris leurs adversaires, en jouant souvent sur les extérieurs, alors que les Wolves les attendaient sur tout au milieu. Une riche idée de la part de Ian Henderson, guide idéal d’une formation au jeu offensif varié. Avec aussi Dureau, porteur d’une phénoménale valise échouant des les mains de Duport, lequel croisait avec Sa (53è : 26-12).

Dans la foulée, Greenshields sorti, Bosc glissait à l’arrière, Millard à l’aile et Louis Anderson au centre. Un dispositif qui ne changeait rien au brio des Dragons, toujours aussi enthousiastes et talentueux balle en mains, à l’instar de Pryce et Dureau.

La défense hors pair des Sang et Or faisait le reste, quand Warrington tentait le tout pour le tout. En vain, d’autant que le cadrage débordement de Millard débouchait sur un essai de 70 mètres (64è).

Avec vingt points dans la vue, les Wolves ne jouaient plus que les utilités. Sa, servi par Pryce au bout d’une chaîne que Ian Henderson s’était ingénié à joliment confectionner, ajoutait à la douleur des visiteurs : 38-12. Menzies, comme un jeune homme, faisait apprécier sa vitesse, bref, on n’en finissait plus d’applaudir des Dragons en état de grâce. Le lumineux essai inscrit par Dwyer, sur la fin, montrait aussi à quel point le rugby à XIII peut être source de spectacle, celui offert ce lundi par les Dragons étant à ranger dans l’armoire aux chauds souvenirs. Et en réussissant un 3 sur 3 lors de ce week-end de Pâques, ils avaient mis tous leurs œufs dans le même panier, tout en haut du classement.

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire