Accueil » Compétitions » Coupes de France » Coupe Lord Derby – France » Clément Soubeyras L’interview

Clément Soubeyras L’interview

S’il avait le rugby à XIII dans les gènes, son père, Daniel, ayant porté les maillots du RC Carpentras et du Pontet XIII, c’est d’abord au tennis que s’intéresse de près Clément Soubeyras.

Mais, bientôt, il enfile la tunique du RCC. Il n’ alors encore que sept ans, et, déjà, se distingue par sa vitesse. Celle qui fera de lui, dès son passage à Pia, à l’orée de la saison 2011 – 2012, un des ailiers les plus spectaculaires du championnat de France Elite. Celle qui lui a permis, jusqu’ici cette saison, d’inscrire la bagatelle de 18 essais.

Crédit @astreizix

Avec “Albe”, de Pia à Carcassonne

Chez les “Berlingots” du Vaucluse, il avait comme mentors Didier Comtat et Christophe Desserre, avant de rallier l’équipe fanion à seulement 17 printemps, sous la coupe de Renaud Guigue. En Salanque, il ne manque pas, cette fois, de séduire Benoît Albert et Patrick Alberola, qu’il retrouvera plus tard à l’AS Carcassonne.

De même que le staff technique des Bleus, dès sa première cape, le 16 mai 2012, à Wrexham, contre le Pays de Galles.

Des Diables Rouges qu’il affronte une deuxième fois cinq mois plus tard, à Lens, nouvelle victoire à la clé. Un chaud souvenir, pour celui qui défiera Lézignan en finale de la Coupe Lord Derby, le 7 mai en Avignon, et qui se souvient du “brillant comportement de Cyril Stacul et de William Barthau”, dans un stade Bollaert en ébullition.

“Il ne faut pas se mentir”

“Stac”, son ex coéquipier à Pia, et son adversaire de dimanche, dans une Provence qui lui est chère, et devant un public qui lui sera tout acquis. Sans garantie de succès, évidemment, Clément étant conscient du fait “qu’il ne faut pas se mentir, Lézignan est favori, ne serait-ce que pour nous avoir battus cette saison, tant au match aller qu’au retour”.

Reste qu’à seulement 26 ans, celui qui fait partie des joueurs les plus expérimentés de l’ASC, sait les atouts d’une équipe qui, dimanche, se présentera dans la peau de l’outsider, mais avec un réel esprit de conquête.

Digne du champion de France qu’il a été, dans le passé. “C’était avec Pia, en 2013, avant de chuter à trois reprises en finale, avec Carcassonne, en 2014 en Coupe, en 2015 et 2016 en championnat, et l’année du doublé de l’ASC, en 2012, j’étais dans les rangs pianencs”.

Décalé par Jean-Philippe Baile

Et pour espérer ajouter une ligne à son palmarès, Clément met en avant “l’homogénéité des Canaris, tous Français, leur solidarité”, estimant par ailleurs qu’en face, “le danger viendra de partout, de Rémy Marginet, au-dessus du lot, Windy Buche, Abraham Papalii, Anthony Carrère, Jamal Fakir, et bien d’autres”.

Un ensemble des Corbières qu’il juge “complet”. Mais qui devra surveiller étroitement cet attaquant aussi efficace qu’élégant, auteur d’un essai cette saison contre Lézignan, à Domec : “C’était sur attaque classique, Jean-Philippe Baile, qui évoluait au centre, de mon côté, m’ayant décalé”.

Comme si quelque chose nous disait qu’il risque fort d’y avoir du spectacle sur les extérieurs, dimanche…

Partager cet article
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comment (1)

  • arcas denis

    Dommage qu’Aurélien COLOGNI n’est pas pensé à l’intégrer dans la présélection pour l’EDF

    02/05/2017 à 22:08

Laisser un commentaire