Accueil » Actualité Elite » Elite 1 » C’est la mi-temps en Elite 1

C’est la mi-temps en Elite 1

LÉZI WYNNROVIRA 

Pia ne craint rien : il accèdera directement en demi-finale. Mais qui accompagnera les Salanquais ? Lézignan ou Saint-Estève – XIII Catalan ? Avignon n’a pas davantage dit son dernier mot. Derrière, Limoux et Villeneuve-sur-Lot accusent deux points de retard sur le duo des derniers qualifiés pour les plays-off, Toulouse et Carcassonne. C’est dire si le suspense devrait battre son plein, lors de la deuxième moitié du Championnat de France. Le bilan à la trêve.
Avec quatre longueurs d’avance sur ses deux poursuivants, Lézignan et Saint-Estève – XIII Catalan, Pia (25 points) domine le classement et peut voir venir. Personne, a priori, n’oserait parier une pièce sur la non participation des Salanquais aux demi-finales du Championnat. Ils sont les leaders incontestés, et au pire ils se contenteront du siège de dauphin. Autrement dit, suffisant pour éviter le barrage d’accès. Car comment enrayer l’impressionnante machine verte et rouge ? Une machine infernale, qui a déjà presque tout balayé sous son passage. “Je suis tout particulièrement satisfait du fait que nous n’avons jusqu’ici déploré aucune blessure sérieuse”, note le co-entraîneur Benoît Albert. Et comme l’effectif, qu’a rejoint voici un mois le précieux ancien Dragon Catalan Cyril Stacul, est de très haute qualité…
Derrière, forcément, on s’interroge, et il ne s’agira pas de lambiner en chemin si l’on veut faire partie des cinq autres heureux élus pour le sprint final de la course au titre.
Forts de leurs 21 points engrangés, le club des Corbières et la réserve des Dragons (21 pts chacun) sont d’ores et déjà pratiquement à l’abri d’une non qualification. Eux regardent plus haut : à savoir accompagner Pia dans le wagon des demi-finalistes. Et force est de constater qu’ils ont les moyens de leurs ambitions. Aurélien Cologni, qui a adapté son système de jeu au profil athlétique et technique de son groupe, prouve qu’en “envoyant du jeu” le succès est au rendez-vous. Moins lourde, donc moins statique que celle de la saison passée, l’équipe audoise, qui a réussi à pallier aux départs de Florian Quintilla, de Jye Mullane et des frères Bentley, imprime généralement un rythme élevé aux rencontres qu’elle dispute. L’arrivée cet été d’Anthony Carrère et de ses appuis de feu, n’est pas étrangère à cette métamorphose. La mobilité de David Fifita, devant, participe également au changement d’orientation tactique.

Pas d’antidote au poison Escaré
Du côté des Catalans, où Stan Robin et Gadwin Springer, talentueux, ont fait leur trou, c’est la valeur de l’effectif qui fait rêver. Pratiquement sans l’apport de Dragons, les Sang et Or sont presque en haut de l’affiche, alors imaginez un peu ce que cela donnera lorsque Laurent Frayssinous laissera quelques-uns des joueurs de Super League (comme par exemple Antoni Maria, Kevin Larroyer, Mickaël Simon, Mathias Pala, Julian Bousquet, Damien Cardace) à la disposition du groupe dirigé par Steve Deakin.
Lequel doit se féliciter de posséder en Paco Jamil devant, et Rachid Ahlalou derrière, deux éléments qui pèsent sur l’adversaire, en raison de leur force de pénétration. Sans parler de l’inégalable Morgan Escaré, poison dont personne n’a encore trouvé l’antidote. “On a progressé dans tous les secteurs, et l’appétit vient en mangeant”, ne cache pas l’entraîneur anglais.

Avignon en embuscade

 SOA 2013 RAGU 

A un petit point derrière, la position d’Avignon (20 pts) constitue la demi-surprise de la première moitié de saison. A l’aube de celle-ci, on disait les Provençaux globalement moins performants qu’en 2011-2012. Or, en l’espace de trois mois ils viennent de prouver le contraire. Le SOA joue toujours bien et il gagne souvent. Les sorties à l’inter-saison de Willie Mataka, Brett Kelly, Darren Nicholls, n’ont pas nui au rendement d’un groupe enrichi de l’arrivé de Tony Gigot, dont le départ vers l’Australie risque désormais de se faire sentir. Fort d’un recrutement réussi (Jordan Meads, Franck Romano, tous les deux en belle forme depuis le coup d’envoi de la saison, Ray Nasso, Sofiane Ghanem) et d’un enthousiasme débordant, l’ensemble vauclusien cherchera dans un premier temps à consolider cette quatrième place. Et si d’aventure l’opportunité de viser l’accès direct aux demi-finales se présente…
Si Avignon ne prend pas froid cet hiver…
Prudent, Renaud Guigue explique cependant que son équipe “a l’habitude de bien débuter la compétition avant de connaître un gros passage à vide en hiver”, et qu’il va “veiller à éviter cette fois pareille défaillance”.

“C’est la réalité du terrain”

TO WILLIAMS2013 foto B.Espagnol
Gare, en effet, car derrière, malgré le retard jusqu’ici concédé, Toulouse et Carcassonne (17 pts chacun), qui pointent à trois longueurs d’Avignon, caressent l’ambition de ne pas jouer à se faire peur avec la qualification. Le TO, qui a soufflé le chaud et le froid, voire le glacial avec sa récente et lourde défaite à domicile face à l’ASC, ne peut que remonter la pente, même si son entraîneur, Gilles Dumas, joue la méfiance :
“Tout le monde dit que nous ne sommes pas à notre place au classement. Mais je constate que nous sommes cinquièmes, ce qui est la réalité du terrain. Désormais, l’objectif sera au match par match.”
Et si chacun fait ce qu’il faut pour ne pas abandonner à leurs seules prouesses les joyaux Kuni Minga et Mark Kheirallah, rien de fâcheux ne devrait arriver.

Le réservoir de Carcassonne

CARCA OFFERDAHL 2013 RAGU
Même chose en ce qui concerne Carcassonne, lui aussi irrégulier dans les performances, peut-être parce qu’il lui est difficile de faire oublier Luke Swain et Eamon Hillen (sans compter que Luke Towers a probablement déjà fini sa saison), et à la défense un peu trop perméable, mais qui a des circonstances atténuantes à présenter, pour ne s’être jamais présenté au complet, depuis la fin septembre. Mais comme à toute chose malheur est bon, les Canaris prouvent que leur réservoir jeunes est de qualité. Et on voit mal le détenteur du doublé ne pas participer à la fête du printemps. Surtout si Vinnie Anderson continue de monter en puissance.

Scott Blanch trop seul à Limoux ?
Raison pour laquelle la tâche de Limoux (15 pts) sera compliquée, d’autant qu’il a dû se heurter au handicap d’une infirmerie parfois trop garnie. Deux points de handicap sur le duo TO – ASC, c’est à a fois peu, et beaucoup. Tout dépendra de la façon dont les anciens piliers de Super League, Karl Temata et Iafeta Paea’aesina, parviendront à s’intégrer au sein d’une formation ayant au moins le mérite de pratiquer un rugby chatoyant, à l’image du fringant Scott Blanch.
On en dira de même de Villeneuve-sur-Lot (15 pts), qui accompagne les Blanquetiers dans la chasse au sixième et dernier fauteuil pour les barrages. Son effectif est limité, Samy Masselot et Stan Robin n’ont pas été remplacés, mais les joueurs sont entreprenants, surtout à domicile. Et si la “casse” ne vient pas s’en mêler, les “verts et blancs” sont bien capables de faire longtemps durer le suspense. Et, pourquoi pas, d’accrocher le bon wagon sur le fil.
Enfin, bien que d’ores et déjà condamné à regarder les autres s’expliquer, Lescure d’Albigeois (11 pts) a au moins le mérite de s’accrocher. Et son rôle d’arbitre n’est pas à négliger.

VILLENEUVE2013BIS

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire